Archives par mot-clé : Fortune

La playlist de la semaine avec BLIND DIGITAL CITIZEN

Régulièrement vous seront proposées des playlists de groupes français. Car oui, ce que nous écoutons nous reflète, et en tendant l’oreille vers ce que ces artistes apprécient nous découvrirons la diversité musicale qui compose ces artistes en herbe. C’est donc en tant qu’enquêtrice que je pars demander à plusieurs artistes leurs musiques du moment. Et quoi de mieux que d’apprendre ce que notre groupe préféré écoute ? Dis moi ce que tu écoutes et je te dirai qui tu es. Attention, surprise !

Cette semaine je vous propose la playlist du groupe Blind Digital Citizen !

J’étais tombée sous leur charme après le live report d’Adrien à la Maroquinerie, me voilà à leur demander leur playlist de la semaine. Blind Digital Citizen est mon gros coup de cœur de la semaine et il est très probable que je vous reparle d’eux prochainement soit via une chronique ou encore une interview, petit clin d’œil au groupe qui lira ce papier.

Bref, j’aimerais te dire, cher lecteur, que si tu te mets à écouter BDC tu ne peux que hocher la tête de satisfaction auditive ou alors fermer la page d’écoute car tes oreilles te l’auront demandé. Mais je vous prie de les ménager, écouter BDC c’est presque une expérience, comme aller dans l’espace pour la première fois, déjà que ça n’arrive pas tous les jours. Difficile de décrire Blind Digital Citizen, j’ai cherché les références que je pouvais leur attribuer. En vain. Je connais peu de groupe qui produit cette pop distillée avec des samples qui insufflent à la fois un rythme presque hip-hop aux créations mais aussi un rythme spatial, flottant, très léger et certainement pas lourd lors de l’écoute. Pour se faire une idée, BDC c’est un peu le genre de bande dessinée où tu as un paysage flou, abstrait mais en fin de compte parfait. Et tu rajoutes à ça des hommes qui se servent de cette nature pour jouer en harmonie avec son milieu. Ou peut être que l’harmonie que je leur trouve est simplement due à mon interprétation personnelle. Ce qu’il en est, c’est que Blind Digital Citizen est très certainement le groupe d’électro/pop le plus bizarre mais le plus créatif que j’ai été amenée à écouter en ce moment.

Ils seront de passage dans des festivals français d’importance, je pense à Panoramas en avril prochain, sans oublier leur invitation au festival des Francofolies en juillet prochain. L’occasion pour eux, qui sait, de se familiariser avec plusieurs sortes de publics qui leur rendront la monnaie de leur pièce comme il se doit.

NEU! – Im Gluck 1972
Bonzo Goes to Washington – 5 minutes
Asolutely Free – Clothed, sitting woman
Death In June – Crush My Love
Judah Warsky – Bruxelles, capitale de l’Europe
_____
_____

A voir en concert :

21.03.14 – Festival Nouvelle(s) Scène(s) – Niort (79)
04.03.14 – Festival Chorus des Hauts-de-Seine – La Défense (92)
18.03.14 – Festival Panoramas – Morlaix (29)
19.03.14 – Parc des Expositions Langolvas – Morlaix (29)

Les « Lions » émouvants de William Fitzsimmons

1382825_10151943845918676_1779118096_n18 février 2014. Date de sortie dans les bacs du cinquième album de William Fitzsimmons intitulé Lions. William Fitzsimmons est un auteur, compositeur, interprète américain mais aussi un psychologue thérapeute. Né de deux parents aveugles et musiciens, il est élevé dans un monde rempli de sons, c’est donc tout naturellement qu’il se tournera lui-même vers ce métier. Il est sorti de l’ombre en 2008 grâce à The Sparrow and The Crow son troisième album. Ses précédents opus avaient été produits et enregistrés par lui-même dans sa maison en Pennsylvanie. A cette époque, le chanteur se produisant peu sur scène, le bouche à oreille suffira à le faire connaître par un public plus large. Ses compositions diffusées dans de nombreuses séries américaines comme « Les Frères Scott » et « Grey’s Anatomy » lui permettront aussi d’avoir une petite notoriété auprès des amateurs de folk.

Continuer la lecture de Les « Lions » émouvants de William Fitzsimmons

[INTERVIEW] FORTUNE

Au beau milieu d’un mercredi après-midi de grisaille comme les autres, nous nous sommes rendus à La Maroquinerie à Paris. Tout de suite ça fait moins routine n’est-ce pas. On en a profité pour poser quelques questions au groupe phare de la soirée, dans la famille pop française je demande Fortune ! Nous avons donc pu leur poser quelques questions sur eux, leur conception de la musique, leur nouvel album. Quelques heures plus tard on les retrouvait lors de leur concert qui s’est annoncé bon, très bon même.

Continuer la lecture de [INTERVIEW] FORTUNE

[LIVE REPORT] FORTUNE + BLIND DIGITAL CITIZEN à La Maroquinerie

22 janvier 2014. Mercredi soir nous nous sommes rendus à La Maroquinerie pour assister au concert de Fortune.

Fortune est un groupe français de pop/rock/électro composé de quatre membres. Parmi eux, Lionel Pierres (chant, guitare), Pierre Lucas (clavier), Vincent Brulin (guitare, clavier) et Hervé Loos (batterie). Le groupe, formé en 2007 a pu profiter de l’expérience musicale de chacun des membres, notamment Lionel et Pierre qui ont participé à l’aventure du groupe breton de hip-hop Abstrakt Keal Agram. Le groupe a donc profité de ce concert pour présenter son set et ses nouveaux titres – issus de leur dernier album Blackboard – que nous avions déjà auparavant chroniqué.

Continuer la lecture de [LIVE REPORT] FORTUNE + BLIND DIGITAL CITIZEN à La Maroquinerie

Fortune – Blackboard, un tableau pas si noir que ça

« La fortune sourit aux audacieux » disait le vieux Virgile. De son vrai nom Fortune, le groupe francophone a vu le jour en 2007. Six ans donc qu’ils existent avec quatre EP et un album, Staring At The Ice Melt, album qui faisait déjà écho de leur maitrise dans le domaine de la composition. Et leur audace pourrait payer avec leur deuxième album intitulé Blackboard sorti aujourd’hui même par le label Disque Primeur.

Cela faisait deux ans qu’on attendait officiellement leur retour depuis l’EP Under The Sun. L’attente vous semblera minime comparé au contenu de l’album et de son potentiel.

Fidèle à eux mêmes, Fortune garde son côté toujours pop/rock indépendant des nineties, mais on note une nette utilisation progressive du synthé, présent cette fois avec plus de puissance, non loin s’en faut pour rappeler leurs influences relatives à la new-wave et à une sono électro sur les bords.

Le premier titre de l’album s’intitule Turn Around, non pas en référence à Bonnie Tyler et son titre Total Eclipse of The Heart, ce serait déplacé de le dire mais on utilise ce clin d’œil empli de références à David Bowie. Un titre empreint de new-wave avec un doux -mais énergique- mélange à un rock pêchu qui introduit et annonce la teneur de la suite de l’album: on s’attend à de l’énergie et on ne sera pas déçu par ça.

Et si on va à la pêche aux canards des influences du groupe, on les retrouve nettement dans chaque titre qui compose l’album. Dans Valley, ce sont aux américains de MGMT auxquels on ne peut s’empêcher de penser, tant au niveau du synthé que de la pop que la chanson tend à mélanger avec une électro efficace et effective. Associé au titre, on verrait un clip tourné dans une salle de concert avec des plans sur la foule, en transe, semblable à l’effet que produit Alt-J sur son public en live. Quant à la chanson Hold Me, on ne peut s’empêcher de récrier un cri de surprise lors du passage où synthé et guitare jouent ensemble, la ressemblance semble frappante, Depeche Mode est remis à la mode.

En continuant l’écoute on retrouve le titre Island, 100% électro, Deliverance, titre à mi chemin entre funk et pop où la voix du chanteur Lionel Pierres rappelle tout juste Jil is Lucky dans son titre I May Be Late. On n’évince pas non plus les références à Two Door Cinema Club ou encore Phoenix dans le bon tiers de l’album. Toutes ces références font la richesse de l’opus et méritent attention. On fait bien un feu d’artifice avec plusieurs couleurs non ?

Et enfin, notre coup de cœur. Qui va pour Blackboard, le selftitled de l’album. Un titre qui utilise le violon, le synthé, la basse et les sifflotements d’une manière tout à fait entrainante. Lors du refrain, Lionel chantonne « Take me to the stars, final destination », il nous y envoie volontiers. Et on en redemande. De part le coup de cœur pour Blackboard, on ne fait confirmer que le titre a été parfaitement choisi pour faire figure de promotion de l’album. Sans vous préciser que le groupe est passé sur les plus grandes scènes françaises ce serait atténuer le succès qu’ils ont petit à petit apprivoisé. Ainsi on compte à leur actif des premiers pas sur les scènes de Rock en Seine, les Vieilles Charrues, des dates de tournées en Europe dont la salle du KOKO à Londres. Récemment on les a vu fouler la scène du Mama Event.

Vous l’aurez compris, cet album est une vraie pochette surprise. Pour filles et pour garçons. Pour jeunes et pour moins jeunes. Bref, l’album se boit, s’engloutit, s’écoute d’une seule traite.

www.fortuneband.fr

l

Fortune

Blackboard disponible depuis le 04 novembre

l

l

l

______

Facebook

Twitter

Tournée française et internationale début 2014

______