Vieilles Charrues

Les festivaliers, toujours aussi fans des Vieilles Charrues

Oui, les festivaliers restent fans des Vieilles Charrues. Si non à quoi bon revenir chaque année ? Au fil des années et des micros tendus à la population du festival, on remarque d’ailleurs que les festivaliers font preuve d’une fidélité à toute épreuve pour le festival carhaisien. La preuve, cette année, ils étaient 280 000 sur le site de Kerampuilh. Autant que l’année dernière.

Robin et Olivier (au milieu) et leurs potes : « Les 2000, arrêtez de grimper sur les épaules ! »

« C’est la deuxième fois qu’on va au festival. On vient entre copains pour danser sur les Négresses vertes. On vient de Nantes, Agens, Poitiers, Saint-Malo… On adore IAM, Therapie Taxi, Rilès… On remarque qu’il y a plus de monde cette année que l’an dernier. L’ambiance est toujours au top, on adore chanter la chanson de Benjamin Pavard. Aussi, on a un coup de gueule à passer : nique les 2000 qui grimpent sur les épaules au meilleur moment du concert. On voit rien, ça nous gâche le concert. »

Romane (à droite), avec les bénévoles du stand paëlla : « Bénévole depuis huit ans »

« Je suis bénévole au stand paëlla, en face de la scène Gwernig. Je fais partie de l’association Solidarité Dar el salam depuis presque dix ans. L’objectif de celle ci, c’est d’aider les sénégalais et les maliens dans les domaines de l’eau, la santé et l’agriculture. C’est ma 8e année de bénévolat aux Vieilles Charrues. Cette année, on est environ 150 bénévoles de l’association sur tout le site, au stand ribs et à la cuisine du monde. Je reviens aux Charrues parce que j’apprécie l’ambiance, c’est convivial, et les gens sont toujours sympas. »

Francky, Gwenaël, Jonathan, et un autre : « On est les gars au drapeau string »

« Qu’est ce qui est jaune et qui attend ? Bah Jonathan ! Alias le GPS du groupe aux Vieilles Charrues… Ou pas ! On vient depuis toujours au festival, et on est les gars au drapeau aux strings noirs et blancs. On poursuit d’ailleurs notre collection ! On est venu pour qui ? Gorillaz ! Et l’alcool, surtout la Grimbergen. C’est une bonne programmation, non ? On vient essentiellement de Brest, Nantes et Lorient. On a aussi un tampon avec notre marque de groupe, String Poher Attitude. Tu viens dans notre groupe Facebook ? »

Julien, Elyma, Manon, Laura, Lukas, Camille : « Un grand oui à la pluie du vendredi soir »

« On vient de Pontchâteau, et on a tous plus ou moins 18 ans. Ce sont nos premières Vieilles Charrues. Avant, certains d’entre nous sommes allés au festival 7e Vague ou Couvre feu. On vient pour deux ou trois jours. Musicalement, on est surtout là pour Kygo, Damso, Orelsan et Eddy de Pretto. Et Rilès, qu’on a vraiment bien aimé. Un point positif, l’ambiance au camping, on est devenu potes avec nos voisins de tente. Et la pluie la nuit du vendredi au samedi, ça nous a rafraîchis. Un point négatif, les parkings qui sont super loin, on est garé à presque une heure à pied. L’une d’entre nous a aussi un bob Cochonou, chopé dans les Pyrénées, pendant le tour de France. »

Lise, Aline, Benjamin, Mallory, Manu, Arthur, Darius : « Le 10, c’est le bordel… »

« Au moment où tu nous parles, on ne se connaît tous que depuis quelques minutes. Certains c’est leur 1ere fois, d’autres leur 5e aux Charrues. On reste trois jours, et on dort chez l’habitant. On a trouvé ce bon plan sur Le bon coin, il y a une super ambiance. Les autres, ils sont au camping 6 du festival. Le 10, c’est le bordel… On est là pour l’ambiance et les concerts de Lomepal et Kygo qui était vraiment énorme, il y a eu un beau feu d’artifice pendant sa performance. On connaît pas les autres artistes, mais on fait des découvertes ! Autant dire qu’on est en forme grâce à la pluie de la nuit dernière, parce que du coup on s’est couché plus tôt. »

En famille : « Le festival de l’année »

« On vient en famille pour la première fois, les enfants ont 12 et 13 ans. Nous, les parents, ça fait 18 ans qu’on vient. C’est à chaque fois le festival de l’année. En décembre, dès que la billetterie ouvre, on achète nos pass. On adore l’ambiance, Gorillaz, Massive Attack, Les négresses vertes… Et les ribs. Notre fils adore Ofenbach. Ce soir, on dort au camping… Mais pas celui des festivaliers. On n’en dira pas plus ! »

Eugénie, Chloé, Emma, Clémence : « Des améliorations du côté des toilettes »

« On a entre 20 et 21 ans, et on est venues pour trois jours. On dort au camping numéro 5. Ce n’est pas le plus bordélique, donc ça va ! On a été attirées par les têtes d’affiche, dont Ofenbach et Mo, qui nous fait bien danser. Et pour les garçons, aussi. On note que le camping et au top, et les toilettes aussi. Comme le site a été agrandi cette année, il y a moins d’attente. Parmi d’autres festivals qu’on a fait, on trouve que celui-ci est au top au niveau de l’organisation. »

Photos : Claire Hemery.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.