cloud maze russie

Cloud Maze : le groupe de rock russe remarqué par le batteur de AC/DC

Chris Slade (de AC/DC) a trouvé la musique du groupe russe « sensuelle ».

Cloud Maze est un jeune groupe de rock russe qui, en trois ans de carrière, a déjà tourné dans toute l’Europe. Et qui a rempli ses premières dates françaises en mai. En entrant en contact avec eux, je voulais évoquer la censure politique russe exercée sur la musique. Mais ils m’ont dit qu’ils s’en foutaient. « Après Poutine, il y en aura encore d’autres qui feront de la merde. » Bon. C’est ce qu’on appelle se prendre un râteau. J’ai donc sorti le plan B, et j’ai entrepris de m’intéresser à leur démarche musicale. Car si elle ne fut pas politique, elle était du moins pourvue d’intérêt. Avant même d’avoir prêté une oreille attentive à leur rock, le batteur de AC/DC, Chris Slade, avait mis des mots sur le groupe originaire de Moscou : « Le chanteur (Sergy Boldyrev) a une super voix. C’est très sensuel, c’est ce qui donne son originalité au groupe ».

cloud maze
Cloud Maze ici en 2016 au Crocus City Hall de Moscou (l’équivalent du Zénith).

Depuis ce compliment, Sergy a croisé plusieurs fois le membre de AC/DC sur les tournées de Cloud Maze. Le plus drôle, c’est que ce groupe mythique a introduit le rock aux Russes lorsqu’ils étaient plus jeunes. C’est aussi Chris Slade et ses compagnons qui ont fait naître des vocations au sein de Cloud Maze. Et des vocations il y en a eu plusieurs : vingt musiciens ont défilé depuis la création du groupe. Certains sont venus, puis sont partis vers d’autres trajectoires. Leur dernier bassiste est entré à l’armée pour devenir soldat. Mais la majorité des départs ont débouché sur des projets solos. Puis d’autres sont restés.

C’est le cas de Sergy, bien sûr, parce que sinon à quoi bon garder le nom d’un groupe si sa mascotte s’en va ? « Il n’a jamais été question que je m’en aille » explique le chanteur aux 6 000 fans sur le réseau social VK, le pendant russe de Facebook. Sur Skype, à travers la webcam, le leader volubile et autoritaire, au visage doux, laisse éclater son admiration pour les États-Unis : « On n’y a pas encore tourné mais j’ai toujours mon visa sur moi, alors… » S’il avait pu naître en Amérique, il aurait sans doute dit « oui, je le veux ». Il rêve de se produire au Wembley Stadium. Avec son bassiste, son guitariste, son batteur. Devant des milliers de fans qui applaudissent à tout rompre. Un show à l’américaine, quoi.

cloud maze
Sergy Boldyrev, le leader charismatique de Cloud Maze.

En attendant de concrétiser son fantasme, il prépare un album pour 2018, qui, peut-être, le propulsera sur la terre sainte de ses influences musicales qui réunissent principalement Machinedrum (électronique) et Deadmau5 (électro house). Ses écoutes débordent du continent ricain et sont aussi britanniques. Mais ici bien plus rock’n’roll. Muse. Et Don Broco, leur dernière découverte collective. On dit souvent : « On est ce qu’on fait, on est ce qu’on écoute… » Sur cette théorie quoiqu’un peu discutable, Cloud Maze a progressivement montré deux  facettes, un côté hybride insoupçonné. « On était lassé, et on avait envie de faire une nouvelle musique, utiliser d’autres instruments, intégrer l’ordinateur » soutient le bassiste actuel. Le chanteur, lui, décrit surtout le fait que, ces dernières années, de nombreux groupes issus de formations rock ou pop, ont intégré l’électronique à leurs maquettes finales. L’entrée peut se faire par le synthé ou les samples. Chez eux, elle se fait par l’ordinateur et des superpositions de pistes, le patchwork. Preuve en est de l’ouverture de la curiosité dont fait preuve Cloud Maze, ils intégreront des notes de jazz aux morceaux de leur futur album, le troisième après « Maybe, U Decide » sorti en 2014 et « R U Excited » sorti en 2017.

Laisser un commentaire