top artistes 2016

Top 10 des artistes qu’on a écouté en boucle en 2016

Si 2016 a été un fléau côté people, au moins côté musique on a été servi. Voici les disques qui ont fait vibrer nos oreilles, l’année dernière.

Gavin James

L’Irlandais au cœur d’or. On sait que c’est un pléonasme mais il mérite d’être fait. Depuis son concert à la Maroquinerie en mars 2016, notre rédactrice Adjo est tombée littéralement amoureuse de sa voix divine, de ses textes, des mélodies, bref de lui. En plus de tout ça, Gavin James a une personnalité super attachante. Son album Bitter Pill l’a accompagnée tout au long de l’année et il continuera d’être son compagnon de vie pendant longtemps. Si vous n’êtes pas encore converti par Adjo, on ne peut que vous conseiller d’écouter The Book of Love, For you ou encore Coming Home pour rentrer dans l’univers de l’artiste.

Stormzy 

Stormzy, c’est notre pur kiff 2016. Toujours Adjo, début janvier, s’envolait un semestre aux Pays-Bas avec Erasmus, la meilleure association européenne qui puisse exister.Ce voyage lui a permis de découvrir que le hip hop anglais n’était pas mort. Et cerise sur le gâteau, elle a eu la chance de le voir à Rotterdam. Et c’est de la folie qu’elle dit, il est encore plus déchaîné que le public. Il devait passer par la France mais il a dû annuler sa tournée pour des raisons personnelles. Commencez à économiser parce que quand il viendra, ça sera le feu ! Si vous voulez délirer, écoutez Shut Up. Cette année, Stormzy a sorti des sons plus matures qui laissent présager d’un album prochain. On vous conseille d’écouter Birthday Girl et Scary.

Jack Savoretti 

Les coups de cœur arrivent lorsqu’on s’y attend le moins. C’est encore plus le cas en musique. C’est à La Flèche d’Or, à l’un de ses concerts, que nous avons été touchés en plein cœur. Du début à la fin, il nous a hypnotisé par sa voix rauque. Du coup, Adjo n’a pas pu se contenir (encore) et elle a dû sortir son porte-monnaie pour se payer son dernier album, Sleep No More. Trois jours plus tard, elle connaissait sa discographie complète. Certains diront qu’elle est excessive, elle appelle ça le talent de Jack Savoretti. Entre folk et pop, chacun de ses titres transporte dans son univers. Écoutez When We Were Lovers, Tight Rope, ou encore Start Living In The Moment c’est une catharsis des sentiments.

Yann Tiersen

Yann Tiersen EUSAYann Tiersen, notre compositeur breton préféré revenait en septembre avec Eusa, son neuvième album qui emprunte le nom breton de l’île d’Ouessant dans le Finistère. Que ce soit les titres Porz Goret, Lok Gweltz ou Penn ar Roc’h, chacun des titres de l’album se rapporte aux souvenirs qu’a Yann Tiersen de cette seconde île de beauté. Quand on l’écoute, on a l’impression qu’on marche non pas sur l’eau mais sur du coton tellement doux qu’on pourrait se prélasser dessus sans en perdre l’équilibre. Ces moments ne tiennent plus qu’à un fil et c’est parfait.

I Heart Sharks

i heart sharksOn a beau l’avoir déjà placé en décembre dans nos nouveaux coups de cœur à écouter absolument, le troisième album du groupe allemand I Heart Sharks nous fait toujours autant d’effet à l’écoute de  Hideaway, un parfait concentré de vitamines qui ont été nécessaires pour passer le cap de cet hiver. C’est assurément l’une des meilleures surprises musicales de l’année. Le seul souci (à notre goût), c’est qu’aucune salle parisienne n’a pour le moment amorcé de concert en 2017. Dommage, on se prive de voir un groupe qui a peut-être un potentiel en live.

Badbadnotgood

BadbadnotgoodLes trois étudiants en jazz de Toronto ont dégoté pour ce cinquième album une nouvelle recrue : le saxophoniste Leland Whitty complète la configuration d’origine du groupe. Ravis par III, cet album IV a été à la hauteur de nos espérances. Les notes de rhodes sautillantes et la fameuse batterie à balai sont toujours présents pour notre plus grand plaisir. A la frontière entre le jazz et le hip hop, le trio nous offre dans cet album une collaboration avec le beatmaker canadien Kaytranada qui est selon nous un des titres phare de IV sans parler du clip hilarant qui l’accompagne. Mention spéciale au début de For Your Eyes qui nous projette directement à la terrasse d’un café d’un film des années 60. Gros câlin aussi pour l’arpège qui intervient à 1:24 de Structure No. 3. Un régal !

Mild High Club

SkiptracingAlexander Brettin et ses acolytes signent chez Stones Throw un délicieux second album de pop lo-fi désinvolte et psyché aux morceaux langoureux invitant l’auditeur à se prélasser sous le soleil de Californie un coktail à la main. On recommande chaudement l’écoute de Skiptracing aux amateurs de Connan Mockasin et Mac Demarco.

Swans

Rock, noise et expérimental à la fois, disons simplement que cet album intitulé The Glowing Man est à mettre aux côtés des meilleurs albums de Swans. Il contient quelques-uns des meilleurs morceaux du groupe et surtout, enfin, Swans parvient sur tout un album à synthétiser parfaitement des montées en puissance d’une élégance rare et des plongées au cœur de l’apocalypse. Le parfait épilogue d’une résurrection comme peu de groupes ont su en vivre.

Kendrick Lamar

untitled unmasteredPas de promo, pas de date de sortie, pas de titre, pas de photo. Et pourtant Untitled Unmastered, l’album surprise de Kendrick Lamar sorti il y a quelques jours met à l’amende tous les gros noms du hip hop du moment. Un mélange de genre Funk/Soul/Hip-Hop jazzy. Un vrai hymne à la culture afro-américaine. Une magnifique extension de To Pimp A Butterfly. Des intro complexes & stylisées suivi par un rap efficace & entraînant. Une perle. Lamar via cet album prouve qu’il fait partie des grands de la musique moderne. Un must.

Fakear

Écouter Fakear c’est pouvoir voyager sans bouger. Trois ans après la sortie de son célèbre EP Morning in Japan, l’artiste a frappé d’un grand coup de griffe avec son premier album : Animal. Les 17 morceaux mélangent électro et sons mélodieux venus de partout ailleurs. Bref, les quatre coins du monde réunis en un album. Notre son coup de cœur ? Sheer-Khan avec sa touche orientale.

Adjo Dogbolo
Lucile Moy
Adrien Chuttarsing
Benoît Le Guillou
Justine Leblond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *