Nouveaux coups de cœur musicaux à connaître absolument #19

Tous les mois, on revient vous aérer la tête de nouvelles sonorités à écouter absolument. Ce sont nos découvertes, nos orgies d’oreilles. Et c’est sur Efflorescence Culturelle que ça se passe.

Clément Bazin

Clément BazinS’il devait être le frère de quelqu’un, il serait celui de Fakear, de Thylacine et de Møme. Sauf que le facteur n’est pas passé au même endroit lors de leur conception, et on pense qu’il ne passera jamais. Clément Bazin, lui, vient de Paris. Les autres, pas trop. Après avoir tourné deux ans en 2012 et 2013 avec Woodkid, le jeune producteur français d’électro a sorti en juin son premier EP intitulé Return To Forever. En juillet, il remixe Silver, le dernier tube de Fakear, avant d’être invité à faire ses premières parties lors de sa tournée actuelle. Il était de passage à Lorient ce week-end au festival IndisciplinéEs et c’était v’là bien !

Weldis&Ros

Weldis&Ros

Lorsqu’il s’agit de le résumer, les deux musiciens de Weldis&Ros annoncent que cet EP Elements, qu’ils s’apprêtent à sortir le 25 novembre, est à la fois « sensible et puissant ». Ces quatre titres sont inspirés de l’électro pop que les deux alchimistes se sont attelé à remodeler pour rendre hommage à leur animal de prédilection : le rhinocéros. Quand son attachée de presse parle de Weldis&Ros, ça donne envie de foncer tête baissée : « La création de l’énergie de Weldis&Ros est directement happée de « La savane de la vie » et de toutes ses particularités ». Groupe à découvrir en tournée le 19 novembre à l’Intermédiaire Live à Marseille, le 25 novembre à Paris et le 10 décembre au 3C à Aix en Provence.

Tez Cadey

Tez CadeyDans le monde de l’électro, Tez Cadey est hyper connu. Son titre Seve a fait danser le monde entier l’année dernière, en janvier. Celui qui se cache derrière ce nom qu’on pourrait prêter aux animés du type Bugs Bunny, c’est un français de 23 ans, qui a par ailleurs déjà joué aux côtés de ses copains lillois Klingande. Il a sorti le 2 octobre un remix du titre Sterling Love des Sound Of Home. Envie d’impressionner vos potes avec vos connaissances en deep house ? Mettez vous sous le coude son morceau Frustration, sorti en 2012 sur son EP Rewind pour leur en mettre plein la vue ! Si vous avez envie d’en savoir davantage, il sera en DJ set samedi 19 novembre à l’Hôtel Casino Barrière de Lille.

HOAN

HoanEn octobre, on a écouté le premier mini-album du groupe Montréalais HOAN. Il s’appelle Modern Phase, et son titre contraste avec le contenu qu’il propose. Pas vraiment moderne en son genre, l’EP invite au voyage temporel. Retour dans les années 80 quand New Order multiplie les passages remarqués sur les scènes du pays anglais, lors de la sortie de leur premier album Movement. HOAN s’en inspire à bien des égards. Involontairement, leur musique traverse peu à peu la nostalgie d’une époque que les musiciens n’ont pas vécu mais qui leur a été contée par leurs aïeux. Leur musique est ce qu’appelle notre copain Alain Souchon une foule sentimentale. Ils nous ont touché en plein cœur.

Taur

taurAprès Gris nuit, son premier extended play et deux singles sortis depuis 2015, le jeune musicien et interprète français Mathieu Artu alias Taur propose depuis le 14 octobre 2016 cinq nouveaux titres à l’atmosphère sombre dans l’EP Oathbreaker, enrichis d’une ambiance indie-pop. Frère idéalisé de Woodkid et d’Aaron, Taur cherche à nous envoûter grâce aux mélodies sombres et la profondeur de ses propres émotions. Entre Home et les quatre pistes qui suivent, difficile de choisir celle qui dépasse les autres. Chaque titre a son importance et présente une facette particulière de ce diamant noir.

From Island

From IslandCeci n’est pas un clip. Ceci est un tambour battant, personnification du cœur qui palpite au rythme des pulsations électroniques du vent caucasien, de la mer d’Egée ou de la Méditerranée. Le titre Black Hole font s’articuler la voix de Rosa Rocca-Serra et le synthé de son partenaire Marc Gori avec qui ils forment le groupe From Island. Là-dessus s’illustre le danseur étoilé de l’Opéra Garnier Josua Hoffalt, qui caresse l’air dans son vêtement ample, chorégraphie vibrant d’intensité. Nos deux corses ne manquent pas d’air, puisqu’ils le respire, et s’il devait avoir un moment pour suffoquer, ce serait à la fin du visionnage du clip, histoire de dire qu’il est source d’oxygène.

Rejjie Snow

Rejjie SnowNotre découverte de la programmation des Transmusicales de Rennes ! Seul noir d’une famille de Dublinois palots, footballeur en voie de professionnalisation reconverti dans le rap ascendant jazz après des études aux États-Unis, Rejjie Snow est ce que l’on appelle dans le jargon du journalisme qui sait tout sur tout – même là où on se la met, un gars polyvalent. Du coup, sa musique transpire de couleurs. Issu d’un milieu hip-hop et R’n’B, sa musique est un fourre-tout mélodique inqualifiable. Rejjie Snow aime prendre  son temps, distillant au compte-gouttes les extraits de son très attendu premier album Dear Annie, dont la sortie est prévue l’année prochaine. En attendant, savourez un de ses extraits, le titre Keep Your Head Up sorti en février. De quoi avoir un aperçu d’un mec qui concurrence Kanye West et J Cole dans les charts. Au festival Transmusicales de Rennes jeudi 1 décembre, à 23 h 35 au hall 3 du Parc Expo.

TWRR

TwrrS’il y a au moins un nom d’album que vous devez retenir en octobre, on vous le sert sur un plateau en or : c’est At Least We Had Fun du groupe TWRR,  l’abréviation de Total Warr. Ils ont sorti le 14 octobre leur premier album, notre coup de coeur se portant sur la sixième piste planante, Far and High. Si vous êtes actuellement d’humeur euphorique ou mélancolique, fondez pour la musique du duo composé de Benjamin et de Guillaume. Signé chez HRCLS records (un label basé à Puteaux dans les Hauts-de-Seine), leur premier album rappelle par bien des aspects la musique des groupes français Pegase et Rouge Congo, deux groupes qu’on apprécie par la qualité de leurs arrangements, et la volonté de se démarquer d’une musique pop ambiante beaucoup trop revendiqué par les anglo-saxons.

Lièvre Lunaire

Lievre Lunaire C’est l’histoire d’un groupe de cinq mecs parisiens qui avaient envie de s’essayer à la musique électro avec un orgue. Zarbi ! Manifestement inspiré par la pop culture et la science-fiction des années 70 et 80 (on jurerait entendre parfois la voix du chanteur de The Drums), le collectif Lièvre Lunaire crée une musique d’un nouveau genre, entre expériences sonores rock noise, pop et hip-hop. A travers leur premier EP Pur Cosmic qu’ils ont sorti le 10 octobre, on vient de surprise en surprise. Le tout reste doux et tendre, leur musique donne vraiment faim et les deux seuls morceaux présents sur leur page Bandcamp ne sauraient remplir le ventre.

Aïsha Devi

Aïsha DeviEst-ce son grand-père, chercheur, qui a transmis à Aïsha Devi l’amour des expériences ? Ces dix dernières années, sous l’alias Kate Wax, la Suisse multipliait les sorties chez Output, Border Community ou sur son propre label, Danse Noire.  Par la suite, la chanteuse soprano de formation classique a repris son véritable patronyme pour se pencher sur d’autres traditions arabes et asiatiques. Sur son Tumblr, elle se dit être une « mantra rapper », une « moonvox technophazing », elle qui fait des « vegan raves » et de la « transe animal », termes qui lui permettent d’explorer ses orgines népalaises et tibétaines à travers une musique underground. Sa musique est, elle aussi, polymorphe. Aïsha Devi présentera au public des Transmusicales de Rennes, samedi 3 décembre, l’étendu de son talent qu’on peut déjà écouter sur son dernier album Of Matter And Spirit sorti en 2015.

Laisser un commentaire