petit biscuit

Petit biscuit, l’hyperdoué

Il approche des 50 000 likes sur Facebook, comptabilise 99 300 followers sur Soundcloud. Il fait aussi partie des 10 finalistes pour le prix Deezer Adami et tout cela à 16 ans à peine. Mehdi Benjelloun est encore au lycée mais son pseudonyme, Petit Biscuit, joue dans la cour des grands. Il nous a accordé un peu de temps pour nous en parler à l’occasion de sa venue à Panoramas.

petit biscuit

Si tu devais décrire ta musique en trois mots, tu dirais quoi ?

Il y a le côté world qui ressort d’abord. Il y a le côté poétique aussi. Donc quelque chose de très poétique mais très dynamique en même temps. Ouais voilà !

On t’a vu sous le chapiteau, t’as l’air sûr de toi et en même temps t’es hermétique à la réaction du public. Les gens t’acclament mais tu restes très concentré dans ce que tu fais. Tu laisses rien paraître.

C’est cool si j’ai l’air sûr de moi ! (rires). C’est marrant parce que ça définit un peu mon caractère. Je suis quelqu’un de très timide et en même temps j’ai envie de faire partager, que le public crie, qu’il danse. Je pense que c’est ça qui définit un peu mon attitude sur scène : le côté un peu sûr de lui-même et en même temps il y a le sourire qui sort et parfois je me laisse emporter, c’est sûr.

On a vu que tu étais Sold Out pour le Point Ephémère. Ça te fait quoi de savoir que tu as de pareilles dates déjà complètes alors que tu as 16 ans et que tu es encore au lycée ?

C’est super cool, surtout que je viens de la communauté internet. Que ce soit réellement des gens qui viennent te voir c’est dingue. T’as publié une track sur internet et six ou sept mois plus tard, il y a des gens qui crient sous le chapiteau. Franchement c’est dingue. Voir une date Sold Out, ça confirme le fait que j’ai envie d’aller plus loin avec mon projet.

Tu parles de gens qui crient ton nom. On a vu ce matin que tu étais annoncé pour  les Vieilles charrues. C’est quand même le plus gros festival de France. Ça te fait quoi de te dire que petit à petit tu gravis les échelons ?

C’est cool, surtout que c’est ma première date. C’est dingue, c’est du stress, c’est de l’adrénaline, c’est plein de choses… Je comptais prendre mes billets là justement et puis je me suis dit : « bah non, t’es en artiste ! »

 » Pour moi la musique c’est le plus gros moyen d’expression « 

Comment t’arrives à conjuguer musique et études ?

Oui je suis en première S et ça se passe niquel !

Si tu devais choisir entre les deux, tu ferais quoi ?

Je pense que je choisirais pas parce que ça constitue comme un équilibre. Je ne me verrais pas faire de la musique sans cesse parce que la musique c’est pour me relâcher des études. Pendant des heures je me pose en studio et j’oublie tout. Je pense que j’y arriverais moins si j’avais pas ce truc un peu fatiguant (ses études ndlr) pour arriver à un vrai relâchement.

C’est comme un échappatoire au final ?

C’est plus qu’un échappatoire même. C’est parti d’une passion mais maintenant, pour moi, c’est le plus gros moyen d’expression. J’en avais vraiment besoin.

petit biscuitDans 10 ans tu te vois comment ?

Je n’ai pas trop d’idées, c’est dur de se projeter. Mais je pense que j’essaierai de garder un peu cet équilibre musique/vie personnelle même si ça va être super compliqué dans les années à venir.

Tu as un parcours plutôt classique à la base…

Oui, j’ai commencé le violoncelle à 5 ans dans la petite école de musique de mon village. C’est vrai que c’est dur à intégrer dans mes compos, j’essaie en ce moment. Mais c’est bien, c’est différent, ça me permet d’aborder la musique électronique autrement. Parce que je me considère pas comme un projet électro professionnel… J’ai énormément de choses à amener.

Ça te fait quoi qu’on te compare à des mecs comme Superpoze qui a composé son album au piano en entier avant de passer à l’électro ? 

C’est assez cool mais en même temps ça met la pression. J’essaie tout de même de me différencier. C’est vrai qu’avec Superpoze il y a plein de points communs parce qu’il compose ses musiques au piano, c’est ce que je fais aussi. Je peux passer des heures à tapoter sur mon piano avant de trouver une bonne mélodie.

Sunset Lover est sur la chaîne Youtube « Electro posé ». Ça a joué pour toi ? ça a été un tremplin ?

La chaîne est tenue par un mec que j’ai rencontré et qui s’appelle Thomas. Il m’a demandé s’il pouvait publier trois sons sur youtube. Et puis j’ai vu les réactions sur Electro posé avec les millions de vues et les gens qui commençaient à s’intéresser à mon projet. Je me suis dit que je pouvais vraiment pousser le projet à fond. Je pense que c’est un bon tremplin mais maintenant j’essaie aussi d’avancer plus indépendamment. C’est important de garder une certaine indépendance pour caractériser un projet.

Quelles peuvent être tes sources d’inspiration ?

Je sais pas, je peux citer The XX, Ratatat, Bonobo… Y a vraiment énormément d’artistes qui m’influencent mais j’essaie aussi de garder un truc assez personnel. C’est pour ça que je m’inspire pas forcément d’artistes mais plus de genres de musiques.

Ta famille t’encourage dans ce que tu fais ?

Oui parce qu’ils ont compris que c’était un moyen d’expression super intéressant pour moi. Ils ont vu l’envergure que prenait le projet au bout d’un moment et c’est juste génial qu’en plus d’évoluer et d’aller jouer sur des festivals, il y a ta famille qui te soutient.

Sunset Lover est devenu un tube. Ça fait quoi de se dire qu’à ton âge t’as déjà sorti un tube ?

Ça me donne envie de composer toujours plus ! Ouais c’est un tube ! Je vais essayer de le développer d’une manière à amener le projet… C’est à dire que Sunset Lover ne soit pas l’unique tube. Pour implanter Petit Biscuit il faut que j’arrive à proposer différentes facettes du projet, avec des morceaux aux différentes influences.

petit biscuitTu aimerais que ta musique représente quoi pour les gens ?

Lorsque j’ai fait Sunset Lover, j’avais en tête la représentation d’un quotidien qui devient un peu exceptionnel, un peu mystérieux. J’ai vraiment envie que les gens entendent ça, peu importe la situation dans laquelle ils l’écoutent. Que le monde autour d’eux devienne plus beau. Que je les transporte, que je les emmène…

Tu veux toucher quel public ?

Je pense que tout public peut être réceptif à ma musique. Après je vois que je touche un public jeune mais parfois je vois des commentaires sur Facebook où il y a des personnes qui ont 60 ans qui disent qu’ils adorent. C’est juste génial d’avoir un public aussi large comme ça

Tu avais réagi aux attentats du 13 novembre. Tu étais particulièrement touché par l’attaque du Bataclan. La musique peut être un bon moyen d’expression pour ce qui se passe dans le monde ?

Il faut avoir une certaine intelligence et une certaine ouverture d’esprit pour comprendre la musique. Parce que la musique c’est pas simplement l’écouter , c’est aussi la comprendre, c’est aussi la vivre. Quand j’écoute de la musique il se passe quelque chose de particulier. C’est pas dur d’être sensible et d’être ouvert d’esprit par rapport à la musique, c’est qu’une question d’envie et de curiosité peut-être. Mais je pense qu’il y a certaines personnes qui sont réfractaires à tout ça.

Crédits photo : Efflorescence Culturelle.

Propos recueillis par Adèle et Anaïs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *