Milky Chance électrise les Nuits du Sud à Vence

Pour la deuxième soirée de l’édition 2015 du festival de musique, la moyenne d’âge a sensiblement baissé sur la place du Grand Jardin de Vence. Vendredi 10 Juillet, l’Argentine Natalia Doco et le groupe allemand Milky Chance ont animé les Nuits du Sud.

public

Du 9 au 25 Juillet, le centre-ville de Vence accueillait le festival de musique le plus fréquenté de la Côte d’azur en 2014, avec 60 000 fréquentations uniques. La recette concoctée par Téo Saavedra, directeur du festival depuis sa création en 1998, est toujours la même : réunir lors de mêmes soirées des artistes aux univers différents et mettre en lumière les musiques du monde entier.

natalia-doco-2Vendredi 10 juillet, c’est Natalia Doco qui a fait sonner ses guitares en premier. Venue pour présenter son premier album, « Mucho Chino », qui mêle avec originalité sonorités latines, cuivres et textes en espagnol et en anglais, la belle argentine n’a pas laissé insensible le public. Sur scène, elle maîtrise aussi bien la danse que l’humour lorsqu’elle évoque sa vie sentimentale. A sa voix solaire et puissante s’ajoute un accent sud-américain charmant lorsqu’elle reprend « Les mains d’or », un titre joué l’année dernière par Bernard Lavilliers sur cette même scène. Les festivaliers assidus ont apprécié.

milky-chance-3Mais la plus grande partie du public s’était déplacé seulement, et uniquement, pour Milky Chance en cette parfaite soirée d’été. Le duo allemand a conquis l’Europe et les Etats-Unis en 2014 avec son titre « Stolen Dance », numéro un des charts dans de nombreux pays, notamment en France. On retrouve sur scène le subtil alliage entre musique folk et électronique qui a fait le succès de leur premier album « Sadnecessary ». La voix éraillée et la guitare acoustique de Clemens Rehbein se lie aux sons et aux rythmes électroniques créés par Philipp Dausch.

En plus de sa voix de crooneur si identifiable, le plus décoiffé des deux est un guitariste hors pair, capable de poser une signature sur chaque chanson du groupe. Avec « Flashed Junk Mind », le show a véritablement décollé, le jeune public aussi. La place du Grand Jardin, bien remplie, s’est illuminée. Vence a résonné aux coeurs de « Down By the River » et bien sûr aux paroles et aux riffs de « Stolen Dance ».

Les Nuits du Sud semblent avoir visé juste en s’ouvrant à la musique électronique et à une programmation qui attire un public de plus en plus jeune. Ils étaient nombreux à profiter des nouvelles buvettes et espaces de restauration rapides situés sous l’espace VIP inauguré en 2014.

Nicolas Faure 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *