adam naas mama live

Une soirée groove pour le coup de lancement du MaMA à Paris

Comme tous les ans, l’automne pointe le bout de son nez et avec lui toute une ribambelle de festivals. Mais le rendez-vous à ne pas rater reste le MaMA ! Depuis 7 ans déjà, le festival réunis passionnés de musique et professionnels dans les plus grandes salles de la capitale.

Sly Johnson mama festival
Sly Johnson à La Cigale, jeudi 18 octobre. Photo : Magali Agnel/Efflorescencce Culturelle

Le coup d’envoi de cette édition est donné par la toute nouvelle génération, avec des artistes comme Clara Luciani, cette jeune marseillaise, découverte dans La Femme et qui venait nous présenter l’album qui sortira en février 2018. Bien lancés par cette prestation, nous prenons un peu la température des différentes ambiances et optons pour La Cigale, où le label parisien de jazz, funk et soul nommé Heavenly Sweetness soufflait sa 10ième bougie. Une soirée d’anniversaire bien animée, avec une programmation des plus groovy.

Sly Johnson et sa machine nous a guidés dans son univers soul pour finir avec son single Everybody dancin’. Puis c’est au tour du talentueux beatmaker Guts de faire son entrée. La session de cuivres et les choristes survoltés suivent le chef d’orchestre. Il nous régale de sons funky, de medley et de featuring, entouré par ses amis les artistes Beat Assailant, Sly Johnson, Féfé ou encore Patrice, qui nous fera la surprise de monter sur scène pour les deux derniers morceaux du set.

Guts et Patrice mama festival
Guts accompagné dans la même soirée sur scène par Patrice. Photo : Magali Agnel/Efflorescence Culturelle
Big Junior ou Adam Naas ?

Puis vient le dilemme. Big Junior ou Adam Naas ? A l’heure où les lyonnais diffusaient déjà leur Hip Wave au Bus Palladium, le Carmen était quasiment rempli. Nous arrivons tout juste pour le début du set. Adam Naas prend place ! Sa voix parfois cristalline se fait rauque et grave en l’espace de quelques notes. Les beats sont efficaces, la ligne de basse rythme parfaitement les contretemps de la mélodie et suit les sonorités aériennes de la guitare. Le jeune français guide le public avec douceur et nous parle d’amour avec timidité et mélancolie. On ne peut s’empêcher de penser qu’on a en face de nous la révèle du roi de la pop, en une version plus dénudée et romantique.

adam naas mama live
Adam Naas, coup de cœur depuis toujours. Photo : Magali Agnel/Efflorescence Culturelle
Plus d’une centaine d’artistes à voir

Le voyage continue au grès des salles de Pigalle et les découvertes se multiplient. Mais il y a encore tant d’artistes à voir ! D’ici vendredi ils seront plus d’une centaine à se succéder pour présenter leurs sets. Alors ne les ratez pas. Des pass sont encore disponibles. Et pour vendredi, rendez-vous au Backstage by The Mill pour retrouver le coup de cœur de notre redac’ : Phlake et leur rythm and blues made in Danemark.

Laisser un commentaire