Premiers Plans

Premiers Plans à Angers : quand le cinéma se discute

Chaque année, Angers se transforme en ville du cinéma à l’occasion du festival Premiers Plans. Au programme, des films bien sûr, mais aussi des rencontres avec des réalisateurs. Grâce à elles, on a pu entrevoir comment sont fabriqués les films.
Jack Nicholson affiche festival Premiers Plans
Le personnage phare de cette édition 2016 : Jack Nicholson. Scène tirée du film de Milos Forman, « Vol au dessus d’un nid de coucou ».

Ça fait 60 ans qu’il réalise des films. Alain Cavalier était présent ce vendredi au festival Premier Plans. Avec lui, on a découvert ou redécouvert la vie du réalisateur au travers de nombreuses anecdotes. Les auditeurs sont passionnés, des noms tel que « Romy » (Schneider) sont lâchés, Alain Delon aussi. La relation entre le réalisateur et ses protagonistes est décrite sans fasse pudeur ni jugement. Le réalisateur nous raconte les tournants dans sa carrière et vie personnelle qu’il décrit comme des « trous noirs ». Avec franchise et humour il nous décrit ses erreurs et succès, ses rencontres, et le spectateur de cette conférence se voit transporté dans la tête d’un réalisateur et de 60 ans d’histoire du cinéma.

Louis Garrel, étoile du cinéma d’auteur
Louis Garrel
Louis Garrel accompagné de sa productrice écoute les questions des spectateurs.

La deuxième rencontre se fait l’après-midi même. La fondation « Gan pour le cinéma » organisait une discussion en présence de Louis Garrel et sa productrice Anne-Dominique Toussaint pour le film « Deux Amis ». Le jeune réalisateur et acteur arrive décoiffé dans la salle. Sur ses jambes, un jogging qui se fond dans l’ambiance décontractée du festival. Le film qu’on avait déjà vu l’année dernière à la Semaine de la Critique à Cannes avait alors fait mouche : le réalisateur se remémore une anecdote : « Lors de la diffusion à Cannes, le public a rigolé un peu trop fort quand un personnage me donnant la réplique s’est foutu de moi, raconte-t-il. Sur le coup ça m’avait vexé », dit-il faussement agacé. A Angers, le film se lance dans une salle qui se fait soudain silencieuse.

Après ça, Louis Garrel nous raconte comment la lecture en public du scénario du film à Premiers Plans en 2014 l’avait aidé pour son tournage. Il nous parle longuement du processus d’écriture, de la demande d’avances sur recettes, du choix de ses acteurs, des nombreuses répétitions, se ce qu’il a appris de ses expériences passés… La rencontre se termine un peu trop tôt mais nous avons réussi à comprendre clairement comment un film est pensé, la productrice et le réalisateur étant friands d’anecdotes de tournage.  Il revient sur ses erreurs passés, ses préjugés, et donne quelques conseils à l’audience pour la réalisation de projet.

Arnaud Desplechin : « Je suis fan de Julia Roberts »
Arnaud Desplechin et Théo Ribeton
L’entretien entre le réalisateur et le critique a dépeint pendant une heure la filmographie du réalisateur et son approche du cinéma.

Le samedi matin, nous avons assisté à une rencontre avec Arnaud Desplechin, le président du jury des longs-métrages et le réalisateur de nombreux films tels que « Comment je me suis disputé (ma vie sexuelle) » ou « Rois et Reine ». Le réalisateur répondait en public à un entretien préparé avec Théo Ribeton, critique aux Inrocks. « Le chômage m’a permis de lire beaucoup et de regarder beaucoup de films », blague-t-il en début de conférence.

La séance ponctuée d’extraits de films de Desplechin revenait sur sa filmographie. Avec franchise et humour le réalisateur répond aux questions du jeune critique. Ayant pris l’habitude les années précédentes de parler souvent des autres réalisateurs mais peu de lieu, il ne pu s’empêcher de nous montrer une scène de la comédie romantique « Coup de Foudre à Notting Hill » de Roger Michell avec Julia Roberts. Il nous décrit la scène avec son approche singulière de celui qui est le cinéaste.

arnaud desplechin
Le public venu nombreux a eu l’occasion d’écouter l’analyse du réalisateur sur ses films avant de visionner un extrait de « Coup de foudre à Notting Hill ».

Le festival Premiers Plans est l’endroit parfait pour les gens qui s’intéressent de près à la réalisation. Ces rencontres nous permettent d’adopter un nouveau regard sur les films qu’on connaît.

Photos et texte par Caroline Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *