Five : une fille et quatre garçons dans le vent

Qu’est ce que l’amitié ? Une belle histoire, d’après Five, un film aux couleurs pop – avec son jaune éclatant à l’affiche – à la fois drôle et touchant mais surtout quelque peu déjanté. Même si l’amitié semble être universellement une belle valeur, la vraie question à laquelle le film tentera de répondre à partir du 30 mars en salle, ce serait plutôt : jusqu’où peut-on aller par amitié ?

five2

Une jolie fille sur un plan carte postale. Le rêve ! Et pourtant une voix off vient gâcher le paysage pour remettre tout le monde sur la terre ferme : oui on pensera que c’est formidable mais ce n’est qu’une apparence, en réalité ce n’est pas un choix, nous dira-t-elle. Retour en arrière ; le spectateur va pouvoir suivre les innombrables péripéties de la bande d’amis jusqu’à leur arrivée sur le sable blanc entouré d’une mer bleu azur et de palmiers.

five3

Five raconte une histoire d’amitié, celle de cinq super potes depuis l’enfance qui ont toujours rêvé de vivre en collocation dans un grand appartement parisien. Aussi attachant les uns que les autres, la mise en scène nous plonge au milieu de cette joyeuse bande dont on aimerait bien faire partie. Samuel, interprété par Pierre Niney, est vraiment le copain que l’on voudrait tous avoir, surtout quand il concrétise le projet : il va trouver l’appartement parfait et proposer aux autres de payer la majorité du loyer. La seule condition pour que son père lui donne autant d’argent : continuer ses études de médecine. Sauf que Samuel veut être acteur et ces études prestigieuses auquel son père tient énormément, ont vite été remplacées par du théâtre. Le bouleversement de la situation paraît évident : alors que les autres emménagent joyeusement, Samuel bloqué à une réception dans la maison familiale va se retrouver incapable de s’occuper d’un des invités faisant un malaise. Le secret est découvert, c’est le drame ! À partir d’un rêve qu’il ne veut pas gâcher, tout va dégringoler ; pour le meilleur et pour le pire.

Abandonné par son père, la situation est d’abord délicate, puis délirante jusqu’à devenir ingérable : inventant de nombreuses combines pour se faire de l’argent sans rien dire à ses amis, Samuel va accumuler les problèmes de séquences en séquences – où entre absurde et gravissime, il n’y a qu’un pas ! Le début du film prend alors tout son sens et justifie à merveille les multiples péripéties qui se permettent d’aller très loin.

Le premier film d’Igor Gotesman – qui joue d’ailleurs le rôle de Vadim, peut-être le plus terre à terre de la bande – c’est un délire de potes. On s’amuse, on pleure, on fait la fête ; on se laisse porter ! Certaines séquences sont hilarantes, notamment la prise de drogue incongrue de Samuel et Timothée – interprété par François Civil – dans la voiture arrêté par la police ; la séquence suivante – rappelant quelque peu une scène formidable où Leonardo Dicaprio finit très mal dans Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese ou encore tout Las Vegas Parano de Terry Gilliam – les met en scène tous les deux, euphorique, face à une triste fête surprise où leur comportement déplacé pourrait devenir le grand moment culte du film. Mais ce n’est pas la seule : ce long métrage est une réussite par son humour délirant, avec un scénario proposant sans cesse des retournements de situation et des dialogues toujours bien sentis.

five6

Pourtant derrière cette sympathique comédie, de réels enjeux sont visibles, donnant une véritable consistance au film. L’amitié n’est pas sans faille : tous les personnages – magnifiquement interprétés, le casting est très bien choisi – ont leur personnalité et leurs secrets au sein du groupe et l’amitié est remise en question. Ce thème est finalement abordé sous différentes variations, avec comme problématique centrale : jusqu’où seront-ils prêts à aller par amitié ?

five4

Même si les cinq protagonistes ont leur place, Samuel est mis en avant puisqu’il porte l’enjeu du film et pour ne pas décevoir ses amis, il est prêt à tout et finalement ce sont ses amis qui acceptent de tout quitter pour lui.

Jouant sur l’absurde de nombreuses situations sans perdre son spectateur, Five est un film déjanté qui questionne les limites de l’amitié. Igor Gotesman redonne finalement une place importante à la sphère parfois oubliée de l’amitié, entre celle de la famille, de l’amour ou des relations professionnelles. Sans dire que ce film est inoubliable ou absolument novateur, il est divertissant et s’adresse à un public qui se reconnaîtra. Parce que – même si les « films de potes » sont nombreux dans le cinéma français – les véritables bonnes comédies française vraiment drôles ne sont pas si évidentes à trouver ; Five mériterait bien un cinq sur cinq !

Laisser un commentaire