Nouveaux coups de cœur musicaux à connaitre absolument ! #16

Tous les mois, on revient vous aérer la tête de nouvelles sonorités à écouter absolument. Ce sont nos découvertes, nos orgies d’oreilles. Et c’est sur Efflorescence Culturelle que ça se passe.

Yuksek

YuksekA notre avis, ce n’est pas pour rien que le magazine Rolling Stone a élu « Sweet Addiction », morceau de la soirée du 5 juillet. Il parait évident que la nouvelle sortie de Yuksek, alias Pierre-Alexandre Busson, est un événement. Comme d’habitude, le Rémois de 39 ans enchaîne les collaborations (Her, Monika) comme il avait su faire en remixant Katy Perry, Gorillaz, Kostrok (dans la BO du film « Les Combattants ») et Brigitte (« A bouche que veux-tu », un morceau horrible devenu cool dès lors qu’il l’a remixé).  Son EP : un must de l’été, inévitablement.

Over The Earth

over the earthAprès un premier EP « The Accident » sorti en 2014, le groupe parisien de rock progressif Over The Earth revient avec un mini-album intitulé « The Sun is Much Too Bright ». Financé par crowdfunding en 2015 grâce à leur entourage, fans, amis et familles, l’album relève du défi. C’est en 2010 que les quatre musiciens fondent le groupe. D’année en année, ils voguent vers différents styles musicaux pour enfin se retrouver dans le rock, après une passade folk rock. Mention à « Going Home », troisième morceau de l’opus qui nous propulse très loin.

Benjamin Fincher

banjamin fincherOn avait refermé le chapitre de l’année 2014 avec lui. C’était un 31 décembre. On publiait alors un article sur son dernier album « Kamishibai » qui nous avait transporté. Un an et des poussières plus tard, il revient inspiré avec « Santa Lucia », un album de 9 morceaux composés entre terre et mer, plaines et montagnes sur le trajet qui sépare Cannes de Saint-Raphaël. Un processus de création qui nous rappelle alors ce qu’avait fait Thylacine pour son album « Transsiberian », mixé pendant son voyage en Russie. Benjamin Fincher, la proposition est là. Ta musique s’est affinée en se mutant dans une recherche musicale plus aboutie. Sur cet album, tu as voulu magnifier les détails. Et ça s’entend.

The Temper Trap

the temper trapLes Temper Trap sont des rockeurs australiens qui ne déméritent pas. En 2012, leur dernier album « Sweet Disposition » (mais si, vous connaissez le refrain) était accueilli avec une telle ferveur du côté du public que forcément, quatre ans plus tard, « Thick as Thieves » sorti le 10 juin était éminemment attendu. Et mon dieu que c’est bon. Nos rockeurs australiens favoris se sont entourés de l’avis d’expert de Damian Taylor pour la production (il a déjà travaillé avec les Killers sur « Battle Born » et Björk sur deux albums). Le résultat est sans appel : envolées instrumentales sur « What If I’m Wrong », envolées lyriques sur « Closer », notre titre préféré mêlant chaleur et harmonie. On les remercie de ne pas avoir tenté l’aventure des machines électroniques, ç’aurait été la fin pour nous. Au festival Rock en Seine le 27 août.

Totorro

TotorroRetour en 2014 à Saint-Brieuc. Samedi 7 juin sur la scène La Passerelle du festival Art Rock. Tard dans la nuit. Les jeunes Rennais qui forment le groupe Totorro (du rock progressif et post-rock sans paroles) viennent jouer pour la première fois au festival. Inconnus de tous (ou presque), ils déploient rage et énergie sur scène. Ils font alors découvrir l’étendue de leurs talents de guitariste, bassiste et batteur avec leur premier album sorti en mai 2014 « Home Alone ». Ils sortiront enfin le 6 octobre, à la rentrée, leur deuxième album « Come To Mexico » avant d’enchaîner en novembre des dates à Paris, Rennes et Nantes. Pour que l’attente ne soit pas trop longue, voici « Saveur cheveux », un single issu de leur prochain opus. La relève est là.

Vendredi sur Mer

vendredi sur merAvec son nouveau single « La femme à la peau bleue », Vendredi sur Mer annonce ici la couleur d’un été de chaleur massive. Sous ce nom qui n’est pas celui d’une ville, se cache la jeune suisse Charline Mignot. Après un 1er single « Mort/Fine » qui joue bien avec les mots en 2015, la Suisse parle, slame, inscrit sur une bande instrumentale électro-pop ces mots chantés en français : « Écoute-les, parler les autres, ils te diront que ça ira mieux parce que d’après tous ces apôtres le ciel redevient toujours bleu. » Son single dansant sorti en avril a de quoi être votre coup de cœur de l’été.

Peter Peter

peter peterQuatre ans après « Une version améliorée de la tristesse », Peter Peter revient avec une version améliorée du bonheur ou plutôt une version améliorée de la nouveauté avec un nouvel album intitulé « Eden Noir » (Audiogram/Arista). Pour son troisième opus, le Canadien revient en coup de grâce avec ses nouvelles expérimentations électroniques qu’il est allé puiser par-ci, par-là. « Noir Eden », le premier titre extrait de l’album est tout juste jouissif. Y collabore la toute nouvelle fleur du jardin de la chanson française, Alice Vanor. Selon Audiogram, le label de Peter Peter, la chanson est une dédicace « à la solitude et aux insomniaques pour qui la réalité semble parfois trouble. » Tu l’as dit, bouffi !

Phantogram

phantogramLe duo américain électro-indie Phantogram a annoncé sur les réseaux sociaux son grand retour  avec l’album « Three » qui sortira le 16 septembre prochain. Pendant une semaine entière au mois de juin, ils nous ont largement teasé « You Don’t Get Me High Anymore », premier extrait de cet opus. Coup de cœur s’il en est pour ce morceau fou mais qui nous éloigne toutefois de nos premiers amours avec leurs productions passées, notamment leur EP « Nightlife » en 2011 qui avait créé l’émoi chez tous les danseurs de nuit. Après deux ans d’absence en France, Phantogram sera en concert le 8 novembre au Petit Bain.

Ariel Ariel

ariel ariel « Merde. » C’est ce qu’on s’est dit en écoutant « Mwen Menti », le premier EP du groupe français Ariel Ariel. « C’est plutôt bien », avons-nous poursuivi, entre deux gorgées de limonade, à la rédaction. Puis en continuant de travailler, on a laissé le CD tourner encore et encore. C’est un 5 titres donc en une demi-heure on avait déjà fini de l’écouter. Puis les titres se sont répétés 2, 3, 4 fois. Plus on l’écoutait, plus on était addict. Contrairement à Pendentif, l’autre groupe d’Ariel Tintar, le chanteur d’Ariel Ariel, qui nous faisait impression dès les premiers instants, « Mwen Menti » nous a conquis petit à petit. Ariel, on a kiffé te voir à We Love Green. Tu assures.

Alf Moon

Alf MoonLe producteur parisien sortait son dernier EP « Aesthetics of Anxiety », le 17 juin. A l’écoute, il nous fait traverser des époques, des bosquets et des parcs enneigés, pluvieux, ensoleillés. A mi-chemin entre Darkside, Moderat et Jon Hopkins, les productions d’Alf Moon explorent des sentiers non-battus de la musique électronique. Il n’est pas trompeur de qualifier l’opus comme étant un disque-laboratoire. Dedans, il expérimente la techno noire, sombre, vive, brute… tout en restant grand public.

Laisser un commentaire