Kid Cudi

Kid Cudi revient avec un album surpuissant

A 32 ans, Kid Cudi a déjà connu beaucoup de choses. Il nous a tous fait bouger, danser avec ses gros hits comme « Day’N’Nite », « Pursuit of Hapiness », « Erase Me »… La liste est longue. Le rappeur natif de Cleveland vient enfin de sortir son dernier album Passion, Pain & Demon Slayin’. Son sixième en 13 années. Le chiffre treize porte souvent chance quand même.

Après avoir déçu en 2015 avec Speedin’ Bullet to Heaven, Cudi a connu des moments difficiles. Sorti du Label GOOD Music fondé en 2004 par Kanye West qui l’avait repéré en 2008, les années suivantes étaient bien loin de faire l’unanimité. Cette année, KIDDY avait même fait part sur les réseaux sociaux de ses dépressions et envies suicidaires. Hospitalisé, l’album a donc été retardé. Mais le voilà enfin disponible depuis quatre jours désormais. Album de 19 titres, Cudi nous livre au-delà d’un pur album digne de son nom, un véritable sentiment de vouloir exorciser ses démons.

« Back to basics »

Dans chaque track de Passion, Pain & Demon Slayin’ Cudi fait vraiment part d’un ressenti, passant de l’ombre à la lumière au fur et à mesure que les morceaux s’enchaînent. Comme beaucoup l’avaient remarqué « Stronger, Better, Reborn » semble être son nouveau leitmotiv, rappelant à nombreux de ses fans, la période Man on the Moon.

Avec cet album, Kid Cudi nous livre le mieux de ce qu’il a pu faire depuis pas mal d’années. Les collaborations sont variées, avec notamment Travis Scott (qui lui avait apporté son soutien) Andre 3000, Pharrell, mais aussi Willow Smith dans le single « Rose Golden ».

Déjà écouté plusieurs fois et digéré, l’album fait déjà partie de mes favoris de 2016 avec des petites pépites comme Swim in the Light, Rose Golden, Frequency, By Design, Distant Fantasies, Kitchen, The Commander, Surfin’… Autrement dit la moitié de l’album que je porte très haut dans mon cœur, le ton est donné par Scott Mescudi.

A l’heure où la liste virale mettait Kid Cudi dans la catégorie « Rappeurs talentueux, mais ne faisant pas partie de l’Elite » l’album arrive à point nommé pour revoir entre autres son nom dans les cases.

Lucas Jacobelli

Retrouvez d'autres critiques de Lucas Jacobelli sur La Tribune Citoyenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *