Las Aves Vieilles Charrues

Las Aves, les bonnes vibes d’une pop colorée

Ils se sont retrouvés pour la première fois cet été dans la programmation de leurs « festivals de rêve. » Le groupe Las Aves revient sur son parcours et ce qui le fait encore vibrer. Rencontre sous le soleil chaud des Vieilles Charrues.

Las Aves Vieilles Charrues

Qu’est-ce que ça représente les Vieilles Charrues quand on est artiste ?

Jules Cassignol : Un gros festival de rock français et même européen. En plus on a un bon historique avec les bretons, à chaque fois qu’on joue à Rennes c’est hyper bien. On a fait cette année Solidays, Les Eurockéennes et les Vieilles Charrues, des festivals qu’on n’avait encore jamais fait, des festivals qu’on rêvait de faire.

Géraldine Baux : C’est notre deuxième festival en Bretagne. On avait fait Art Rock à Saint-Brieuc une fois, on avait adoré. On peut le dire, on adore jouer en Bretagne.

Die In Shanghai, le premier album de Las Aves est sorti le 27 mai chez Cinq7 et Wagram. Dispo en écoute et téléchargement ici.
Le public breton est vraiment différent ?

Jules : Il est bourré.

Géraldine : Non, il est hyper enjoué en fait et du coup c’est tout de suite convivial avec lui.

Jules : Assez rock aussi !

Géraldine : Avec lui, il y a pas de froid comme il pourrait y avoir ailleurs.

On en parle de vos clips ? Vous avez une identité visuelle qui claque.

Vincent Argiolas : Merci c’est gentil ! On est d’accord, ouais.

Géraldine : A part le clip de Léo produit par Focus Creeps , la majorité de nos clips c’est Daniel Breton qui les réalise. On est vraiment hyper fans de ce qu’il fait, c’est pour ça qu’on est allé le chercher. On lui a envoyé un mail au début et il était chaud donc ça s’est hyper bien passé.

Vincent : On l’a découvert au début de sa carrière à travers les clips du groupe anglais Late of the Pier qu’on adorait puis on l’a redécouvert sur le clip de Réservoir de  Metronomy.

Jules : Il a toujours apporté quelque chose de différent des autres clips. On était d’accord sur les principales idées.

Las Aves Vieilles Charrues

Et vous diriez que votre musique a une cohérence avec l’univers des clips ?

Jules : On essaye de faire gaffe à ça : jusqu’au choix des personnes qui figurent dans les vidéos ou sur les pochettes. On bosse avec des gens pour qui notre musique fait un peu écho et qui ont le même genre de vision. Tout ça, c’est pour créer une espèce de cohérence et un univers qui nous est propre. Donc c’est important pour nous de toucher juste à chaque collaboration ; de ne pas s’éparpiller.

Sur scène, vous diriez que vous êtes dans le perfectionnisme ou dans le free style ?

Jules : C’est un peu un mélange des deux. On bosse beaucoup en amont de façon électronique et laboratoire. On teste tout, même avec des éprouvettes. Sur scène, c’est le moment où on oublie tout et là on teste plein de choses plus animales, plus primaires. On essaye de laisser de plus en plus la place à l’imprévu pour ne pas faire à chaque fois des concerts identiques.

Géraldine : Quand on fait un concert, c’est un peu la cour de récré pour nous. C’est le moment de partager tout ce qu’on a fait et on tente de faire la fête en fonction du public et de ce qu’il veut.

Las Aves Vieilles Charrues

Las Aves en concert le 15/09 au Jack Jack (Lyon), le 21/09 aux Etoiles (Paris), le 25/10 au festival Nordik Impact (Caen) et le 16/11 à l'Ubu (Rennes).
Crédits photos : Caroline Guillaume/Efflorescence Culturelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *