coup de coeur mai les oreilles curieuses efflorescence culturelle

Nouveaux coups de cœur à connaître absolument #26

En mai, le magazine « Les oreilles curieuses » et nous dressons un bilan de ces dernières semaines, un mois qui a fait fourmiller les attachés de presse d’une flopée de labels. Voici nos 10 sorties préférées du mois.

Yoste

YosteC’est une chanson qui parle de ces gens que l’on rencontre au cours de sa vie ; ces manipulateurs et narcissiques pervers qui rabaissent les autres pour s’imposer et limiter le potentiel des autres : « After Dark, I was frozen, without a spark, never chose to be who you are, so close, so far. » Yoste, le petit prodige australien de l’électronique sortait le premier mai son single « Umi ». Écouté plus de 23 000 fois depuis, félicité par les blogueurs influents, Yoste chante doucement, suavement la liberté. Comme l’oiseau sur la pochette de son single, métaphore d’une personne qui rompt ses chaînes de l’emprise d’une autre. « Umi », le nom de la musique, signifie en japonais « océan ». Un mot qui prêt bien son nom aux vagues et marées et tempêtes de mer personnifiées dans les paroles de la chanson.

Emrod

EmrodVous connaissez Electro Posé, cette chaîne YouTube sur laquelle on est tous tombé un soir en manque de nouvelles musiques chill & électro ? Maintenant que la chaîne a opté pour une diffusion 7j/7 24h/24, découvrez l’existence du label Inside Records, le label d’Electro Posé. Créé en 2016, il a déjà signé avec des noms comme Petit Biscuit, Alvan… et Emrod, un nouveau groupe français très prometteur. En mail, ils sortaient leur troisième titre enivrant intitulé « Gloves ». Un titre qui arrive après « Jennesys » qui cartonne sur les sites de streaming musical (il est rentré dans le top « viral 50 » mondial sur Spotify). On danse frénétiquement en écoutant ces trois premiers titres présages d’un avenir musical dans une classe bien à part.

Figmennt

FigmenntBon alors Figmennt c’est bien mais ils font quoi comme musique ? De la fuzzy dream pop, mais oui ! Avec un supplément sauce potatoes, please. Non mais il n’y a que les anglais pour nous sortir tous les mois de nouveaux styles musicaux et de les mettre ensemble pour nous servir un agaçant meltingpot d’influences. Enfin on s’en carre des autres parce que chez Figmennt ça marche du tonnerre. En gros, ce qu’on vous envoie écouter c’est de la pop entourée par une forêt d’influences : du shoegaze, de la réverbe, du son entraînant et des garçons craquants. Leur 3ème EP – le vrai – « Figmennt » sorti en début d’année a été réédité en mai par leur très très très exigeant label Still Water Recordings. Comme quoi faire de la bonne musique, eh bien ça paye un jour !

MARTINEZ

MartinezOn est tombé en admiration en écoutant le duo MARTINEZ formé par la chanteuse compositrice Valérie Martinez et le batteur Yvan Bing. En janvier, ils sortaient un premier EP « So Far » de cinq titres. Là où les autres découvertes du mois laissaient entendre une joie inextinguible échapper de leurs lyrics, ici place à la nostalgie, à l’insouciance d’une jeunesse retrouvée. Les deux suisses mélomanes nous prennent par la main et nous emmènent dans un voyage rythmé aux couleurs de leurs escales dans le monde, aux États-Unis, dans l’Europe à la rencontre de leur public parce qu’il se dit que c’est un groupe particulièrement soutenu par une base de fans ultra-passionnés.

Ornette

OrnetteIl y a trois ans, elle sortait son cover (lent et génialissime) de « Logical Song » des Supertramp sur sa chaîne Soundcloud (écoutée plus 38 000 fois depuis). Cette année, elle sort « Take your time », un EP dans la même performance musicale, un piano/voix aux agrumes et arrangements acidulés… comme sa musique et sa personnalité. Elle qui a entouré Arthur H, Bashung et le duo Brigitte sait se dégager parmi ces grands de la musique française une personnalité particulière : c’est qu’on la confondrait allégrement avec une britannique (son style et ses textes si finement écrits) et sa musique franche et assumée. Se sont donné à cœur joie sur la composition de l’EP notre bien-aimé anglais Fink, le batteur Emiliano Turi, Benjamin Joubert (ingé son), et Stéphane Alf Briat au mixage qui a, par le passé, travaillé sur les disques de Lunatic, Sinclair et Véronique Sanson.

M.I.L.K.

M.I.L.KAoût 2015, un OMNI tombe sur ma boîte mail et il s’agissait d’un inconnu nommé M.I.L.K., un artiste qui nous vient tout droit de Copenhague. Son premier morceau se nommait « If We Want To », un très bon tube pop groovy qui sentait bon l’été. Deux ans plus tard, il signe enfin son premier EP intitulé « A Memory Of A Memory Of A Postcard » qui tombe à pic pour la saison estivale. Composé de six titres dont le fameux « If We Want To » qui a également tourné en boucle sur Radio Nova, M.I.L.K. explore ses influences pop groovy avec des tubes estivaux et feel-good comme « When You Feel Good », « U And Me » ou d’autres plus enivrantes comme « Following The Sun » qui donne envie de faire bronzette ou le R&B onirique de « Waiting » qui vous fera chavirer. Un premier EP nostalgique à transporter chez soi entre la crème solaire et le parasol !

HOOP

HOOPTandis qu’un groupe de Bloomington nommé Hoops a attiré toute notre attention avec leur premier album « Routines », un autre groupe féminin cette fois-ci Hoop nous a également impressionné. Le quatuor originaire de Seattle 100% féminin publie un premier album onctueux nommé « Super Genuine ». A mi-chemin entre soft-rock et indie pop, la musique de Hoop s’avère mélancolique et doucereuse à l’image des morceaux paisibles comme « Martin Spike », « Good Dregs » et « Send Purpose Down » aux guitares mélodiques. D’ailleurs, Briana Marela vient lui porter secours sur des ballades aux nappes synthétiques de « Baseboards » et « Skiptracer » tout comme Allyson Foster, collaboratrice de Mount Eerie, sur des titres joués à la basse comme « Folded Impulse » et le duo basse/batterie « To Know Your Tone ». A surveiller de très près.

Almeeva

AlmeevaLe producteur parisien nous a impressionné avec son EP Oblite en juillet 2016, voilà qu’il vient rempiler avec son nouvel EP de 5 titres intitulé « Unset ». Tantôt dansant sur les bombes auditives comme « Clense » et « Thames » tantôt ténébreux avec les rythmiques complexes de « Some Revelation » faisant intervenir le chant bouleversant du bonhomme ainsi que sur l’aérien « Arches », ALMEEVA brille sur tous les points. Il se fait également plaisir en fin d’EP où il reprend à sa sauce « What Is Love », éternel tube d’Haddaway qui aura bouleversé les nostalgiques des années 1990 et de Dance Machine.

Jen Gloeckner

Jen GloecknerElle vient des États-Unis et présente dans les radars depuis 2004 avec son premier album « Miles Away » paru sur le label One Little Indian Records qui lui a valu une mini-consécration. Plus d’une décennie plus tard, la musicienne présente « Vine », un nouvel opus enivrant. Entre electronica, trip-hop et folk expérimental, Jen Gloeckner brouille les pistes grâce à un univers éthéré, bouleversant et quasi-surréaliste. Une expérience sensorielle que tout le monde se doit de tenter surtout à l’écoute des pièces lancinantes comme « Vine », « Breathe » et autres « Ginger Ale ». A travers ces onze titres dont un instrumental inquiétant nommé « Firefly (War Dance) », l’Américaine ouvre très grand les portes de son intimité avec son chant onirique et ses textures sonores éblouissantes que l’on palpe impeccablement comme sur « Blowing Through », « Counting Sheep » ou encore « Colors ». Un troisième album à savourer comme du bon vin.

High Sunn

high sunnAprès Alex G, Car Seat Headrest et autres Jay Som que Les oreilles curieuses vous ont fait découvrir, voici High Sunn, un nouveau projet DIY d’un jeune lycéen de 17 ans nommé Justin Cheromiah originaire de San Francisco. Son Bandcamp est un Eldorado pour tout amateur d’indie rock car il regroupe pas mal d’enregistrements prometteurs. Voilà qu’il sort son premier EP, « Hopeless Romantic », produit par Dylan Wall. Il étonne pour ses morceaux ensoleillés flirtant avec la jangle-pop et le surf-pop sur des joyaux tels que « Joy of Romance », « Ramen Waitress » ou encore « Tears » qui font carillonner les guitares. Cet EP marque une étape décisive pour l’artiste.

Lucile Moy avec Les oreilles curieuses :
Florian Soni-Benga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *