bleu canyon Silence of The Death Machine

En exclusivité : Bleu Canyon sort « Silence of The Death Machine »

Le deuxième EP du groupe Bleu Canyon sortira le 9 octobre. Il est le résultat d’un an de travail. Intitulé Silence of The Death Machine, il promet une belle ballade musicale dans l’univers du groupe.

IMG_0402
Hugo Seyer, Vincent Béranger et Charlie Maurin

Nous vous avions déjà parlé de ce groupe Toulonnais il y a quelques mois. Aujourd’hui, Vincent Béranger et Charlie Maurin reviennent pour présenter un titre inédit, Silence of The Death Machine, issu de leur prochain EP éponyme, à venir le 9 octobre, chez le très bon label toulonnais Toolong records. « Nous sommes assez satisfaits de ce qu’on a réussi à faire parce qu’on ne disposait pas de beaucoup de moyens. La grande nouveauté : nous avons intégré un batteur : Hugo Seyer. Nous serons trois sur scène, nous sommes impatients ! »

Vincent et Charlie ont fait le choix de travailler avec les mêmes personnes que sur leur précédent EP. On a donc Eloïse Mercier à l’écriture des textes, Sébastien Gros du Cox In Hell studio à la production, et Martin Baudu aux arrangements. « Ils connaissent tous les trois très bien notre son. »

Silence of The Death Machine en exclusivité

Bleu Canyon a choisi Efflorescence Culturelle pour diffuser en exclusivité le titre phare de leur nouvel EP, Silence of The Death Machine.

Ils nous en disent plus à son propos :

« C’est l’un des premiers titres que nous avons composé pour cet EP. Il a quelque chose de boiteux dans la rythmique, comme un dernier souffle. Le titre parle des écrans qui peuplent notre quotidien, de cette surface hermétique qui conditionne le rapport au monde, aux autres, et à soi. Une pellicule froide qui estompe la rugosité des échanges, des frottements, avec une réalité devenue trop dure à embrasser. Ça parle des intimités citadines noyées dans un flux électronique, derrière leurs écrans, qui se parlent sans se rencontrer, qui s’aiment sans se toucher, et du vide immense qu’il y a derrière. La solitude et l’immensité. C’est le film Her qui a inspiré cette chanson. Notre musique a quelque chose de très cinématographique. »

Ancrer son identité

Avec cet EP différent du premier, Bleu Canyon a le souhait d’ancrer un peu plus son identité et d’aller plus loin dans la production. « Je pense que c’est plus sombre, plus organique. Il y a également des voix féminines. On prend le temps, on tente des choses », confie Vincent Béranger.

Au-delà de l’atmosphère, les inspirations semblent, elles aussi, avoir quelque peu changé. « Nous nous sommes plus inspiré de la musique électronique, parfois du trip hop, du post rock.. L’idée était de mélanger les couleurs synthétiques des années 80, la pop, la musique électronique. Moderat a été une grande source d’inspiration mais on est toujours aussi fan de Depeche Mode ! » 

IMG_0401
Hugo Seyer, batteur (à droite) rejoint le duo Bleu Canyon.

____

Pour suivre ce jeune groupe toulonnais plein d’ambition, vous pouvez aller sur leur page Facebook, leur site Internet. Et si l’envie vous dit (ce qui ne devrait pas être très difficile après l’écoute de leur titre), Bleu Canyon donnera un concert le 13 octobre, à l’Omega Live de Toulon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.