Clément Bazin

Clément Bazin, l’air électro qui fait danser les Caraïbes

Clément Bazin est un producteur de musique électronique français. Si vous ne le connaissez pas encore, il serait temps puisqu’il s’est illustré cette année sur quelques premières parties de la dernière tournée de Fakear.

On a rencontré Clément Bazin en novembre au large d’un festival breton qui s’appelle Les Indisciplinées. Souvent assimilé à Fakear au niveau des influences, le musicien est signé dans le même label français Nowadays Records, mais c’est leur univers, leur exotisme si particulier qui les départage dans la musique électronique française. Ils ne marchent clairement pas sur les mêmes plates-bandes. Théo Le Vigoureux alias Fakear aime le vin de prunes – une boisson qu’il a testée lors d’un séjour au Japon, tandis que Clément Bazin préfère le steeldrum ou le steelpan, un instrument à percussion issu des îles Caraïbes qu’il a appris à manier gamin en banlieue parisienne.

Si t’es curieux d’un tel instrument, plusieurs villes en France proposent l’apprentissage de cette merveille (et ouais, c’est pas que tout pour Paris !) à Laval qui a son propre festival de steel drum appelé Pan ! et son groupe de passionnés, Les Allumés du bidon. Sinon, à Nantes avec Calyps’Atlantic. A Lille avec l’association Pan en nord. A Bordeaux, tu peux même faire des stages. Bref, on a rencontré Clément Bazin et c’était top.

Le whiskey sour, son cocktail préféré
On lui a demandé à quel cocktail ressemblait sa musique et Clément Bazin nous a répondu... Le whiskey sour, qui est aussi son cocktail de prédilection. La couleur ambrée du whiskey, le goût sucré du sucre, le côté acidulé du citron, "et si t'es chaud tu mets un blanc d’œuf, ça fait un peu de mousse et ça renforce l'acidité" et les glaçons. Voilà, comme ça tu comprends mieux sa musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *