La sélection de Yann Octobre 2018 #015

La sélection de Yann #15

Pas mal de rock dans cette sélection du mois d’octobre dont les Israéliens de Sweatshop Boys. Après un détour par les Andes avec Mateo Kingman et un autre en Ouganda avec le Kawuku Sound, on vous parle du morceau de trois producteurs brésiliens ElPeche, Meraki et Barbosa : « 1964 » qui n’est pas sans symbolique.

Sweatshop Boys – A Terminal

Quatre punks d’Haifa dont les textes depuis 2011 parlent « d’anxiété, de bromance et de weed » comme ils l’expliquent. A Terminal est une petite pépite rock bien énervé sorti de leur second album Two Men. Ils ont pris leur temps depuis leur premier LP qui datait de 2013 mais visiblement ça valait le coup !

Mateo Kingman – Religar

Le deuxième album de l’équatorien Mateo Kingman arrive en 2019. Et le premier extrait semble prometteur puisque les sonorités se font minimalistes sur le morceau avec un kick lent et puissant. Nappés dans une tonne de reverb, le titre pop est délicat presque fragile même s’il se permet des envolés lors des refrains.

(PS : le clip vaut le détour, aussi !)

Kawuku Sound – Many Hands

Comme souvent dans la musique, l’histoire de Kawuku Sound est celle d’une rencontre. Deux producteurs anglais,Contours et Cervo, et les percussions du Fonkodelis Arkestra. Enregistré en un mois dans la résidence d’artistes Boutiq Studio à Kampala en Ouganda, les synthés viennent faire planer sur les rythmiques hypnotiques du groupe de percussion.

ElPeche, Meraki & Barbosa – 1964

Les percussions résonnent comme des coups de feux, la basse est lancinante et obscure… et pour cause, la date choisit pour illustrer le morceau est symbolique. Le 1964 est l’année de l’arrivée au pouvoir de la junte militaire au Brésil… Un régime admiré par Jaïr Bolsonaro, président du Brésil (alors candidat à la sortie du morceau).

Pour retrouver toutes les autres sélections, c’est sur Mixcloud.
Et l’article du mois dernier est juste là !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.