Archives par mot-clé : 80’s

Live Report: 4 jours aux Francofolies de La Rochelle

Les Francofolies ont fêté leur 30 ans et pour cet anniversaire le festival rochelais vient de battre son record de fréquentation, édition qualifiée par le directeur Gérard Pont comme étant « la meilleure (…) de l’histoire des Francos« . Il y a de quoi, avec autant de concerts et d’artistes variés, passants de titres francophones comme anglo-saxons, hispaniques, les spectateurs allaient forcément venir à la fête comme des abeilles envieuses de différentes pollens pop, folk, hip-hop, rap, etc. On a butiné, nous les 130 000 spectateurs.

Continuer la lecture de Live Report: 4 jours aux Francofolies de La Rochelle

[LIVE REPORT] Le Rock Dans Tous Ses États : ce qu’on en retient

Vendredi 27 et samedi 28 juin dernier, nous étions à la 31ème édition du festival à Évreux, Le Rock Dans Tous Ses États.

Continuer la lecture de [LIVE REPORT] Le Rock Dans Tous Ses États : ce qu’on en retient

L’ex-batteur de Charlie Winston sort son deuxième album

Le niçois Medi, ancien guitariste d’Emilie Simon (synthpop) et batteur de Charlie Winston s’émancipe avec la sortie de son deuxième album.

mediDès la première lecture du nouvel album One Is Not Enough, on est frappé par le ton semblable à celui de Lenny Kravitz. Bien que cette similitude est indéniable, Medi a une empreinte bien à lui, intemporelle et pop.

Continuer la lecture de L’ex-batteur de Charlie Winston sort son deuxième album

Les Francofolies de 2014: ce qu’on en retient

Les Francofolies fêtent leur 30 ans cette année. Pour cette occasion, le festival et la ville de La Rochelle ont concocté différents événements à ne pas manquer sous aucun prétexte. Concours de vidéos pour souhaiter un joyeux anniversaire aux Francofolies qui se terminera le 27 mai et permettra au gagnant de toucher le gros lot; des expositions au cœur de la capitale de la Charente-Maritime et le jour de l’inauguration de grands noms de la chanson française participeront au Concert des 30 ans sur l’esplanade de Saint Jean d’Acre: Alain Souchon, Michel Jonasz, Bénabar, Christophe Willem et bien d’autres. Mais dans cette nouvelle édition des Francofolies, de nouveaux artistes sont à découvrir. Le SFR jeunes talents permettra à ses dix lauréats et d’autres artistes de présenter leurs titres au Village Francofou, nous en viendrons en détail, tandis que les différentes salles de concert nous feront apprécier des jeunes français et artistes francophones, Canadiens et même Kadebostaniens. Plus de 100 concerts sont à prévoir, avec ou sans le soleil charentais, ces 5 jours promettent de bons jours à la musique.

Continuer la lecture de Les Francofolies de 2014: ce qu’on en retient

INTERVIEW : H.M Hammarin, marin des vagues pop

C’est un phénomène, ce jeune chanteur suédois a de quoi vous faire rire et surtout vous taquiner avec ses multiples titres aux influences pop et parfois eighties. Avec sa longue frange couleur noisette sur le côté, son énorme front et sa mâchoire dansante, Hans Mattias Hammarin alias H.M.Hammarin fascine et électrifie nos sens. Pour cette occasion, j’ai l’honneur d’avoir pu lui poser quelques questions dans la langue de Shakespeare, car le suédois…

Continuer la lecture de INTERVIEW : H.M Hammarin, marin des vagues pop

Hylas, le mythe revu par Thomas Azier

Universal Music France mise beaucoup sur ce petit prodige Hollandais et Berlinois nouveau venu. Thomas Azier, ce jeune homme n’a que 26 ans et est déjà prononcé sur toutes les lèvres. Woodkid et Stromaé sont considérés comme ses parrains et lui leur petit protégé. Il aura fallu attendre le 10 mars 2014 pour que les deux extended plays Hylas 001 et Hylas 002 trouvent un opus pour  consolider cet univers:  Hylas.

Conçu dans une vieille usine abandonnée de l’ancienne Berlin-Est communiste, l’album emprunte sans tabou de la part de Thomas Azier une part profondément sombre et froide qui traverse chaque titre sans exception. Ses influences sont sans conteste littéraires. Le nom de son premier album fait référence au compagnon d’Hercule piégé par des nymphes éprises de sa beauté. Issu de l’œuvre Les Métamorphoses d’Ovide, le debut album du berlinois semble tirer toutes les profondeurs de cet ouvrage emblématique de la fragilité humaine et du sentiment amoureux parfois contrarié. How To Disappear, Angelene et Verwandlung respectent la tragédie de l’énamouré oublié. L’ambiance se fait sombre à souhait, larmes de pop incandescente. Hylas ne cesse de jouer entre l’ombre et la lumière: Save me from the Shadow of the Sun.

Les sept premiers titres ne sont pas inconnus à un fan de la première heure de Thomas Azier. D’Hylas à How To Disappear on trouvera les différentes pistes qui ont fait le bonheur des précédentes sorties. Voici les titres mis en avant pour la sortie imminente de l’album.

Yearn Yearn nous immerge mystérieusement dans cette usine désaffectée de Berlin. On perçoit les vibrations heurter les murs défraîchis et frôlant le sol poussiéreux, les rats se figer de stupeur. C’est aussi là qu’ont été tournés les clips d’Angelene et Verwandlung. Cette usine agit comme une boîte magique, une église brumeuse et fantasmagorique, un monstre à la gueule résonnante dotée d’une musicalité sans pareil, généreuse envers Thomas Azier et sa voix lumineuse. Rukeli’s Last DanceFuturesound et Ghostcity sont fidèles à cette facette du berlinois qui penche du côté des néons et de la dance. L’ influence 80’s fait acte de présence sur Golden Wave pour son intro synth-électro et ses échos qui rappellent les vieux tubes vintage, mais aussi sur Shadow Of The Sun par la présence d’un écho féminin. Alors Sirens Of The Citylight clôt cet album en se penchant irrémédiablement vers la pop-minimal-electro nocturne.


Les ténèbres ont leur part de vérité dans cet opus, peut-être l’élément central, une éclipse sonore aveuglante qui vous transperce l’esprit, vous dope à la noirceur lumineuse et pop-électro. C’est au final un album où on retrouve différents instruments de musique réhabilités par l’usine démoniaque, maîtrise d’un Thomas Azier sombre et éclatant. Ce premier opus – Hylas – ce chef d’œuvre prématuré est sans conteste un diamant posé sur un écrin de velours noir.

Site officiel

Facebook

Twitter

Soundcloud

Superets | Le yéyé, et le synthé

Qui n’a jamais regretté le rock des années 60 ? Ne vous inquiétez pas, Superets est là !

On dresse le tableau vite fait ; Superets, c’est la renaissance du style « yéyé » que la jeunesse du XXIème siècle a plus ou moins oublié depuis longtemps, ou préfère peut être oublier justement… enfin on s’égare ! L’essentiel est que ce jeune groupe composé de Léo, Hugo, Romain et François soit décidé à remettre la mode au goût du jour.

160

Enfilant pantalons serrés, blazers cintrés et brossant leurs favoris tout droit sortis des vieux numéros de Salut les Copains, ces adeptes du rock’n’roll américain chanté à la française nous sortent dans leur nouvel EP 160 Caractères pour te dire Adieu un son au caractère peu commun qui ne se prend pas au sérieux et qui, en mariant les années 80 au yéyé, donne naissance au « yéyétronique ».  160 caractères c’est aussi une jolie référence à ce qu’on considère aujourd’hui comme les hits de la communication actuelle: le texto et Twitter. Voilà, 160 caractères donnés pour s’exprimer. Avec un premier EP nommé Parachute qui mélangeait déjà les sons pop rock de Marie et les Garçons à l’électronique des synthétiseurs d ‘Elli et Jacno, la fine équipe nous propose une harmonie énergique et simpliste, sur des paroles façon Dutronc réadapté à nos jours dans leur prochaine sortie. Leurs textes sont alors basés sur l’amour et ses histoires, comme le dénigrement de la rupture facile d’aujourd’hui dans le titre éponyme 160 Caractères pour te dire Adieu ou la lassitude au sein de la relation dans Les Histoires Sans Fin, mais ne se transforment pas en stupides récits de journal intime pour autant ; car malgré ces deux premiers titres au message pouvant paraître explicite, ceux-ci dégagent un sens parfois tout autrement abstrait, d’autant plus remarquable dans Veuve Mécanique ou Tapis Rouge où les comparaisons de la femme délaissée à une vieille voiture ou d’excuses à un tapis rouge font de Superets un des rares mais pas introuvables groupe de « pop intelligente » .

Avec ce deuxième EP les gars n’ont certes pas fait évoluer leur style, mais avec des punchlines telles que « 160 caractères pour te dire adieu / à 10 centimes la rupture, sans les larmes au yeux » ils nous offrent cette merveilleuse pop qui n’est pas dénuée de sens et qui donne envie de danser, et ça, c’est tout l’intérêt sur lequel le disque repose. Vous l’aurez compris, avec Superets on ne se prend pas la tête : l’heure est au « twist » comme ils le disent si bien.

160 Caractères pour te dire Adieu, le deuxième EP de Superets, sort le 27 Janvier chez ton marchand de journaux, mais en attendant tu peux toujours le pré-commander ici, ou l’écouter ici sur Spotify.

_____

Site Officiel

Soundcloud

Facebook

Twitter

_____

Bright Light Bright Light, prince de la pop-électro

La fin de l’année 2013 approche, il sera bientôt temps de découvrir de nouveaux talents, de nouveaux albums. Mais moi, j’ai envie de vous faire découvrir la révélation électropop de 2012 et 2013. Son nom est Rod Thomas, plus connu sous le nom de Bright Light Bright Light. Ce drôle de nom est issu d’une réplique de la saga Les Gremlins, film culte des années 80, l’une des décennies chère au cœur du britannique avec la suivante 1990, toutes deux inspirations de ses titres pop-électro.

Bright-Light-Bright-Light-Make-Me-Believe-in-Hope

Après avoir défendu ses chansons lors des premières parties d’Ellie Goulding en 2011, Bright Light Bright Light sort son premier album comprenant quelques titres de ses premiers extended plays. Make Me Believe In Hope nous fait découvrir toute la beauté du romantisme mélangée à de la musique pop mêlée à de l’électro. On y découvre des textes sombres, mélancoliques au tintement ravageur de strass et de lasers verts et mauves. Un vrai bijou à découvrir sans tarder.
En parallèle, il s’associe à Derek Gruen (Del Marquis de Scissor Sisters) et trois autres artistes au sein d’un groupe éphémère Slow Knights en 2013 pour la sortie de l’album Cosmos, part aussi en tournée à New York pour faire découvrir au public américain les titres de son premier album et ses nouveaux titres qui suivront deux EPs la même année. Mais en même temps il nous délivre des remixes disponibles sur son compte Soundcloud comme Somebody That I Used To Know de Gotye et Kimbra ou encore Stupid Mistake de Darren Hayes (ancien leader du groupe Savage Garden).


Puis il se remet en œuvre avec deux rééditions de Make Me Believe In Hope dont un sous-titré Blueprint comportant ce titre homonyme et de nombreux duos avec Mykal Kilgore dans Feel It ou aussi Beth Hirsh pour le cristallisant Grace tout en les réinterprétant au piano, délivrant ainsi un charme envoûtant. Mais ses deux derniers bijoux ont pour nom  Moves et  In Your Care, derniers extended plays en date.


In Your Care défendu par le clip homonyme et un second pour An Open Heart, nous nous met l’eau à la bouche avec quatre titres originaux. Il est irrévocablement annonciateur d’un second album, pour 2014 ? Que dire de plus ? J’ai cette désagréable impression de ne pas avoir tout dévoilé de cet artiste aux mille facettes, capable de nous délivrer des titres au piano comme dans sa dernière réédition de son premier album puis nous reprendre dans son univers électro-pop qu’il affectionne plus que tout et redonner de la vitalité en mixant des titres déjà gracieux. Allez les curieux, les amoureux de la musique, retenez ce nom Bright Light Bright Light.

_____

Site officiel

Soundcloud

Facebook

Twitter

YouTube

_____

Les 5 clips de la semaine

LET GO / RAC featuring Kele, MNDR

N’étant pas un grand amateur de dj ou platiniste, j’aurai pu me garder de vous faire découvrir le second clip du mixeur portugais RAC. Mais depuis le temps que j’ai fait sa découverte et que je sois tombé en admiration face à ses mixes des titres comme Next Year de Two Door Cinema Club ou encore Laura Palmer de Bastille je me devais de vous faire découvrir son second clip Let Go. Attendez-vous à être légèrement surpris par le secret de la belle demoiselle à la muselière grise.

RYTHMES « DIGITALE » / Digitale Sanguine

Des bouts de papiers jetés dans la poubelle et d’étranges phénomènes se déroulent face aux yeux surpris de Digitale Sanguine. Rythmes Digitale nous délivre un clip plutôt simple mais aux influences propres à la new-wave des années 80.

Continuer la lecture de Les 5 clips de la semaine

Notre sélection de 3 albums qui vous le rendront bien

PUNCH / Autoheart

Seulement disponible en version digitale depuis le 15 juillet 2013, Punch, premier album du groupe Autoheart est une réussite de pop indépendante. Un mélange de romantisme avec The Sailor Song, Agoraphobia, Hungover In The City Of Dust et de pop rythmique comme Lent et Moscow.

  •  A l’écoute: MOSCOW

Continuer la lecture de Notre sélection de 3 albums qui vous le rendront bien