nada surf

En 2016, le Pont du Rock devient (encore) plus éclectique

Le Pont du Rock a dévoilé les trois quarts de sa programmation. Cette 26e édition est définitivement placée sous le signe de l’éclectisme et de la découverte musicale.

affiche au pont du rock
L’affiche du Pont du Rock, version 2016. Entre art émo et Avatar de James Cameron. Réalisée par Le Studio.

Nada Surf, Aaron, Feu! Chatterton ou encore Bigflo & Oli. A l’annonce de sa programmation estivale vendange édition 2016, le Pont du Rock a créé l’émulsion. Très tôt, le festival se proclame « plus vieux festival de rock indépendant breton » et c’est écrit sur sa carte de visite : « since 1989. » Son poids dans l’industrie du festival breton n’est plus à recalculer. Il est décidément bien grand. Et sa programmation chaque année depuis cinq ans tend à le propulser davantage sur la planète des découvertes musicales.

Avant il y avait deux scènes, mais ça, c’était avant. Implanté depuis quatre ans, le chapiteau donne la possibilité au comité de programmation du festival de laisser s’exprimer les coups de cœur musicaux qui, jusque là, ne trouvaient par leur place sur les deux scènes il fut un temps très rock. Une diversité désormais assumée par le festival qui voit le nombre de ses festivaliers augmenter en conséquence.

« Sur deux jours de festival cette année on aura 24 groupes au Pont du Rock, dessine Damien Le Guével, l’une des cinq paires d’oreilles à la programmation du festival. Notre diversité, c’est un ensemble qu’on  aime mettre en avant. » Cette année, Mickey 3D fait son retour et côtoie sur scène le duo électro Aaron (des maîtres), Thylacine (efficace) et Feu! Chatterton (rétro-classe-branché). « Des groupes pas forcément connus du public breton », justifie Damien en même temps que de mettre en avant ses coups de cœur : « Allez voir les énergiques Gogol Bordello. L’énergie scénique est importante, et encore plus quand on est à un festival de rock. »

La tête d’affiche du festival ? Sans conteste, Nada Surf. Évidemment. Même si la suite de la programmation sera diffusée le 1er mai, les plus gros noms sont sortis. « Programmer Nada Surf, c’est un projet sur lequel on est depuis 1 an et demi », explique le programmateur qui œuvre comme un passionné depuis une dizaine d’année dans l’association morlaisienne « Aux Arts Etc », à l’origine du Pont du Rock. « Pour faire un festival comme le nôtre, l’esprit collectif c’est important. Le jour où on aura plus ça, on aura perdu notre identité. »

Une identité devenue éclectique mais pour autant pas départie de son amour pour la scène régionale. « Dans la mesure du possible, on programme des groupes de la région, défend Damien Le Guével. Cette année on a The Blue Butter Pot et Chouette qui joueront. » Chouette, talent du tremplin du festival vient d’ailleurs de sortir son premier album, « You don’t know why you run ». Virée immédiate chez le rock garage, le groupe inspiré par la mysticité de la nature bretonne nous donne l’occasion de taper du pied. Indéfiniment.

Suite, fin et balance de la programmation le 1er mai. Et on nous l’assure : « il y encore de la place pour de belles surprises ! »

Rendez-vous les 29 et 30 juillet à Malestroit. D’ici là, une date à noter dans votre agenda : le 30 avril, un concert Rockabilly à Malestroit, toujours organisé par l’asso « Aux Arts Etc »

 

Laisser un commentaire