ambiance solidays

Solidays : « Mon portable m’a lâché et je retrouve pas mes amis »

Nous étions à Solidays cette année et, comme d’habitude, nous avons rencontré les festivaliers pour mesurer l’ambiance du festival. Festival parisien qui a indéniablement l’un des meilleurs publics.

solidays merchandising

La première fois de Margaux et Julien :

« On fait la queue pour acheter un t-shirt au stand marchandising, là. C’est histoire d’avoir un souvenir, parce que c’est la première fois qu’on vient à Solidays. On a pris un pass pour tout le week-end. On a pour budget 90 €. On se fait plaisir, c’est une sortie de fin d’année. Puis pour rentrer on a le Uber, donc on doit prévoir un peu plus de sous de côté. »

groupe solidays

Les licornes trop swag Laurine (la licorne bleue), Solène (la violette), Bastien (le dalmatien) et Alexis (le pikachu) :

« On vient chaque année à Solidays depuis 3 ans. Et peu importe la programmation. Là y’a DJ Snake, avant c’était Woodkid… c’est toujours des bons artistes qui viennent. On sait qu’on va passer 3 jours dans la foule et dans la fête, c’est l’éclate ! Par contre, on dort pas au camping, on habite à côté heureusement. On attend Deluxe et Selah Sue avec impatience. On va aller en fin d’été à Rock en Seine mais on préfère Solidays parce qu’on sait que ça sera toujours bien et c’est moins cher que les autres. »

cheveux solidays

JB ou Jean-Baptiste, ancien organisateur de festival :

« Je suis venu en groupe pour les 3 jours. Le groupe qui est derrière moi. Vendredi, je suis allé voir Flume et c’était cool, The Avener aussi. Mais pas DJ Snake parce que c’était de la merde. Mes coups de cœur cette année ? Louise Attaque et Calypso Rose. Ça fait 5 ans que je viens. Je fais presque 5 festivals par an, c’est bon pour ma culture, et notamment le Rock’n Solex à Rennes que j’ai déjà organisé. Par contre, c’est pas mes vrais cheveux aujourd’hui, hein. J’ai une admiration pour la coupe mulet. »

oasis solidays

Antoine, paumé dans le festival parce qu’il avait plus de batterie :

« Mon portable m’a lâché et je retrouve pas mes amis. Je suis là depuis cet après-midi et pour l’instant j’ai rien vu. A part toi. Parce que t’as un joli micro. Sinon, je vais voir Mr Oizo je pense. Je viens de Pontivy, en Bretagne. Du coup comme il fait chaud ici et qu’on est pas habitués là-bas, je bois beaucoup. »

solidays table

Sybille et quelques-uns de ses amis, venus le samedi :

« J’ai une copine qui est bénévole. Du coup j’ai suivi le mouvement et je les ai motivé pour venir aujourd’hui. On est venu un peu à l’arrache mais ce qui est sûr c’est qu’on est chauds pour Deluxe… on a hâte ! Ils passent à minuit. Après, on rentre direction chez nous à Paris, grâce aux navettes. On en profite parce que c’est gratis. Parce que le camping, j’évite quand j’habite à côté. C’est la galère. »

index solidays

Quentin et Arnaud, ingénieurs (toujours ?) à la recherche de Natacha (#sonbras) à l’expo Sex In The City du festival :

« Ça fait 48 h que j’ai pas de nouvelles de Nat’. On a chacun fait le déplacement de Nantes et de Lyon plus pour la musique que pour le message véhiculé par le festival, à savoir le sida et la contraception. Mais le sexe, on est d’accord que c’est important. C’est la vie. Cette expo nous inspire le sexe. On va rester au festival les trois jours. On a adoré M83 et The Avener, le vendredi. »

Laisser un commentaire