Archives par mot-clé : Woodkid

Desierto : un vide cinématographique

Desierto c’est l’histoire d’un type qui court pour fuir un fou qui lui même ne sait pas pourquoi il le poursuit. Desierto c’est un film baignant dans l’indifférence du spectateur qui ne sait lui même pas pourquoi il est allé voir ce film.

Continuer la lecture de Desierto : un vide cinématographique

Golf : entre audace et pop éclectique

C’est en 2009 que le groupe Golf voit le jour avec Antoine au chant, Romain à la guitare, et Samuel au clavier. Ils se rencontrent sur les quais de Seine et décident de travailler ensemble, malgré leurs conceptions différentes de la musique. C’est après une démo sur Internet et quelques petits concerts dans des bars parisiens  que l’idée d’un EP leur vient.

Continuer la lecture de Golf : entre audace et pop éclectique

Solidays 2014, des instants magiques

Solidays, quel festival ! Du 27 au 29 juin les festivaliers ont vécu trois jours de folie. Expo, soleil, musique, pluie ont rythmé le festival mais ce n’en est pas pour autant que l’on en garde pas un excellent souvenir.

Continuer la lecture de Solidays 2014, des instants magiques

Festival Montereau « confluences »: le review

Après la présentation du festival, voici le compte-rendu. Et ce qu’on peut dire, c’est que cette année, ça a donné du lourd! Un parterre d’artistes aussi bien du moment qu’accomplis ont enflammé le parc des noues de la petite ville de Montereau-Fault-Yonne.

Continuer la lecture de Festival Montereau « confluences »: le review

Festival de Montereau « confluences »: c’est du live !

«Plus pop, plus rock, plus international que jamais, Montereau Confluences joue dans la cour des grands pour son 18ème anniversaire»

Continuer la lecture de Festival de Montereau « confluences »: c’est du live !

Ces artistes qui ont compris l’importance de l’identité visuelle

L’image d’un artiste n’a jamais été aussi importante qu’à notre époque. C’est aujourd’hui que nous allons aborder le thème de l’identité visuelle et nous intéresser particulièrement à quatre artistes qui accordent une place essentielle à leur image.

Mais avant tout, retour en 1982, souvenez-vous, cette année là sort le fameux clip Thriller, du roi de la pop réalisé par John Landis. Le titre va alors rencontrer un succès grandissant et va devenir très vite une musique culte. Le clip a réussi à propulser l’album Thriller en haut des hit parades et il a grandement augmenté la notoriété de Michael Jackson.

Continuer la lecture de Ces artistes qui ont compris l’importance de l’identité visuelle

Nouveaux coups de coeur musicaux à connaitre absolument ! #7

Mai 2014

Chaque mois sera édité un article concernant mes coups de cœur les plus personnels ! Cet article sera dédié aux artistes en pleine évolution ou encore peu médiatisés, et aura pour but de vous faire découvrir de nouveaux obus (et opus) musicaux.

Continuer la lecture de Nouveaux coups de coeur musicaux à connaitre absolument ! #7

Rocky : « Ce serait super de collaborer avec Woodkid un jour »

Découverts via la programmation de l’Echonova, je me suis penchée sur Rocky. Non, non, il ne s’agit pas du film sorti dans les années 70 ni moins du dessin animé Rox et Rouky. Rien de tel, seulement un groupe éclectique qui prend un plaisir fou sur leur premier EP sorti l’année dernière, chez Label GUM, et un plaisir inné sur scène. Interview avec un super groupe coup de cœur découvert en live. Avec Laurent derrière le micro.

Continuer la lecture de Rocky : « Ce serait super de collaborer avec Woodkid un jour »

Hylas, le mythe revu par Thomas Azier

Universal Music France mise beaucoup sur ce petit prodige Hollandais et Berlinois nouveau venu. Thomas Azier, ce jeune homme n’a que 26 ans et est déjà prononcé sur toutes les lèvres. Woodkid et Stromaé sont considérés comme ses parrains et lui leur petit protégé. Il aura fallu attendre le 10 mars 2014 pour que les deux extended plays Hylas 001 et Hylas 002 trouvent un opus pour  consolider cet univers:  Hylas.

Conçu dans une vieille usine abandonnée de l’ancienne Berlin-Est communiste, l’album emprunte sans tabou de la part de Thomas Azier une part profondément sombre et froide qui traverse chaque titre sans exception. Ses influences sont sans conteste littéraires. Le nom de son premier album fait référence au compagnon d’Hercule piégé par des nymphes éprises de sa beauté. Issu de l’œuvre Les Métamorphoses d’Ovide, le debut album du berlinois semble tirer toutes les profondeurs de cet ouvrage emblématique de la fragilité humaine et du sentiment amoureux parfois contrarié. How To Disappear, Angelene et Verwandlung respectent la tragédie de l’énamouré oublié. L’ambiance se fait sombre à souhait, larmes de pop incandescente. Hylas ne cesse de jouer entre l’ombre et la lumière: Save me from the Shadow of the Sun.

Les sept premiers titres ne sont pas inconnus à un fan de la première heure de Thomas Azier. D’Hylas à How To Disappear on trouvera les différentes pistes qui ont fait le bonheur des précédentes sorties. Voici les titres mis en avant pour la sortie imminente de l’album.

Yearn Yearn nous immerge mystérieusement dans cette usine désaffectée de Berlin. On perçoit les vibrations heurter les murs défraîchis et frôlant le sol poussiéreux, les rats se figer de stupeur. C’est aussi là qu’ont été tournés les clips d’Angelene et Verwandlung. Cette usine agit comme une boîte magique, une église brumeuse et fantasmagorique, un monstre à la gueule résonnante dotée d’une musicalité sans pareil, généreuse envers Thomas Azier et sa voix lumineuse. Rukeli’s Last DanceFuturesound et Ghostcity sont fidèles à cette facette du berlinois qui penche du côté des néons et de la dance. L’ influence 80’s fait acte de présence sur Golden Wave pour son intro synth-électro et ses échos qui rappellent les vieux tubes vintage, mais aussi sur Shadow Of The Sun par la présence d’un écho féminin. Alors Sirens Of The Citylight clôt cet album en se penchant irrémédiablement vers la pop-minimal-electro nocturne.


Les ténèbres ont leur part de vérité dans cet opus, peut-être l’élément central, une éclipse sonore aveuglante qui vous transperce l’esprit, vous dope à la noirceur lumineuse et pop-électro. C’est au final un album où on retrouve différents instruments de musique réhabilités par l’usine démoniaque, maîtrise d’un Thomas Azier sombre et éclatant. Ce premier opus – Hylas – ce chef d’œuvre prématuré est sans conteste un diamant posé sur un écrin de velours noir.

Site officiel

Facebook

Twitter

Soundcloud

Les meilleurs albums de 2013, le choix de la rédaction

2013 a été riche, très riche en sorties d’albums. La rédaction du site a écouté un nombre incalculable d’artistes et d’albums en 2013 et peut vous confirmer qu’étant donné le grand cru de cette année musicale le choix a été compliqué. Voilà nos coups de cœur, nos joies, nos orgies auditives, notre classement et top 3 de chaque membre de la rédaction. A vos écouteurs !

_________________________________________________________________________________________________

Mathieu

_________________________________________________________________________________________________

N°1 : Random Access Memories de Daft Punk

Une révolution de la musique promise. Du marketing sans aucun doute, pour la musique comme tout grand album qui se respecte, il fait débat. L’histoire en décidera. Il n’empêche que le duo français nous a livré un bijou, une production en tout points maitrisés, une recherche constante de la sonorité parfaite et nous délivre un album hommage à tous ceux qu’ils aiment et prouve que Daft Punk conjugue le futur et le passé au présent d’une manière unique.

N°2 :  The Reflektor d’Arcade Fire

Tout album d’Arcade Fire est forcément un évènement depuis 2003, date à laquelle les canadiens ont émergé avec Funeral. Comme toujours, le groupe fait parler de lui et ne laisse jamais indifférent. Le cru 2013 est pour moi une année exceptionnelle, Butler et Chassagne font encore évoluer les sonorités du groupe, lorgnant de plus en plus vers le dansant tout en conservant cette patte inimitable, à la fois intimiste et lyrique.

N°3 :  The Golden Age de Woodkid

Woodkid, c’est un projet que personne n’avait vu arriver, un succès extraordinaire mais surprenant pour un artiste définitivement pas comme les autres. Réalisateur de clip reconnu, Yoann Lemoine se lance dans la musique, il mélange rock, musique de film et electro, mixe le tout au shaker et livre un album grandiose, original, très recherché à la fois dans les sons mais aussi dans le visuel et l’écriture. Ce n’est pas un simple album mais un univers entier qui nous est proposé ici.

_________________________________________________________________________________________________

David

_________________________________________________________________________________________________

N°1 : Chambre 51 de Jimmy Whoo

Sûrement un des albums que j’ai préféré découvrir cette année. C’est parce qu’on retrouve des sons posés avec des instrus vraiment agréables (chill-out, si je devais donner le genre de l’album avec la peur de me tromper) qui s’accompagnent de quelques voix qui trainent par-ci par-là selon les pistes, des collaborations avec Bonnie Banane ou Sabrina (de The Hop) pour ne citer qu’eux. De plus, ça s’écoute sans modération que c’est à placer dans le top 3 des mes albums préférés de cette année 2013. Ah oui, et c’est en téléchargement gratuit sur le site de l’artiste, donc vous n’avez aucune excuse pour ne pas l’écouter.

N°2 : Kveikur de Sigur Rós

On quitte la France et on s’envole pour l’Islande avec Kveikur, le septième album de Sigur Rós. A l’intérieur on retrouve des sonorités originales et douces, c’est original, beau et ça met de bonne humeur en plus. J’aurais aimé vous le conseiller comme cadeau de Noël pour tous ceux qui ne sont pas sourd, parce qu’il es timpossible de ne pas adhérer alors il n’est jamais trop tard pour les découvrir. Disponible un peu partout en magasin, ou sur iTunes, Spotify et Deezer pour moins de 10€.

N°3 : Seriously, Eric? #6 de Alter K.

Joker ? Le label parisien Alter K. a sorti sa compilation de coups de cœur de l’année lui aussi. Et c’est sûrement un des meilleurs moyens de découvrir plein d’artistes pas très connus, aux genres souvent avant-gardistes et de clore cette liste en vous offrant la possibilité d’écouter plein de trucs que vous ne découvririez jamais autrement. On retrouve par exemple At the Fairground de Von Parihas, Vacances de 87 de Le Couleur ou Good for The City de Kraak et Smaak qui n’ont rien à voir musicalement parlant sur un même album à écouter sur iTunes, Spotify ou Deezer sans se ruiner.

_________________________________________________________________________________________________

Joffrey

_________________________________________________________________________________________________

N°1 : All This Bad Blood de Bastille

Réédition de leur premier album Bad Blood, All This Bad Blood est l’occasion de découvrir des titres somptueux comme Haunt, Sleepsong, issus de leurs précédents EPs et quelques covers livrés dans leurs deux mixtapes Others People’s Heartache.

N°2 : In These Waters de Mads Langer

Disque d’or au Danemark, In These Waters, quatrième album studio de Mads Langer nous transporte dans un univers pop délicieusement vibrant avec Ghost Town et romantiquement envoûtant sous Elephant.

N°3 : Too Weird to Live, Too Rare to Die de Panic! At The Disco

Nouvel album du groupe de Las Vegas, Too Weird To Live, Too Rare To Die est too long à prononcer et à mémoriser mais bougrement puissant et coloré. Impossible de ne pas être dopé par Nicotine et pris de folie sur Girls/Girls/Boys.

_________________________________________________________________________________________________

Gauthier

_________________________________________________________________________________________________

N°1 : Random Access Memories de Daft Punk

Random Access Memories c’est l’album de tous les records, l’album qui a réuni tous les publics, enfin l’album de l’année. On y retrouve de grandes collaborations avec des artistes tels que Julian Casablancas ou Pharell Williams, la bête de studio et sûrement l’artiste de l’année. Conduit par le déjà culte Get Lucky que tout le monde a déjà eu dans la tête, cet opus s’impose vraiment comme celui de l’année.

N°2 : AM de Arctic Monkeys

Les Arctic Monkeys on les a connu avec de l’acné, aujourd’hui ils sont en tête d’affiche des plus grands festivals et ce n’est pas pour rien ! AM est sans aucun doute l’album indie rock de l’année mené par les single Do I Wanna Know ?, R U Mine ? et One For The Road. Cet album incarne à lui seul ce que l’on fait de mieux comme rock en 2013.

N°3 : The Marshall Mathers LP2 de Eminem

Le King du rap Eminem est revenu cet année avec une deuxième partie de son Marshall Mathers LP. Album rap de l’année, MMLP2 est la concrétisation de nombreuses collaborations de la part d’Eminem, c’est un coup de coeur pour ma part même s’il n’est que le troisième dans ma liste derrière les deux monuments géants placés devant.

_________________________________________________________________________________________________

Lorelei

_________________________________________________________________________________________________

N°1 : Racine Carrée de Stromae

En numéro 1 des albums de l’année, je dirai sans hésiter la Racine Carrée de Stromae, il s’agit de l’album parfait et allons-y franchement celui de la consécration. Sa performance aux NRJ Music Awards il y a quelques semaines a mis les spectateurs à ses pieds ainsi que les autres artistes présents ce soir-là.

N°2 : Mechanical Bull de Kings of Leon

Dans un univers plus rock, mon deuxième album coup de cœur de 2013 est celui des Kings of Leon avec une mention particulière pour les titres Rock City et Wait for Me.

N°3 : Wonderful, Glorious Eels de Eels

Enfin le dernier opus de mon Top 3, c’est l’album de Eels sorti cette année qui encore une fois est impeccable et s’écoute en boucle.

_________________________________________________________________________________________________

Agathe

_________________________________________________________________________________________________

N°1 : Overgrown de James Blake

Deuxième album parfait. La mélancolie qui se dégage de ce disque est maitrisée, belle, c’est un dubstep émotionnel, écorché, aussi fragile que la voix de Blake. J’ai de l’amour pour Overgrown.

N°2 : Random Access Memory de Daft Punk

Sexy. Sombre. Random Access Memory n’est pas ordinaire, pas normal, réussi. Sexy, c’est aussi un peu sauvage, un album en sortie de route salvatrice. Sombre parce que sauvage, RAM est parfaitement ténébreux (bonus : l’edit de RAM par Nicolas Jaar).

N°3 : Head In The Dirt d’Hanni El Khatib

Le premier album était blues, roots, sur la route. Celui ci est plus facile, plus rapide. Rock n’roll efficace, Head In The Dirt est produit par Dan Auberbach, et c’est le meilleur album inconnu de l’année.

_________________________________________________________________________________________________

Charlotte

_________________________________________________________________________________________________

N°1 : LOVE LUST FAITH + DREAMS de Thirty Seconds To Mars

Je ne pouvais point renier mes origines : après le sombre This Is War qui s’inscrivait dans la lutte acharnée du groupe contre le Goliath EMI, et qui avait donné lieu à la tournée la plus intense de l’Histoire de la musique (je pèse mes mots : record international de la plus longue tournée pour un seul album avec 304 concerts en deux ans), on retrouve le trio dans un album coloré, positif, aux paroles passionnées et personnelles (City Of Angels, Do Or Die). Les très cinématiques Pyres Of Varanasi, Birth et Depuis le Début nous entraînent dans les confins de l’espace temps, bref, le travail est fin, ciselé, superbe.

N°2 : Opposites de Biffy Clyro

Pour moi, la grande révélation. Avec leur succès outre-manche, j’ai presque honte d’avouer que je ne les connaissais pas avant cet été, lorsque j’ai croisé le regard halluciné de Simon Neil sur la scène du Main Square Festival. Leur double-album Opposites est un concentré de magie écossaise aux guitares aériennes, aux accents roulants et à une pointe de cornemuse en ce qui concerne Stingin’ Belle. Des superbes ballades comme Skylight (réalisée avec Clint Mansell de l’inoubliable Requiem For A Dream), Opposites ou The Thaw aux titres entraînants de Trumpet Or Tap ou de Victory Over The Sun, en passant par les mariachis de Spanish Radio, c’est de l’excellent travail !

N°3 : Miami de Damien Saez

Un an après le triple album Messina aux chansons torturées et aux paroles superbement poétiques, Damien Saez se relance dans la dénonciation et la provocation (parce que ça fait du bien d’exorciser ses démons de temps en temps). Le poids qu’il a pris n’a rien enlevé à celui de ses mots (je l’avoue, la taquinerie est facile) et ses textes incisifs dépeignent la réalité avec un détail savoureux. Alors que Rochechouart rappelle le Noir Désir d’Un Homme Pressé, les excellents Miami et Rottweiler injectent leur dose de folie dénonciatrice droit dans la veine cave. Le rythme planant et la voix éraillée envoient No More dynamiter les glandes lacrymales. Enfin, je m’emporte peut-être un peu : la voix saezienne en rebute plus d’un. J’ai moi-même peiné, mais je m’y suis finalement convertie, à ma grande joie.