Archives par mot-clé : love

Nicolas Buffe, le roi Midas règne entre Paris et Tokyo

 Son nom pourrait évoquer des chocolats, un vêtement, une licorne ou même un opéra italien. Jeune artiste français de 38 ans installé au Japon, Nicolas Buffe garde un lien fort avec l’hexagone où ses doigts ouvrent des portes d’un monde imaginaire et poétique. Véritable redécouverte de l’histoire de l’art,  cette entrevue est l’occasion de découvrir l’art de Nicolas Buffe en parallèle avec des artistes de la Renaissance aux  avant-gardistes européens du XXe siècle.

Continuer la lecture de Nicolas Buffe, le roi Midas règne entre Paris et Tokyo

BANG GANG, une histoire d’amour moderne : le teen movie libertin

Certains doivent se dire : encore un film érotico-romantique sur la jeunesse dépravée, aux antipodes de la réalité. Bang Gang se situe en effet dans cette lignée de films qui inaugurent un changement dans le traitement des relations amoureuses au cinéma. Devenues bien plus érotiques voir provocatrices, ces jeunes romances deviennent presque symptomatiques de notre époque. Incarnée par Larry Clark et sublimée par Gaspard Noé dans Love ou Abdelatif Kéchiche dans La vie d’Adèle, Eva Husson suit cette tendance avec justesse et féminité.

Continuer la lecture de BANG GANG, une histoire d’amour moderne : le teen movie libertin

Cinéma : 2015 passée au crible par la rédaction

2015 s’achève sur une nouvelle cuvée de longs-métrages. L’occasion pour notre rédaction de faire le point sur ses coups de cœur de l’année.

Continuer la lecture de Cinéma : 2015 passée au crible par la rédaction

Mon Roi de Maïwenn : l’amour et la violence

Le dernier film de Maiwenn aura fait jaser depuis que son héroïne Emmanuelle Bercot a remporté le prix de la meilleure interprétation féminine au festival de Cannes (partagé avec Rooney Mara). Certaines critiques soulignent le pathétique dégoulinant porté par une psychologie de café et une intrigue qui tourne dans le vide, mais ici aucune de ces remarques malveillantes ne sera présente. Parce que Mon Roi est un geste cinématographique, percutant, pertinent, enivrant par lequel la jeune réalisatrice atteint sa consécration.

Continuer la lecture de Mon Roi de Maïwenn : l’amour et la violence

Report : Quand The Veils me fait frémir pour la millionième fois

Ou comment prendre son pied devant un de ses artistes préférés.

Continuer la lecture de Report : Quand The Veils me fait frémir pour la millionième fois

Metronomy – Love Letters, l’affinage

Love Letters, le quatrième album de la crème de la pop rock électro anglaise est sorti le 10 Mars dernier ; alors oui je vous en parle un peu tard, mais c’est ainsi, et aujourd’hui c’est Metronomy !

Extrait du clip « Love Letters » de Metronomy

Pas de fausses idées sur le titre de celui-ci, Love Letters n’est pas un album épistolaire comme je me l’étais imaginé, – c’est dommage, j’aurai tué pour un Brandt Rhapsodie version Metronomy – c’est plutôt un album assez conventionnel sans différence notable avec leurs précédentes productions, même s’il m’a laissé très perplexe et partagé à la première écoute, et pendant de nombreuses suivantes. Continuer la lecture de Metronomy – Love Letters, l’affinage

LØVE À LA FOLIE, JULIEN DORÉ – LIVE REPORT

Julien Doré by Emilie Mazoyer
Julien Doré by Emilie Mazoyer

Julien Doré, c’est la Nouvelle Star par excellence qui a sorti son troisième album Løve à l’automne dernier et qui affiche une tournée SOLD OUT depuis des mois. Il a donc occupé les Folies Bergère à Paris pour trois dates du 13 au 15 mars. 

Samedi 15 mars : C’est la dernière représentation de Julien aux Folies Bergère, elle a donc un caractère assez spéciale pour lui comme pour nous.

Arrivée théâtrale, Julien commence avec Viborg, chanson du dernier album. Riche en émotions, cette soirée fut marquée par un Julien Doré multi-casquettes, à la fois disco, félin, bichon, drôle et émouvant.

Il a réussi à mettre debout le public parisien sur 3/4 chansons d’affilé et à le faire danser grâce à Kiss me forever, Whinnipeg ou encore Les Limites. Pourtant, Julien Doré ce n’est pas que ça c’est « aussi quelqu’un qui écrit des chansons à texte » comme il se plaît à nous le dire.

Julien Doré c’est aussi un grand adepte du cache-cache, jamais là où l’attend, s’il n’est pas sur scène sous une boule à facette, il est sur une échelle ou encore sur un balcon avec un mégaphone.

View this post on Instagram

Les bords de mer #LØVE @jdoreofficiel

A post shared by Adjo (@adjod) on

Alors, c’est Corbeau blanc. Sur scène, seul le Ø « o barré » est éclairé, symbole de scarification, de blessure. C’est alors qu’il commence, le public se tait et écoute. La chanson marque la fin du concert, le public est conquis, certains pleurent, d’autres exultent de joie. Toutes ces manifestations de sentiments ne sont que le reflet de ce que l’artiste Julien Doré nous a transmis.

C’est l’heure du rappel avec Mon Apache qui s’inscrit dans la continuité avec un public en état de choc après Corbeau blanc et le concert se termine sur une reprise de SharkoI need someone avec ses musiciens sur le balcon.

LØVE

Bright Light Bright Light, prince de la pop-électro

La fin de l’année 2013 approche, il sera bientôt temps de découvrir de nouveaux talents, de nouveaux albums. Mais moi, j’ai envie de vous faire découvrir la révélation électropop de 2012 et 2013. Son nom est Rod Thomas, plus connu sous le nom de Bright Light Bright Light. Ce drôle de nom est issu d’une réplique de la saga Les Gremlins, film culte des années 80, l’une des décennies chère au cœur du britannique avec la suivante 1990, toutes deux inspirations de ses titres pop-électro.

Bright-Light-Bright-Light-Make-Me-Believe-in-Hope

Après avoir défendu ses chansons lors des premières parties d’Ellie Goulding en 2011, Bright Light Bright Light sort son premier album comprenant quelques titres de ses premiers extended plays. Make Me Believe In Hope nous fait découvrir toute la beauté du romantisme mélangée à de la musique pop mêlée à de l’électro. On y découvre des textes sombres, mélancoliques au tintement ravageur de strass et de lasers verts et mauves. Un vrai bijou à découvrir sans tarder.
En parallèle, il s’associe à Derek Gruen (Del Marquis de Scissor Sisters) et trois autres artistes au sein d’un groupe éphémère Slow Knights en 2013 pour la sortie de l’album Cosmos, part aussi en tournée à New York pour faire découvrir au public américain les titres de son premier album et ses nouveaux titres qui suivront deux EPs la même année. Mais en même temps il nous délivre des remixes disponibles sur son compte Soundcloud comme Somebody That I Used To Know de Gotye et Kimbra ou encore Stupid Mistake de Darren Hayes (ancien leader du groupe Savage Garden).


Puis il se remet en œuvre avec deux rééditions de Make Me Believe In Hope dont un sous-titré Blueprint comportant ce titre homonyme et de nombreux duos avec Mykal Kilgore dans Feel It ou aussi Beth Hirsh pour le cristallisant Grace tout en les réinterprétant au piano, délivrant ainsi un charme envoûtant. Mais ses deux derniers bijoux ont pour nom  Moves et  In Your Care, derniers extended plays en date.


In Your Care défendu par le clip homonyme et un second pour An Open Heart, nous nous met l’eau à la bouche avec quatre titres originaux. Il est irrévocablement annonciateur d’un second album, pour 2014 ? Que dire de plus ? J’ai cette désagréable impression de ne pas avoir tout dévoilé de cet artiste aux mille facettes, capable de nous délivrer des titres au piano comme dans sa dernière réédition de son premier album puis nous reprendre dans son univers électro-pop qu’il affectionne plus que tout et redonner de la vitalité en mixant des titres déjà gracieux. Allez les curieux, les amoureux de la musique, retenez ce nom Bright Light Bright Light.

_____

Site officiel

Soundcloud

Facebook

Twitter

YouTube

_____

5 remixes qu’on aime avec Rudimental, Lana Del Rey et Phoenix

    Il y a fort longtemps, quand j’ai découvert le concept de « remix », j’ai tout de suite adhéré à celui ci. Je trouve ça vraiment intéressant de retravailler une musique pour en avoir plusieurs versions, ce qui donne souvent de bonnes surprises… ou pas. Quoi qu’il en soit je vous ai sélectionné 5 remixes de genres différents qui m’ont plu durant ces derniers jours.

Continuer la lecture de 5 remixes qu’on aime avec Rudimental, Lana Del Rey et Phoenix

Notre sélection de 3 albums qui vous le rendront bien

PUNCH / Autoheart

Seulement disponible en version digitale depuis le 15 juillet 2013, Punch, premier album du groupe Autoheart est une réussite de pop indépendante. Un mélange de romantisme avec The Sailor Song, Agoraphobia, Hungover In The City Of Dust et de pop rythmique comme Lent et Moscow.

  •  A l’écoute: MOSCOW

Continuer la lecture de Notre sélection de 3 albums qui vous le rendront bien