Papillons de Nuit : pogos, malaises et perruques

Il fait chaque année de mieux en mieux. En Normandie, le festival Papillons de Nuit voit son public grossir et pour la 16e édition, l’affluence était record. On a pris la température côté festivaliers.

IMG_9775« Cette année nous avons eu une très belle édition, avec la réalisation d’une partie de nos rêves, notamment Indochine. Ils nous ont offert un concert de toute beauté, mais aussi une affluence record. Vous étiez entre 25 et 26 000 personnes », lâchait Patrice Hamelin, directeur du festival en clôture du festival.

Et le reste des chiffres a de quoi donner également le tournis : 1.300 bénévoles et 66.000 bénévoles sur les trois jours du festival. Notons ces grandes nouveautés qui nous ont ravi sur l’édition 2016 qui s’est tenue exceptionnellement cette année fin mai (du 20 au 22 mai). La grande scène a été entièrement repensée et agrandie. L’arrivée, aussi, des bracelets « P’n’Play » qui permettent en fait de charger à l’avance un montant pour consommer nourriture et boissons. Un truc super qu’on avait loué aux Vieilles Charrues l’année dernière. Comme quoi, la modernisation, ça a du bon. Entre deux malaises devant Indochine qui ouvraient le festival le vendredi, on est allé à la rencontre des festivaliers.

« Michel, je t’attends ! »

Louise Attaque ? « Je les ai connu grâce à mes parents », nous expliquent une bande d’adolescents venue s’enjailler le samedi soir sur J’t’emmène au vent et s’éclater enfin sur un son de leur génération, une petite cuvée de On verra de Nekfeu. Enfin, le samedi, troisième et dernier jour de Papillons de Nuit, la fréquentation a quelque peu changé… De jeunes enfants, venus applaudir Louane, sont accompagnés de leurs parents. Le soir venu, la tranche d’âge présente au concert final de Michel Polnareff, rassemble plus des adultes et retraités que les plus jeunes de la veille.

POLNAREFF P2N

Avant le début de celui-ci, on a même rencontré deux personnes hautes en couleurs : Mathilde et sa copine Fanny, collées à la barrière et… déguisées en Polnareff ! Fanny explique qu’elles ont acheté le « Polnapack » dans une boutique du festival. Pour 20€ chacune, elles se sont offerts une perruque et des lunettes de soleil blanches, marque de fabrique du chanteur. Pour Mathilde c’est vraiment LE concert qu’elle attend depuis le début :

« Je l’écoutais beaucoup petite en voiture avec mon père. Ça me rappelle de bon souvenirs alors Michel, je t’attends ! »

Fanny, elle, est une habituée. Cette année elle voulait surtout voir Indochine et Louise Attaque. Mais elle a suivi son amie «pour le kiff, car ça rend vraiment drôle ! On a même été arrêtées pour faire des selfies !». Lorsqu’on leur demande si elles attendent quelque chose en particulier de ce concert, la réponse de Mathilde fuse : « qu’il chante: On ira tous au paradis, ma préférée. » Et elle ne va pas être déçu puisque l’artiste finira son concert sur cette chanson, sous forme de karaoké géant, qui rassemble toute la foule en une seule et même voix. Enfin, la proximité artistes-public s’est fortement ressentie ce week-end : Nicola Sirkis qui descend de scène pour aller saluer ses fans, Nekfeu qui se jette dans la fosse grâce à un bateau gonflable, ou encore Soviet Suprem et Boulevard des Airs qui font monter des gens sur scène pendant leur concert !

Anonymous ambiance
Photos par Camille Gicquel.
Allez, on y retourne ? Rendez-vous pour la prochaine édition, les 2, 3 et 4 juin 2017.

Laisser un commentaire