En toute intimité avec Tom Walker

Un soir d’été à Paris aux Etoiles avec Tom Walker nous transporte dans une bulle hors du temps. Si sa notoriété française est encore à faire, le chanteur écossais a su nous emporter dans son univers.

Dans une salle très peu remplie, le concert débute avec Yoke Lore. Belle découverte indie qui nous a d’abord fait sourire par ses petites chorégraphies. La chanson qui nous a plus marqué ce soir là tait Good pain avec cette idée qu’on mûrit de nos souffrances. À la fin de son set, nous avons eu l’occasion d’échanger quelques mots avec Yoke Lore. Il nous a expliqué qu’il se donnait entièrement dans son projet artistique jusqu’à dessiner lui-même la pochette de son EP. On vous conseille d’aller écouter ce qu’il fait car c’est un artiste très prometteur.

Ensuite, notre écossais préféré est monté sur scène. La salle s’est alors remplie d’une dizaine de personnes supplémentaires. Cette ambiance intimiste n’a pas empêché Tom Walker de nous livrer toute la puissance de sa voix, glissant au fil des titres quelques anecdotes. Ainsi, Tom Walker nous a interprété les tubes qui l’ont fait connaître sur Internet. Nous avons eu la chance d’écouter Blessings en live. La chanson Karma a elle, été une vraie révélation pour nous. Si elle était passée inaperçue par nos oreilles pourtant expertes, elle dégage une telle puissance qu’on ne pouvait qu’être ébloui par la performance de Tom Walker.

Le moment qu’on a préféré en ce 1er juin 2017 a été l’interprétation de Just You and I. Il faut dire que Tom Walker prêchait là des convaincus. En effet, c’est notre chanson préférée de cet artiste. Il nous a lors confié qu’il la écrite dans un moment où ça n’allait pas forcément bien et qu’il s’est jamais dit qu’elle allait avoir autant d’impact sur les gens. Il était vraiment impressionné par les millions d’écoute qu’avait pu avoir cette chanson sur les plateformes de streaming.

On a passé un bon moment lors de ce concert. On reste tout de même déçu par le peu de personnes qui sont venues assister à ce concert qui en valait pourtant la peine.

Facebook

Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *