Archives par mot-clé : scène française

As de Trêfle : la chance leur sourit

  C’est samedi dernier, le 05 avril, au Liberté à Rennes que le groupe As de Trêfle originaire de Tours a fait son grand (re)tour. En première partie du mythique groupe de rock français Fatals Picards, As de Trêfle a su se faire remarquer malgré l’attente grandissante du public qui attendait la deuxième partie avec une fervente impatience. Le groupe dégage cette singulière expérience de la scène et a déjà entamé depuis février sa tournée à l’occasion de leur nouvel album (Pas) comme tout le monde, sorti le 10 février. Album dignement fêté lors de leur passage à La Cigale à Paris, en mars dernier.

Hasardeux ou tout simplement chanceux, on ne le saura peut-être jamais. Depuis la naissance du groupe (en 1997), 80 000 albums ont été écoulés et avec plus de 800 concerts à leur actif, leur immensurable expérience pourrait refroidir les plus aguerris. Mais si vous voulez tout savoir, la révélation vient surtout de l’agréable moment passé l’autre soir, avec le public, quand As de Trêfle a foulé la scène Rennaise.

La première impression est toujours la bonne. J’arrive dans la salle lorsque que le groupe est en plein milieu d’une chanson, sans doute la première du set. As de Trêfle avec son chanteur surnommé « Lolo » tente de rendre l’ambiance chaleureuse. A vrai dire j’ai l’impression de revenir en arrière et d’assister à un vieux concert des Têtes Raides. Sensation pas désagréable. Le set du groupe est constitué presque uniquement du dernier album, l’occasion de voir ce qu’ils valent du studio jusque sur scène.
Continuer la lecture de As de Trêfle : la chance leur sourit

Le Ghost Surfer de Cascadeur, peu évolutif

Sous son masque à la kick-ass ou de catcheur, on ne sait pas trop, Alexandre Longo s’avance à nouveau sur scène avec son nouvel opus Ghost Surfer sorti le 3 février dernier. A la manière de Fauve ou des Daft Punk, le jeune musicien a décidé de renoncer à l’exposition médiatique de son nom et d’y préférer l’ambiance plus confortable dans l’anonymat avec son pseudonyme Cascadeur.

Retenue. C’est le nom qui devrait qualifier dans les meilleures circonstances son dernier album et premier grand pas en tant qu’auteur, j’ai nommé The Human Octopus. Alexandre se mure derrière un masque, un pseudo très poétique et aérien qui commencent alors à lui coller à la peau. Cascadeur grimpe sur une flottée de critiques encourageantes avec un album qui observe une linéarité exemplaire dans l’ordre des compositions. Mais il se met quelques mois plus tard à voler pour ne plus toucher terre, le cascadeur devient un avion et constate, depuis les nuages le grand nombre d’approbations sur son premier album qui sera vite qualifié de succès. Il est donc parfaitement compréhensible d’en espérer autant voire de placer la barre un peu plus haute cette fois.

Continuer la lecture de Le Ghost Surfer de Cascadeur, peu évolutif

Frànçois And The Atlas Mountains, les beaux tourments

artworks-000071482168-qwm8y1-t500x500

Après deux ans de silence et un précédent disque marquant, El Volo Love, Frànçois and the Atlas Mountains reviennent très fort. Ils nous livrent un sixième album détonnant et quelque peu difficile à critiquer tant il est intime. Voici Piano Ombre.

Continuer la lecture de Frànçois And The Atlas Mountains, les beaux tourments