Archives par mot-clé : new wave

Falling in love with Keep Dancing Inc.

Le trio formé par Charles de Cabarrus, Louis de Marliave et Joseph Signoret revient avec un super clip réalisé par Nadege Nguyen et Ryan Doyle en forme de split screen épileptique pour vos soirées karaoké.

Continuer la lecture de Falling in love with Keep Dancing Inc.

GodzillaOverkill : le nouvel ovni d’internet

GodzillaOverkill, que l’on peut aussi appeler par le nom de son alter ego, Gigi l’impératrice, n’est pas seulement un des artistes tout frais que le miracle de la musique nous sert sur un plateau d’argent.

Continuer la lecture de GodzillaOverkill : le nouvel ovni d’internet

Le Mans. Faisons la fête cette semaine au festival Electrik Campus

Au Mans, les festivités sont attendues cette semaine au festival Electrik Campus du 21 au 23 janvier. Trois jours de cinéma, de conférence et de musique éclectique au rendez-vous.

Continuer la lecture de Le Mans. Faisons la fête cette semaine au festival Electrik Campus

Marc Collin, le français qui voulait nous faire revivre les années 90

Royaume-Uni. – En seulement 4 titres, Marc Collin, producteur du projet Nouvelle Vague nous ramène illico presto dans l’ambiance des années 90 à Bristol, la ville qui a vu naitre un nouveau genre musical: le trip hop.

Continuer la lecture de Marc Collin, le français qui voulait nous faire revivre les années 90

Voyage céleste : Equateur, The Lava

Après les sorties successives de Haunted (2012) puis de Aquila (2013), le duo parisien Equateur composé de Romain Nouhi et de Charles Rocher nous revient enfin avec un nouvel EP audacieux et percutant, joliment intitulé The Lava. Trois titres forts, à l’atmosphère d’abord sexy cool puis de plus en plus sombre. Prépare-toi au voyage céleste.

Continuer la lecture de Voyage céleste : Equateur, The Lava

Chronique : Crosses – †††

En 2013, c’est sur un titre encourageant, The Epilogue que le trio californien Crosses (†††) nous laissait deviner un futur premier album à l’esprit tout aussi brut qu’envoûtant. Après plusieurs EPs bien accueillis côté critique, leur premier album Crosses est enfin sorti dans les bacs ce 11 février 2014.

C’est le mélange audacieux des EPs précédents ainsi que la créativité du groupe (dont 5 titre inédits) qui rendent ce disque porteur de nouvelles possibilités musicales. Continuer la lecture de Chronique : Crosses – †††

Von Pariahs, les Joy Division Français ?

Rappelez vous les années mid-70’s à mid-80’s, cette période d’une dizaine d’années dans laquelle des groupes tels que Joy Division, New Order, The Cure, Depeche Mode ou The Smiths faisaient vibrer la jeunesse underground en s’inspirant de leurs ainés novateurs David Bowie, Roxy Music ou Brian Eno. Ces années étaient les années d’âge d’or de la New Wave, du Post-Punk et de tout ces autres mouvements apparus en écho au Punk. Revenons en 2013, en Bretagne, à Nantes où un phénomène étrange se produit. Six musiciens d’une génération s’étant fait sa culture musicale par internet se sont décidés d’entretenir le souvenir de Ian Curtis, défunt chanteur des Joy Division, en remettant la New Wave au goût du jour sans pour autant la profaner. C’est là que naît Von Pariahs !

Continuer la lecture de Von Pariahs, les Joy Division Français ?

On a écouté l’EP Kaléidoscope de Posterboy Machine

Avec un nom qui sent bon les années 80 et le Club Dorothée, Posterboy Machine ne pouvait aller chercher bien loin l’inspiration. Kaléidoscope ; leur nouvel EP, sorti après trois ans de travail, est bel et bien un pur produit de réflexions. La première d’entre elle ? Et si l’on remettait au (bon) goût du jour les claviers synthpop français au-dessus desquels se balançaient les mèches folles de Stéphane Sirkis et bien d’autres ?

Non, ceci n’est pas un énième album d’un petit groupe à la carrière éphémère, dont vous avez retrouvé le disque en fouillant, un dimanche après-midi ennuyeux, les antiquités de vos parents. Il s’agit bien ici du nouvel EP de Posterboy Machine. Pourtant, dès les premières notes d’un BabyDoll, un sentiment de nostalgie juvénile fait briller les yeux de votre papa, qui replonge alors dans l’ambiance folle des années 80, celle où se mélangeait veste à épaulette, jean bleu cobalt ou bariolé et autres sneakers, sur les pistes de danse. Une atmosphère insouciante, des petits histoires racontées sur les beats d’un clavier DX-7, on retrouve bien là quelques éléments indissociables de cette époque où la new-wave régnait en maître sur les ondes FM. Plus les titres défilent d’ailleurs, plus il est facile de comprendre quelle influence ont pu avoir Ian Curtis, Fred Chichin ou encore Robert Smith sur le quatuor (breton), qui chante désormais en français. L’hommage à ces grands noms ne se résume pas aux mélodies entêtantes des synthétiseurs ou aux embardées psychédéliques et avant-gardistes des guitares. Le sujet (fille de joie, amours adolescentes) souvent anodin est appuyé d’un texte léger et d’une prose volontairement joyeuse et un brin provocante, comme pour Manuella ou autre Rouge à lèvres.

Oui, mais (car il y a un mais) votre papa a du vous le dire, beaucoup de groupes de ces années se sont éteints avant même d’avoir pu sortir un deuxième clip ou enregistrer un deuxième single. La faute à une large distribution sur nos antennes de groupes au nom tout aussi farfelus et aux coiffures tout aussi anarchiques. Pour faire le tri parmi eux, il leur était alors indispensable de se démarquer par une certaine authenticité. Et là où le leader de Joy Division dégageait une aura puissante par ses chants graves et possédés, là où les Rita Mitsouko puisaient dans un répertoire aussi large que technique, il manque chez Posterboy Machine ce trait de caractère singulier, suffisamment puissant pour que l’on ne le confonde pas avec un autre. Dommage, car le culte rendu à cette époque qui a créé autant de navets que de pépites musicales est quant à lui sincère et pétri de sonorités toutes aussi entraînantes les unes que les autres.

Le nouvel EP de Posterboy Machine sortira courant novembre. En attendant, vous pourrez aller écouter leur nouveau clip Budapest le 3 octobre prochain.

_______

Facebook

Soundcloud

_______

La playlist de la semaine avec BE QUIET

Régulièrement, vous seront proposés des playlists de groupes français. Car oui, ce que nous écoutons nous reflète, et en tendant l’oreille vers ce que ces artistes apprécient nous découvrirons la diversité musicale qui compose ces artistes en herbe. C’est donc en tant qu’enquêtrice que je pars demander à plusieurs artistes leurs musiques du moment. Et quoi de mieux que d’apprendre ce que notre groupe préféré écoute ? Dis moi ce que tu écoutes et je te dirai qui tu es. Attention, surprise !

Cette semaine je vous propose la playlist du groupe bordelais Be Quiet. Continuer la lecture de La playlist de la semaine avec BE QUIET