La vraie vie de Bigflo & Oli

C’est qui ces deux là ? Mais c’est Bigflo & Oli ! Deux ans après la sortie de leur premier album, les deux frères reviennent en force avec La vraie vie.

Si La Cour des grands a été une vraie claque, le second album de Bigflo & Oli démontre que les deux jeunes toulousains ont gagné en maturité.

En guise d’ouverture, La Vraie vie, titre éponyme nous plonge dans une réalité icarienne. Bigflo et Oli commencent à devenir les maîtres d’ouverture d’album. À défaut de nous promettre monts et merveilles, les deux frères parient sur un second album meilleur que le premier et règlent leurs comptes avec Orelsan. On ne peut que constater, avec ce premier titre, que le duo a su resté modeste. Il nous fait désormais part de ses regrets. On en apprend également plus sur leur vie, la vraie vie.

Ensuite, Alors Alors nous entraîne dans les tracas d’un jeune quotidien entre amour, études et rêves. Malheureusement, en grandissant, le monde adulte peut être marqué de désillusions, nous perdons des amis de vue mais il faut continuer à avancer.

Si les blessures personnelles sont au centre des réflexions de Bigflo et Oli, ils mettent aussi au point d’honneur à « parler de ce monde qui va mal ». Bigflo nous rappelle alors que pour la plupart d’entre nous la musique est un remède. Tous ceux qui ont déjà assisté à un concert peuvent en attester, un concert est un moment suspendu dans le temps, pendant lequel on laisse nos problèmes de côté. Ce sentiment nous est rappelé par Personne. Les frères vont à l’encontre des préjugés du rap et de la musique selon lequel « Personne n’écoute les paroles » et n’hésitent pas à se politiser et se livrer.

L’album continue avec Salope !, titre assez surprenant de la part de Bigflo & Oli mais c’était sans compter sur leurs qualités lyriques. Ils nous décrivent le quotidien forcé d’une femme qui s’adonne au « plus vieux métier du monde . C’est un focus sur ces personnes qui souffrent, réminiscence du premier album. Le sujet est assez dur et nous renvoie à nos propres vices. La mesquinerie humaine peut avoir des conséquences tragiques pour ceux qui en font les frais.

Et oui, La Vraie vie c’est aussi se rendre que l’on commet des erreurs Trop tard. JoeyStarr rejoint les jeunes toulousains sur ce titre. Alternant entre un point de vue féminin et un point de vue masculin, cette chanson oscille entre coup de foudre et relation toxique.

Lorsque le grand amour ne toque pas à la porte, Bigflo & Oli peuvent toujours se reposer sur leur Papa, interprété au côté de leur père Fabian. C’est un titre plein d’humour et d’émotion. On peut l’observer avec « Il m’a transmis son charme et sa poésie mais j’ai aussi hérité de sa calvitie » . Leur père chante en espagnol « Ya sé que soy viejo, nunca te olvidaré », c’est l’instant mignon de l’album et on adore.

Répondez-moi prend la suite. La chanson traite des fans, des amis, des parents auxquels les frères n’ont pas répondu. Tout y est traité, les bonnes comme les mauvaises critiques. Nous assistons à une séance de psychologie inversé où ils s’excusent, remercient et répondent aux haters.

C’est ensuite avec beaucoup d’émotions que l’on écoute Olivio, solo d’Oli, le grand frère. Une autobiographie qui commence par un éclat de rire. Il nous raconte sa vraie vie. Oli, le philosophe, le type que tu vois sur scène c’est le même en vrai.

La vie normale nous raconte comment Bigflo & Oli ne se sont pas laissés entraînés par la jet set. Eux-mêmes nous le dise « on représente la vie normale ». Ils n’ont pas pris la grosse tête.

Autre part est seulement le rap le plus touchant de l’album en ce qu’il nous place au milieu d’une discussion entre une personne qui veut quitter ce monde et son ami qui l’écoute et le conseille. Sujet difficile à aborder, peu importe l’âge, Bigflo & Oli font appel à l’universalité des sentiments pour nous apprendre à écouter et aider. Le seul bémol à la chanson reste la voix féminine qui prive la chanson d’une certaine part d’émotion.

La Vraie Vie continue avec Dommage. Un hymne à nos actes manqués ou plutôt nos destins manqués. À travers le prisme de ces vrais vivants, « Vaut mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets ».

Le titre qui nous a peut être le plus hypé chez Efflo’ c’est Ça va trop vite. Il y avait un sentiment de fierté et de surprise quand on a vu que Busta Rhymes (oui, oui!) allait poser sa voix sur ce son. Bigflo & Oli se prêtent à un exercice de style digne des plus grands et on adore.

Emblème de l’enfance, Sac à dos nous plonge dans un univers adulescent. Bigflo & Oli nous offre leur version de Friends, emprunte de maturité.

Vieillir c’est aussi apprendre à se retrouver seul. Garou disait « Celui qui n’a jamais été seul au moins une fois dans sa vie, seul au fond de son lit ». Les jeunes toulousains ont bien compris la leçon avec Dans mon lit. Ils y abordent la thème de la solitude à travers une introspection nocturne, et la nostalgie des amis d’antan. On vous le dit, Bigflo & Oli peuvent sauver le monde avec des métaphores.

Enfin, un retour aux origines s’impose. Dans une version exclusive à la ville du Sud, Bigflo & Oli rappent Toulouse. Il y a des sons qui font plaisir comme l’accent sudiste dans « Ma ville elle est rose ». Comme dans l’album précédent, Nougaro y est cité, tous les éléments de la vrai vie toulousaine apparaissent. On retiendra alors deux choses « On crie notre accent, on aime se faire entendre » et « On dit chocolatine et au passage on t’emmerde » .

La Vraie Vie s’inscrit ainsi dans la continuité de La Cour des grands. Bigflo & Oli, s’ils ont grandi, n’ont pas changé. On aime les bruits du quotidien glissés au fil de l’album qui le rendent d’autant plus authentique. Vous savez désormais quoi écouter cet été !

Facebook

Twitter

Laisser un commentaire