Archives par mot-clé : festival

Festival de Cannes : Que retenir de la sélection officielle ?

Nous sommes en avril. Les beaux jours reviennent, les bretons sortent les tongs, les sudistes rejoignent la plage et les parisiens sortent les lunettes de soleil. Mais durant ce mois où l’on ne se découvre pas d’un fil, un événement se prépare. On le sait, quand le soleil repointe son nez, il n’annonce qu’une chose : le retour du festival de Cannes.

20669749

Continuer la lecture de Festival de Cannes : Que retenir de la sélection officielle ?

Birth Of Joy : « Nous ne sommes pas effrayés par la musique électronique ! »

Il y a quelques jours de ça, un lundi après-midi nous nous sommes rendus dans le VIIIeme arrondissement, à deux pas des champs Élysées devant les studios de RTL pour rencontrer le groupe hollandais Birth of Joy. Après avoir salué les 3 membres du groupe, nous nous installons dans le café le plus proche pour en apprendre un peu plus sur eux. 

Continuer la lecture de Birth Of Joy : « Nous ne sommes pas effrayés par la musique électronique ! »

Breton : l’interview

Avant que les concerts ne reprennent samedi 22 février à La Nouvelle Vague (St Malo) à l’occasion du Festival La Route du Rock, j’ai eu la chance de rencontrer le leader du groupe Breton: Roman Rappak. Si vous ne connaissez pas Breton, je vous conseille de lire l’article d’Agathe sur leur dernier album. Ces jeunes londoniens se sont rapidement fait une place sur la scène électro-indépendante enchaînant les concerts, les festivals en France, aux USA, en Australie…

DSCF2099

Alors me voilà à 18h45 devant La Nouvelle Vague, prête pour mon interview et, là, je ne sais pas comment y entrer, la sécurité m’envoie d’un côté et les roadies d’un autre, que faire ? Prenant mon courage à deux mains, je demande à une troisième personne et bingo ! On me dirige enfin vers le bon endroit c’est à dire la salle de presse. France 3 vient à peine de finir au moment où j’entre dans la pièce. Bref on s’en fout à la limite, vous souhaitez l’interview et rien d’autre, je vous ai compris.

EC: Avant tout j’aimerais te dire que j’ai adoré votre dernier album. Dès que j’ai entendu Envy, je me suis dit « WOW » ça va être génial. Comment avez-vous travaillé sur cet album ?

Roman: Merci. Cela a été un long processus mais le plus important a été de garder ce qui nous plaisait du premier album et de rester honnête à nos envies. De faire ce qui nous plaisait et rien d’autre. Dans ce sens, nous avons été assez chanceux car au moment du premier album il n’y avait que 6 personnes qui étaient au courant de l’existence du groupe et l’intérêt du public est arrivé très vite. Notre notoriété a été faite par le bouche à oreille, nous sommes passés de petits concerts à des festivals et des tournées aux USA et en Europe. C’est en comprenant ce qu’on aimait à propos du collectif et en s’en éloignant du premier album que beaucoup de choses ont changé, ce nouvel album est définitivement positif. Nous avons beaucoup voyagé, nous avons vu énormément de choses et jouer devant des milliers de personnes a été incroyable pour nous.

Pourquoi avoir choisi Berlin pour enregistrer ce nouvel album ?

Ce n’était pas pour Berlin mais parce que nous avons trouvé le bon endroit où nous pouvions avoir le même son que dans le premier album. De plus, s’éloigner de tout et se concentrer sur la musique peut être quelque chose de très sain.

Comment procédez-vous pour la musique ? Est-ce les paroles avant ou la mélodie ?

Il n’y a pas vraiment de méthode particulière. En général, je les commence puis on les termine ensemble.

Comment savez-vous quelle chanson vous gardez pour l’album ?

C’est l’avantage d’avoir des collaborateurs en qui tu as confiance, surtout lorsqu’il y a beaucoup d’affection entre eux, si quelqu’un a une idée il sera toujours entendu surtout si elle est bonne. Au final nous prenons les décisions tous ensemble, c’est peut être pourquoi cet album est plus positif et joyeux alors que le premier album était assez claustrophobique.

J’ai vu le mini-reportage fait par Konbini qui vous a suivi pendant deux jours, c’est une super idée pour montrer aux fans qui vous êtes.

Avec cet album, nous sommes moins effrayés du monde extérieur, nous souhaitons partager davantage avec le public.

En parlant de public, comment gérez-vous les fans ?

Toujours de la même façon sauf que maintenant lorsque nous partageons une musique ou une vidéo nous le faisons avec des milliers de personnes.

Vos clips sont toujours très esthétiques, très bien filmés, celui qui me plaît le plus est Got Well Soon, la vidéo nous embarque complètement. Qui en a l’idée ? Comment les réalisez-vous ?

C’est une bonne question car nous avons toujours tout fait nous-mêmes, nous voyons nos clips comme des minis-films. La seule exception est notre prochain clip qui sortira dans quelques semaines, nous avons fait appel à différents réalisateurs et nous leur avons demandé leurs interprétations de la chanson ainsi nous avons d’autres avis que ceux du groupe.

Te sens-tu prêt pour le concert de ce soir ?

Je suis impatient comme pour tous les concerts que nous faisons, je me sens comme un gamin qu’on emmène au zoo. Les concerts donnent sens à ce que nous faisons, ce sont ces 60 minutes sur scène avec notre public qui nous transcendent. C’est ce que je ressens lorsque je vais voir un artiste que j’apprécie. D’ailleurs j’ai vraiment hâte de voir Jackson And His Computer.

Breton était clairement la tête d’affiche que tout le monde attendait ce samedi 22 février, ils se sont montrés généreux avec le public allant même jusqu’à diffuser en exclusivité leur nouveau clip. A la fin du concert, Roman a invité tout le monde à boire un verre et nous l’avons finalement retrouvé au stand merchandising pour signer CDs et t-shirts aux fans.

Nos 5 finalistes favoris du PRIX RICARD S.A Live

Ça vient de tomber il y a quelques instants. Le Ricard Live vient de donner la liste des 15 finalistes de son concours. Pour comprendre le but du Prix Ricard Live, c’est simple: le but est de promouvoir les jeunes talents, mais aussi et surtout promouvoir la musique live sur l’ensemble d’une tournée de scènes locales. Il y a chaque année une centaine de participants, le vote est ouvert au public et en complément, un jury vient attribuer ses préférences sur les 15 artistes qu’ils pensent vouloir voir en finale. Et les voici cette année: 38, Feuille d’Aglaska, A Rainmaker, Birdy Hunt, Colt Silvers, Hill Valley, Hokins, Holy Two, Kiz, La Classe, Neeskens, Okay Monday, Olympia Fields, Poom, Toybloid et enfin Two Bunnies In Love. Parmi ces finalistes, nous avions repéré et chroniqué 5 groupes qui sont aujourd’hui finalistes. Mais finalistes de quoi ? Oui parce que ce n’est pas fini, il n’y aura qu’un groupe qui ira jusqu’au bout.

L’année dernière c’était le groupe Colours In The Street qui a remporté le concours et a ainsi pu bénéficier des nombreux avantages de lauréats d’un Prix: la signature avec un label (Believe Digital), partenaire de Ricard S.A Live Music, avec la sortie digitale d’un EP ainsi que l’accompagnement promotionnel qui va avec. En plus de ça, des dotations de matériel (instruments, son, vidéo) et surtout, car oui il y a un surtout, une présence accrue du groupe sur les grandes scènes nationales et sur les plus grands festivals français. Bref, avec ça, tout le monde peut voir midi à sa porte.

Voici mes 5 artistes coups de cœur de la finale qui pourraient prendre la relève de Colours In The Street en 2014

Poom

(Paris)

Style musical : Electro / Pop

Influences : Michaël Jackson, Serge Gainsbourg, Michel Legrand, Daft Punk

Discographie :

  • 2013 — Face the Fire & My Licorne and Me E.P

Pourquoi ils devraient gagner : French Touch. Disco. Voilà, vous aurez compris ce qu’est Poom, un nouveau projet parisien. Un duo qui ne prend pas beaucoup de risques dans sa façon à choisir ses compositions musicales. Sur ce point, on ne peut s’empêcher de les référencer à Granville qui ont pour titre d’album Les Voiles, même titre (la compo différant) mis en avant par Poom. Bref, ce n’est pas du nouveau qu’on nous propose mais c’est en même temps aucun signe de faux pas de la part du duo.

A Rainmaker

(Paris)

Style musical : Electro / Pop

Influences : Phoenix / Air / Miami Horror / Tame Impala / Kindness

Discographie :

  • 2013 — Rwenzori

Pourquoi ils devraient gagner : Quand on écoute leur premier EP Rwenzori on peut établir deux choses de façon imminente. De un, c’est leur première trace dans la musique alors on devrait plutôt être conciliant avec leur premier grand pas dans l’industrie musicale. Puis la seconde chose, on se rend compte qu’on n’a pas à être conciliant du tout avec leur maitrise musicale parfaite. C’est un pur feu d’artifice, chaque couleur représentant une ambiance, une influence, un titre. C’est croquant, c’est appétissant, c’est sensuel. Petit conseil: méfiez vous des petits nouveaux de la musique, vous risqueriez de vous faire prendre à votre propre piège.

Birdy Hunt

(Paris) +1

Style musical : Pop / Rock

Influences : The Wombats, Eighties Matchbox B Line Disaster, Phoenix, Booba, Dadyday

Discographie :

  • 2011 — BIRDY HUNT (EP)
  • 2011 — BIRDY HUNT PT.II (EP)

Pourquoi ils devraient gagner : Eux ça fait du temps qu’ils fréquentent la scène. Parfaitement confirmés et maitres d’une signature musicale qui est la leur, on ne peut pas douter de leur détermination. Les membres de Birdy Hunt me disaient l’année dernière à travers une interview (« +1 ») qu’il leur fallait garder un côté enfantin dans leur musique. Et c’est peut être pour ça que leur son mûrit sans vraiment vieillir. Leur folie ambiante suffit pour s’intéresser à eux. Ils sont tout simplement géniaux. A écouter: First, leur dernier morceau. Et un prochain album qui se fait attendre déjà depuis fin 2013.

Colt Silvers

(Strasbourg) +1

Style musical : indie / electro / rock

Influences : SF & horror movies, 80’s & 90’s pop, r’n’b

Discographie :

  • 2013 — RED PANDA
  • 2011 — ACOUSTRONICS WINTER

Pourquoi ils devraient gagner : On n’aime souvent pas se répéter, alors si vous voulez savoir un peu plus en détail le projet qu’est Colt Silvers allez jeter un coup d’œil au « +1 ». Mais j’ai cependant quelque chose à ajouter: au moment où j’ai écrit l’article j’étais loin de penser à l’ascension aussi rapide du groupe. Imaginez ils gagnent et on les retrouve l’année prochaine sur les petites scènes du Rock dans Tous Ses Etats, aux Francofolies et aux Charrues. Ça fait rêver. Mais un rêve est là pour être vécu.

Holy Two

(Lyon) +1

Style musical : Electro / Pop / Transe

Influences : Alt-J, Foals, MS MR

Discographie :

  • 2013 — Holy Two

Pourquoi ils devraient gagner : Les sudistes de Holy Two ont le sang chaud et ça se voit. Leur titre La Tal mélange anglais et espagnol savamment tout en sachant contrôler les désirs du public, un peu de transe, de la joie, et le boulot est fait. On est alors ravi de pas être laissé sur notre faim: en effet, il existe une linéarité dans leurs compos mais jamais de routine. On peut se projeter. Ils mériteraient de gagner pour leur jeune maitrise et leur nouvelle création qui fait déjà saliver d’admiration.

Pour voir les autres lauréats, c’est ici !

Les Nuits Soniques #20: on y était

Une bonne programmation attire forcément du monde et si ce monde est assez sourd pour voir que près de chez eux jouent des artistes à talent qui ont déjà commencé à percer ou qui passeront du côté sombre de la force jusque sous les feux des projecteurs d’ici peu de temps, il devrait se réveiller. C’est comme si les bretons fans de rock indé se permettaient de rater Arctic Monkeys programmés aux Charrues l’année prochaine, c’est insensé. Autrement dit, pour les sceptiques qui ne voulaient pas se pointer samedi 21 au Petit Théâtre d’Auray, et bien tant pis. Puisque la 20e édition affichait complet (environ 200 spectateurs), on ne vous en voudra pas trop.

De La Montagne a ouvert les hostilités

Déjà venue auparavant, j’ai trouvé l’organisation améliorée avec plus de points d’info et de mobilisation du personnel. Autrement la salle comble présageait de toute façon, une bonne soirée et bonne ambiance. Ambiance rendue possible en grande partie par les jeunes se défoulant près de la barrière, devant la scène.

20h45. De la Montagne entre en scène, où sur le ring. C’était le seul groupe/duo sur lequel je n’avais pas énormément misé, en effet je trouvais qu’il faisait un peu tâche parmi une programmation plutôt pop/ électro française. Et je suis contente de dire qu’il n’y a que les idiots qui ne changent jamais d’avis. Si vous me suivez au cours des articles vous verrez que je change régulièrement d’avis, bien souvent avec la version scénique des artistes qui fait éclater tous les préjugés conçus lors de l’écoute studio. Même si le style plutôt pop/r’n’b ne m’a pas complètement emballée, il m’a fait penser au style du duo Aluna George, avec une voix féminine se promenant sur les rythmes électro des instruments et machines électriques. La chanteuse a su jouer avec son public, public emballé. A déplorer un peu de niaiserie dans les paroles. Bilan : une rédactrice surprise mais pas complètement conquise, et comme c’est un groupe qui n’est pas encore signé, on attend qu’il trouve acquéreur et qu’il puisse, grâce à ça, être projeté plus au devant de la scène en revenant avec des expériences nouvelles et des chansons monstres. La chanteuse lance en fin de concert « Suivez nous sur Internet ! », le message a-t-il été reçu ?

Quelques personnes du public sont venues rejoindre le groupe sur scène

21h45. Pendentif arrive enfin. Groupe très attendu qui surfe actuellement parmi les grandes places de la pop française, il se compose de cinq musiciens sur scène. Un groupe qui m’a particulièrement marquée lors de la floraison de duo fille/garçon dont ils ont été l’un des premiers sur la voie : Eléphant, Granville, etc. Pendentif c’est ce genre de groupe français qui chante de la pop française à l’image de Lescop par exemple. Mais avec une singularité particulière dans les riffs de guitare, signe de leur exotisme. Le groupe a su secouer son public, notamment les ados de 14-17 ans au bord de la scène. Durant le concert la chanteuse n’a pas manqué de le faire remarquer « encore heureux que les jeunes sont là ». Et les vieux de 18-21 ans on les oublie. Pour preuve. Elle nous lance vers la fin du concert « J’imagine que la plupart des gens ici n’a pas son permis. Alors on a une chanson pour vous : Driver Licence ! » Ok je fais ma rabat-joie. Il n’empêche que leur énergie a été vraiment euphorisante lors de la soirée, et c’est pour ça que c’est l’un des deux groupes que l’on retiendra ce soir-là. « Vous saviez qu’aujourd’hui c’est la journée de l’orgasme ? » Nous lance t-elle en annonçant la dernière chanson. Le titre Embrasse-moi et son clip pop/disco vient hanter les esprits. Mon côté groupie prend le dessus. Boum, la fin.

Chateau Marmont a enflammé les Nuits Soniques

Vers 22h45. Chateau Marmont. Entre enfin sur scène le groupe que j’attendais et sûrement attendu par tout le monde également. Le groupe Chateau Marmont a une histoire et un rapport à la musique bien propre à lui, informations à retrouver dans notre interview. On pouvait s’attendre à une copie conforme de la version studio à celle du live mais stupeur. Sur scène, c’est un groupe qui joue d’abord sur les images, visuels à l’appui, visuels qui d’ailleurs, nous indiquent qu’on rentre dans une sphère soignée, presque extraterrestre. C’est aussi un groupe qui place les musiciens au même niveau, Julien le batteur, étant placé sur le devant de la scène, semble lancer la dynamique du groupe. On peut noter deux voix dans le groupe : une utilisée pour des transformations vocales, robotiques, et une autre qui reste inchangée. Sur scène, c’est un beau mélange entre Daft Punk, clairement, Air, aussi sur le rythme des chansons électroniques, mais aussi et surtout une bonne dose dans la voix comme dans le rythme d’une chanson à la Depeche Mode. Si la communication ne s’est pas faite par des petits discours de la part des musiciens, elle s’est néanmoins exprimée dans l’ambiance assourdissante des instruments, nous plongeant encore dans un monde sous-marin,  apocalyptique, presque cinématographique. Oui, Chateau Marmont en live c’est cette musique qui, on dirait, pourrait illustrer un film sourd-muet, artistes d’une bande sonore idéalisée.

Rendez-vous le 19 avril prochain pour la prochaine édition.

Big thanks to Solenn pour les photos

LES NUITS SONIQUES #20, une histoire de nouveautés conjuguée au succès

Ça vient de tomber. La programmation de la 20e édition des Nuits Soniques se fera, une fois de plus, avec nous. On était habitué de la part des organisateurs à une affiche toujours au goût de l’actualité et ils viennent confirmer qu’on peut encore leur faire confiance. Pour petit rappel, sur trois éditions, le festival a accueilli cette année La Femme, Petite Noir, Pegase, Piranha et encore Wave Machines. Tous ces artistes font aujourd’hui partie des valeurs montantes de la scène française. La totalité d’entre eux s’est vue programmée dans les plus grands festivals français d’été. Vous pouvez également retrouver notre report de l’édition de printemps sur le site.

Venons en à la programmation:

PendentifEmbrasse Moi

La MontagneGirls

Château Marmont Wind Blows

Et en DJ set, nous retrouverons Bâton qui a collaboré avec Pegase, Minitel Rose et Rhum for Pauline.

+ d’infos: lesnuitssoniques.com • Samedi 21 décembre à Auray • A partir de 20h30 • Tarif: 12€

A cette occasion, on vous fait gagner 2 places pour assister au concert. Pour cela, il suffit de laisser votre NOM+PRÉNOM « NUITS SONIQUES 21/12″ à efflorescenceculturelle@gmail.com. Le tirage au sort sera organisé le mercredi 18 décembre. Les résultats seront partagés sur la page Facebook du site, n’hésitez pas à la suivre pour connaitre les résultats. Bonne chance !

Rejoignez l’événement sur Facebook

La découverte #2 du festival Rock inter-régions : Rough Influence

On continue sur notre lancée avec les Toulousains du Festival Rock Inter Régions : Rough Influence. Après une finale très serrée, le groupe  s’est vu remporter le titre de grand gagnant de ce festival !

Continuer la lecture de La découverte #2 du festival Rock inter-régions : Rough Influence

La découverte #1 du Festival Rock inter-régions : Psychosmose

Samedi nous étions à La Grande Finale Nationale Du Festival Rock Inter Région organisée par le Gibus Tour. De nombreux groupes de rock venant de toute la France se sont réunis au Gibus pour tenter d’être le grand vainqueur de ce concours. La compétition était serrée car le niveau était très élevé. Nous avons eu l’occasion de poser quelques questions à certains d’entre eux. Nous vous ferons découvrir pendant les prochains jours quelques-uns de ces artistes.

Continuer la lecture de La découverte #1 du Festival Rock inter-régions : Psychosmose