The Black Madonna crédit Marion Bornaz

La prog’ d’Astropolis en version féminine

Les propos sexistes de DJ Konstantin résonnent encore. Il a récolté ce qu’il a semé et le retour de la communauté techno ne s’est pas fait attendre. Ce week-end, Astropolis revient avec une prog de 23e édition un peu plus féminine. L’occasion de rappeler que les femmes sont dans le game. Notre sélection de celles qu’il ne faudra pas manquer.

The Black Madonna

Elle est une des grosses têtes d’affiche du festival. Elle enchaîne actuellement les dates partout en Europe. Pour retracer son parcours, c’est en décembre 2012 que commence son ascension alors que débute sa résidence au Smart Bar à Chicago. Elle y mixe alors aux côtés de pionniers du genre comme Francky Knuckles et Derrick Carter. The Black Madonna est une technicienne hors pair derrière les platines avec des sets entre disco, house et techno. Militante de toujours, elle s’est illustrée dernièrement dans une série de tweets destructeurs contre DJ Konstantin. Elle sera vendredi soir au Bunker Palace de la Carène qui a été littéralement retournée par les performances de Nastia et Paula Temple, l’année dernière.

Gigsta

Elle fait partie des heureux élus sélectionnés par le tremplin d’Astropolis et quel tremplin vu qu’elle sera dans la (toujours remplie) Cour du Manoir de Keroual ! La DJ bretonno-belge expatriée en Allemagne a commencé dans l’émission Track/Narre où elle défrichait les musiques électroniques avec Carlton et Calcuta. Sur Cashmere Radio, elle continue ses explorations électroniques avec l’émission Fictions. Dans le même temps, Gigsta écrit une thèse sur l’écriture de la musique électronique (rien que ça). Écrire, c’est d’ailleurs ce qu’elle fait régulièrement pour Trax Mag. Une touche-à-tout aux mixes éclectiques à retrouver samedi soir.

Elisa Do Brasil

Elisa Do Brasil n’a sans doute pas besoin d’être présentée auprès des habitués d’Astropolis. Elle revient chaque année pour filer une bonne dérouillée Drun‘N’ Bass aux aurores, un concert flamboyant auréolé d’un magnifique réveil du soleil. Brésilienne, elle se passionne du mouvement free et de la Drum ‘n Bass en arrivant en France. Résidente dans le Rex Club avec les soirées Massive, elle s’arrête un temps pour se consacrer à sa vie de famille. Ce n’est que partie remise pour cette femme qui a donné tant à la drum n bass en France. Elle recommence ses résidences dès 2013 avec les soirées Forever DNB. Samedi, Elisa Do Brasil sera présente sur la scène Mekanik pour secouer les personnes endormies sur le site.

Vanadís

C’est une autre découverte du tremplin de cette année. Elle fait partie des chauds bouillants rennais d’ÖND (anciennement Midweek) et elle anime sur C-Lab l’ÖND Sounsystem. Elle sillonne la Bretagne et les salles à Rennes accompagnée des autres membres de son crew pour délivrer des mixes entre acid et techno foutraque. Ces sets sont l’occasion d’un vrai voyage au cœur des musiques électroniques. Elle sait aussi se faire plus expérimentale lorsqu’elle façonne des tracks sous son pseudo DJ Padset. Samedi soir, Vanadís sera sous le Dôme du Tremplin.

Yann Le Ny

Laisser un commentaire