Archives par mot-clé : prix ricard sa live

Les Colours In The Street deviennent grands

En 2013, les très jeunes Niortais remportaient un tremplin français grâce à un jury de professionnels face à des centaines d’autres groupes. Aujourd’hui, ils nous ouvrent les portes de leur Royaume pour nous donner un aperçu de leur évolution en deux ans.

Colours In The Street - Royaume Continuer la lecture de Les Colours In The Street deviennent grands

Les Francofolies de 2014: ce qu’on en retient

Les Francofolies fêtent leur 30 ans cette année. Pour cette occasion, le festival et la ville de La Rochelle ont concocté différents événements à ne pas manquer sous aucun prétexte. Concours de vidéos pour souhaiter un joyeux anniversaire aux Francofolies qui se terminera le 27 mai et permettra au gagnant de toucher le gros lot; des expositions au cœur de la capitale de la Charente-Maritime et le jour de l’inauguration de grands noms de la chanson française participeront au Concert des 30 ans sur l’esplanade de Saint Jean d’Acre: Alain Souchon, Michel Jonasz, Bénabar, Christophe Willem et bien d’autres. Mais dans cette nouvelle édition des Francofolies, de nouveaux artistes sont à découvrir. Le SFR jeunes talents permettra à ses dix lauréats et d’autres artistes de présenter leurs titres au Village Francofou, nous en viendrons en détail, tandis que les différentes salles de concert nous feront apprécier des jeunes français et artistes francophones, Canadiens et même Kadebostaniens. Plus de 100 concerts sont à prévoir, avec ou sans le soleil charentais, ces 5 jours promettent de bons jours à la musique.

Continuer la lecture de Les Francofolies de 2014: ce qu’on en retient

Rencontre avec Holy Two

Rencontre avec le groupe français Holy Two, duo electro-pop qui vient d’être sélectionné parmi les 15 finalistes du Prix Ricard S.A Live. Leur premier album éponyme adoube le synthétiseur sans désavouer les guitares, façonnant une ambiance aérienne typiquement française, intrinsèquement anglaise. Holy Two, c’est un minimalisme qui donne vie, captivant, fervent.

© Crédit photo : Thibault Maurel De Maillé

EC : Façon Wikipedia, on met quoi dans « influencé par » ? Et dans « genre » ?

Holy Two : On est influencé par tout un tas d’artistes d’horizons et d’époques très différentes, de Jacques Brel à Jay Z, de Franck Sinatra à Phoenix, en passant par The XX, MSMR, Alt-J, Foals, et bien d’autres encore. C’est sans doute ce qui fait qu’on n’a pas vraiment de style très défini, on ne répond aux codes d’aucun style en particulier, ou plutôt de tous les styles à la fois. Du coup, c’est assez pratique parce que chacun voit un peu ce qu’il veut dans notre musique : de la pop, de l’électro, du hip hip, new wave, musique minimaliste, ou même trip pop (on a appris ça récemment), tout y passe (même si on ne peut pas plaire à tout le monde).

– On le définirait plutôt comme un « duo aérien électro-pop », une « douce transe orgasmique ».

Vous faites partie des 15 finalistes du Prix Ricard S.A Live. Vous pensez réellement que ça va vous mener quelque part, ou le plaisir de se produire en  live prime ?

– On espère que ce concours sera un moyen de se faire connaître non seulement auprès des professionnels mais aussi auprès de bons groupes avec qui on aurait plaisir à partager des scènes. Après, on n’attend pas non plus de ce prix qu’il nous propulse au rang de rock star du jour au lendemain ! Mais si ça peut être un moyen de faire parler de nous…

– De toute façon, le plaisir du live est toujours présent évidemment, mais sachant qu’on prend plus de plaisir à jouer dans des salles où le public est présent que dans des salles vides, la notoriété du groupe compte aussi. D’ailleurs, le prix Ricard Live propose une tournée dans des salles plus que prestigieuses, et c’est ce qui en fait un très beau concours.

Vous êtes jeunes, vous avez déjà sorti un album, Holy Two, c’est grâce au concours et à la visibilité qu’il offre ?

– Pas vraiment puisque nous avions sorti l’album avant de s’inscrire au concours. Maintenant, ce concours a effectivement une grande renommée et d’ailleurs le niveau y est très bon, on est vraiment très fiers d’avoir été sélectionnés et on ne remerciera jamais assez toutes les personnes qui nous ont soutenus.

– On espère en revanche qu’il nous offrira de par sa grande visibilité l’occasion de nous produire un peu plus, et sur de bonnes scènes.
Pour ce qui est de l’album, il est sorti très vite en effet, mais on a fait les choses dans l’ordre, on s’est vraiment donnés à fond en essayant de donner le meilleur de nous mêmes dans nos compositions. D’ailleurs, comme on compose un peu partout et tout le temps, écrire les morceaux est allé relativement vite.

Entre covers minimalistes, clips filtrés, votre électro-pop se fait remarquer. Ca vous surprend ? Vous êtes les « élus » après tout.

– Assez oui, surtout que tout est allé extrêmement vite. Il y a un an, on composait notre premier morceau, et on est vraiment touchés par la ferveur des gens qui nous suivent depuis le début, et de ceux qui nous ont rejoint en chemin.

– On essaie de mettre le plus de nous possible dans notre musique, dans cette aventure, et de la partager avec un maximum de personnes, et si le public est réactif on est heureux.

Quels ont été les grands moments de 2013 ? 

– Comme grand moment de 2013 on ne pourrait pas ne pas citer la sortie de notre album en décembre 2013, et toutes les dates qui s’en sont suivies : Besançon le 20 décembre avec nos copains d’Animal TV, Marseille le 28 et Londres le 30, avec Animal TV également et Here Lies Wolf Queen. Ça a été une expérience très enrichissante de jouer dans un pays étranger et de rencontrer un autre public.

– En fait, étant donné que ça fait seulement un an qu’on joue, tous nos événements marquants ont eu lieu en 2013 (rires). Alors on pense qu’il faut signaler notre première date de concert, le 30 mars 2013 dans un bar un peu miteux (désolés cher propriétaire) avec les très bon Last Train, à qui on fait un gros coucou. Et puis notre sélection au concours Musiques de RU qui nous a amenés jusqu’à la demi finale nationale le 21 mai 2013, où nous avons rencontré Here Lies Wolf Queen et Animal TV qu’on a cités juste avant (bisous à vous aussi les gars).

– Il nous est arrivé plein de choses rigolotes pendant la mini-tournée de release mais ce serait trop long, et d’ailleurs la tournée n’est même pas encore finie puisqu’on jouera le 25 janvier au Sonic à Lyon et le 28 aux Trois Baudets à Paris.

Enfin, quand on forme un groupe, on travaille pour se développer. Vous considérez ça comme éphémère ou votre futur c’est être le nouveau groupe électro français ?

– Ni l’un ni l’autre, on espère continuer à jouer et à composer le plus longtemps possible, en expérimentant un maximum les sonorités et en continuant d’explorer notre univers musical. Il y a encore beaucoup à faire, et on ne compte pas s’arrêter là. Si le public est au rendez-vous, c’est génial.

– Ce qu’on aimerait beaucoup, ce serait réussir à se développer dans le milieu cinématographique parce que c’est ce qu’on aime dans la musique et dans l’art en général : le mélange des disciplines, et la collaboration entre les divers amateurs de celles-ci. Et l’image et le son sont vraiment très complémentaires à nos yeux.

____

Facebook

Bandcamp

____

Nos 5 finalistes favoris du PRIX RICARD S.A Live

Ça vient de tomber il y a quelques instants. Le Ricard Live vient de donner la liste des 15 finalistes de son concours. Pour comprendre le but du Prix Ricard Live, c’est simple: le but est de promouvoir les jeunes talents, mais aussi et surtout promouvoir la musique live sur l’ensemble d’une tournée de scènes locales. Il y a chaque année une centaine de participants, le vote est ouvert au public et en complément, un jury vient attribuer ses préférences sur les 15 artistes qu’ils pensent vouloir voir en finale. Et les voici cette année: 38, Feuille d’Aglaska, A Rainmaker, Birdy Hunt, Colt Silvers, Hill Valley, Hokins, Holy Two, Kiz, La Classe, Neeskens, Okay Monday, Olympia Fields, Poom, Toybloid et enfin Two Bunnies In Love. Parmi ces finalistes, nous avions repéré et chroniqué 5 groupes qui sont aujourd’hui finalistes. Mais finalistes de quoi ? Oui parce que ce n’est pas fini, il n’y aura qu’un groupe qui ira jusqu’au bout.

L’année dernière c’était le groupe Colours In The Street qui a remporté le concours et a ainsi pu bénéficier des nombreux avantages de lauréats d’un Prix: la signature avec un label (Believe Digital), partenaire de Ricard S.A Live Music, avec la sortie digitale d’un EP ainsi que l’accompagnement promotionnel qui va avec. En plus de ça, des dotations de matériel (instruments, son, vidéo) et surtout, car oui il y a un surtout, une présence accrue du groupe sur les grandes scènes nationales et sur les plus grands festivals français. Bref, avec ça, tout le monde peut voir midi à sa porte.

Voici mes 5 artistes coups de cœur de la finale qui pourraient prendre la relève de Colours In The Street en 2014

Poom

(Paris)

Style musical : Electro / Pop

Influences : Michaël Jackson, Serge Gainsbourg, Michel Legrand, Daft Punk

Discographie :

  • 2013 — Face the Fire & My Licorne and Me E.P

Pourquoi ils devraient gagner : French Touch. Disco. Voilà, vous aurez compris ce qu’est Poom, un nouveau projet parisien. Un duo qui ne prend pas beaucoup de risques dans sa façon à choisir ses compositions musicales. Sur ce point, on ne peut s’empêcher de les référencer à Granville qui ont pour titre d’album Les Voiles, même titre (la compo différant) mis en avant par Poom. Bref, ce n’est pas du nouveau qu’on nous propose mais c’est en même temps aucun signe de faux pas de la part du duo.

A Rainmaker

(Paris)

Style musical : Electro / Pop

Influences : Phoenix / Air / Miami Horror / Tame Impala / Kindness

Discographie :

  • 2013 — Rwenzori

Pourquoi ils devraient gagner : Quand on écoute leur premier EP Rwenzori on peut établir deux choses de façon imminente. De un, c’est leur première trace dans la musique alors on devrait plutôt être conciliant avec leur premier grand pas dans l’industrie musicale. Puis la seconde chose, on se rend compte qu’on n’a pas à être conciliant du tout avec leur maitrise musicale parfaite. C’est un pur feu d’artifice, chaque couleur représentant une ambiance, une influence, un titre. C’est croquant, c’est appétissant, c’est sensuel. Petit conseil: méfiez vous des petits nouveaux de la musique, vous risqueriez de vous faire prendre à votre propre piège.

Birdy Hunt

(Paris) +1

Style musical : Pop / Rock

Influences : The Wombats, Eighties Matchbox B Line Disaster, Phoenix, Booba, Dadyday

Discographie :

  • 2011 — BIRDY HUNT (EP)
  • 2011 — BIRDY HUNT PT.II (EP)

Pourquoi ils devraient gagner : Eux ça fait du temps qu’ils fréquentent la scène. Parfaitement confirmés et maitres d’une signature musicale qui est la leur, on ne peut pas douter de leur détermination. Les membres de Birdy Hunt me disaient l’année dernière à travers une interview (« +1 ») qu’il leur fallait garder un côté enfantin dans leur musique. Et c’est peut être pour ça que leur son mûrit sans vraiment vieillir. Leur folie ambiante suffit pour s’intéresser à eux. Ils sont tout simplement géniaux. A écouter: First, leur dernier morceau. Et un prochain album qui se fait attendre déjà depuis fin 2013.

Colt Silvers

(Strasbourg) +1

Style musical : indie / electro / rock

Influences : SF & horror movies, 80’s & 90’s pop, r’n’b

Discographie :

  • 2013 — RED PANDA
  • 2011 — ACOUSTRONICS WINTER

Pourquoi ils devraient gagner : On n’aime souvent pas se répéter, alors si vous voulez savoir un peu plus en détail le projet qu’est Colt Silvers allez jeter un coup d’œil au « +1 ». Mais j’ai cependant quelque chose à ajouter: au moment où j’ai écrit l’article j’étais loin de penser à l’ascension aussi rapide du groupe. Imaginez ils gagnent et on les retrouve l’année prochaine sur les petites scènes du Rock dans Tous Ses Etats, aux Francofolies et aux Charrues. Ça fait rêver. Mais un rêve est là pour être vécu.

Holy Two

(Lyon) +1

Style musical : Electro / Pop / Transe

Influences : Alt-J, Foals, MS MR

Discographie :

  • 2013 — Holy Two

Pourquoi ils devraient gagner : Les sudistes de Holy Two ont le sang chaud et ça se voit. Leur titre La Tal mélange anglais et espagnol savamment tout en sachant contrôler les désirs du public, un peu de transe, de la joie, et le boulot est fait. On est alors ravi de pas être laissé sur notre faim: en effet, il existe une linéarité dans leurs compos mais jamais de routine. On peut se projeter. Ils mériteraient de gagner pour leur jeune maitrise et leur nouvelle création qui fait déjà saliver d’admiration.

Pour voir les autres lauréats, c’est ici !