Un deuxième EP réussi pour Santoré

Après avoir demandé de l’aide à son public pour réaliser un clip , le duo électro Santoré (composé des frères Mathieu et Antoine Gouny) fait son retour musical avec son deuxième EP, intitulé Silverado.

Santoré_3_by_Diane-Sagnier

Pour leur deuxième réalisation, Santoré a évolué musicalement. Par rapport à leur précédent EP, intitulé Tabou, les morceaux du groupe apparaissent plus recherchés au niveau de la mélodie, moins répétitifs. On y retrouve un beau mélange de guitare et de synthé, les instruments de prédilections des deux frères.

a1847590652_10Santoré est un duo à part dans le monde de l’électro. Ils mélangent les instruments acoustiques (guitare, piano…) et électroniques (synthé) pour créer un univers bien à eux. Les deux frères veulent ainsi rappeler le côté triste et heureux de l’enfance. Par exemple, le titre Morning Cartoons fait écho au plaisir que l’on avait enfant de regarder des dessins animés le matin avant d’aller à l’école.

Les quelques nouveautés qui caractérisent Silverado sont plutôt intéressantes : on retrouve des sonorités asiatiques dans Circles et Morning Cartoons, et les frères s’essayent pour la première fois au chant sur Teyssandier et There we go (Here we are).

Si l’on devait définir un morceau coup de cœur pour cet album, ce serait Teyssandier. C’est l’un des titres les plus mélodieux de l’EP. On y retrouve notamment des notes de piano qui font penser à des gouttes de pluie, voire un son de boîte à musique qui rend l’ensemble mélancolique. Le duo de voix masculines, graves et à l’accent métallique accompagne bien la mélodie efficace qui rentre bien en tête. La fin du morceau révèle l’harmonie des instruments, notamment le beau mélange des sons de l’alto et du violon.

Un nouveau projet pour le groupe ? Sortir un album : « Un album serait un format idéal pour installer notre univers et l’étaler confortablement. Avec 12 ou 13 morceaux, c’est bien plus facile de construire une histoire » affirme Santoré dans une interview sur le site Toute la culture.

Chloé Lorant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *