La foudre Stormzy : Gang Signs & Prayer

Des quartiers Sud de Londres à la scène des Brit Awards, le grime de Stormzy se propage et berce nos tympans d’un rap acidulé et percutant avec son dernier album Gang Signs & Prayer.

Michael Omari aKa Stormzy a déferlé dans nos vies à la manière d’une onde de choc. On attendait la sortie de son album comme le Graal et nous n’avons pas été déçus. Il tourne en boucle depuis sa sortie, le 24 février denier.

Cerise sur le gâteau, Stormzy a collaboré avec Ed Sheeran sur un remix de Shape of you. On vous laisse admirer cette bromance :

#GSAP commence un coup de poing. Avec First Things First, Stormzy règle ses comptes avec ses rivaux et ses démons. Une fois la tempête passée, les esprits s’échauffent et les corps se réchauffent avec Cold. Certains seront tentés de lâcher des dabs toutes les 30 secondes mais pour le respect de nous tous, abstenez-vous ! Si ce son aurait pu être un énième party banger, il fait la différence en lançant un message positif à la communauté noire : « All my black kings rise up, man this is our year/All my young black queens right there/It’s been a long time coming, I swear». Sur cette note d’espoir, Stormzy invite Getts et J.Hus sur Bad Boys. On y fait un plongeon dans les sources du grime pour rappeler à tout autoproclamé « f*ckboy » de base ce qu’est un vrai bad boy.

On est aussi touché que Chris Martin quand l’album prend un tournant plus humaniste avec Blinded By Your Grace, Pt.1. Stormzy, adepte du mélange des genres, décide de se tourner vers le gospel et le rendu est divin. Stormzy n’est incontestablement pas un chanteur mais un rappeur. La sincérité de ces propos est alors renforcée par la vulnérabilité de sa voix. Le ton change dans Big For Your Boots, qui est plus dans l’ego trip. L’émotion revient avec Velvet, acccompagné de NAO, Stormzy nous offre une déclaration d’amour sur fond de R’n’b des 90’s qui est à tomber ! On ne peut alors s’empêcher de penser au couple qu’il forme avec l’animatrice Maya Jama qui apparaît d’ailleurs dans le clip de Big For Your Boots.

Mr. Skeng apparaît comme une réponse aux critiques qui lui ont été faites. En effet, certaines personnes considéraient Stormzy comme illégitime parce qu’il ne prône pas forcément la violence. Ce à quoi il répond qu’il a gagné ses galons dans le milieu du grime et qu’il ne serait pas là où il est aujourd’hui s’il n’avait pas de talent. Il nous le démontre avec brio avec Cigarettes & Cush. Cette chanson est l’une des pépites de l’album. On bascule dans un univers chill avec Lily Allen et Kehlani qui magnifient le pouvoir ensorcelant de la chanson. Dans cette atmosphère lovée, Stormzy décide de suspendre le temps avec 21 Gun Salute, un moment, une échappatoire flottante avec un magnifique hook de Wretch 32. C’est alors naturellement que Stormzy et MNEK nous délivrent une nouvelle parenthèse gospel avec Blinded By Your Grace, Pt. 2. Encore une fois, c’est somptueux.

© Alex De Mora

Avec Returrn Of The Rucksack, Stormzy ravive sa fibre énergique en se plaçant au-dessus de toutes les petites battles de rap qui ne sont pas de son niveau. On rebascule ensuite dans une effusion de sentiments, une ode à sa mère, sa « Ghanaian queen ». Un hommage à la Tupac, mais avec un petit hic : l’autotune (banissez l’autotune de la musique !). Don’t Cry For Me est une chanson chargée en émotion où Stormzy y décrit ses racines, sa dépression et les amis qu’il a perdu. C’est alors qu’apparaît un interlude Crazy Titch, où Titch, rappeur incarcéré depuis 2005, adoube Stormzy en lui disant « These people all say the same thing, « We don’t really even know what grime is but we know who Stormzy is » ». #GSAP continue avec LE classique : Shut Up ! Même si l’album démontre que le rappeur a évolué depuis la sortie de cette chanson, il ne peut nier d’où il vient. Et, on ne doit pas se cacher que le clin d’œil à ses fans fait chaud au cœur. Toute bonne chose a une fin, c’est avec Lay Me Bare que Stormzy nous quitte pour laisser place à Michael Omari. Il se met à nu, revient une nouvelle fois sur sa dépression, sa relation avec son père, l’amour qu’il porte à sa mère et celui qu’il a trouvé avec Maya Jama.

En bref, Gang Signs & Prayer, premier album de Stormzy est symbole de maturité. Après un EP et des singles plus frivoles, quoique présageant déjà un certain talent, Stormzy se dévoile. En deux mots, cet album reflète l’honnêteté et la vulnérabilité de l’artiste. Aux moyens de collaborations variées, le rappeur ouvre sa musique à tous les genres et au monde. L’album est plus qu’une réussite, pour Efflo’, c’est un tour de force.

Gang Signs & Prayer est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement légal

Concerts :

19/05 @ Trabendo – Paris

24/05 @ Nuits Sonores – Lyon

Facebook

Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *