Que se cache-t-il derrière le succès de Fuzeta ?

On vous les faisait découvrir dès leur création. Un peu plus de 7 mois après la sortie remarquée de « Dive Part 1 », les vannetais de Fuzeta ont sorti le 20 mai dernier un premier EP « Dive » en version complète. Des titres aériens, puissants et touchants combinés à un graphisme à couper le souffle laissant présager le meilleur.

fuzetaFort de son succès, ce jeune groupe a fait le show sur pas moins de 35 scènes et presque autant de festivals à travers l’Hexagone depuis novembre.

Comparé à Wu Lyf, Bon Iver, Band of Horses et bien d’autres, Fuzeta a pourtant bien réussi à trouver sa place sur la scène indie rock actuelle en apposant une touche et un univers bien à eux qui s’explique par le caractère très personnel du projet.

Dorian, Charles, Pierre, Jérémy : 3 frères et leur ami d’enfance transformant leurs souvenirs d’enfance en mélodie catchy et légère. Nommé « Fuzeta » en hommage au petit village portugais ayant abrité les plus tendres de leurs souvenirs, ce projet est le support idéal de leur musique nostalgique prenant la forme d’un véritable hommage aux bonheurs simples de l’enfance.

Et ça fonctionne. Ça soulève les tripes parce que ces souvenirs sont à la fois extrêmement personnels et totalement universels. Sur scène comme en studio, on sent une énergie sur le point d’imploser, qui confère une puissance exceptionnelle aux 6 titres de cet EP.

Fuzeta est jeune certes, mais depuis la sortie de l’époustouflant clip « Dive » en octobre, Fuzeta enchaine les prestations. Lauréat plébiscité du Prix Ricard SA Live Music, mis à l’honneur plusieurs fois dans les Inrockuptibles, présence remarquée au Printemps de Bourges… Tout sourit aux talentueux morbihannais.

F U Z E T A : « Notre projet tourne autour de l’enfance et la nostalgie qui l’accompagne »

Loin de se laisser happer par leur succès, l’ADN de Fuzeta reste le même : simplicité, puissance et sincérité. On retrouve ces émotions dans les sessions live de certains de leurs titres, comme l’émouvant « Y » qui évoque la disparition de la grand-mère des frères Sims. Enregistré dans une salle du Château de Suscinio, le titre « Y » retranscrit la douleur de la perte dans un élan quasi-viscéral.

« Run to love, to love I run » c’est sur ces quelques mots posés sur une mélodie entrainante que se termine le premier (d’une longue série on l’espère) EP de Fuzeta. Chaque titre construit l’histoire de cette fratrie et remue avec pudeur l’histoire de l’enfance de chacun d’entre nous.

Un disque à se procurer sur leur page Bandcamp pour « plonger » et faire partie de l’aventure F U Z E T A. Un premier disque qui annonce un deuxième EP d’ici la fin de l’année. Et à force de faire le tour de la France depuis un an, on mesure l’expérience nouvelle que le groupe aura su accumuler. Prochain verdict très bientôt, donc…

Ayla Cunningham

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *