Postbad concert : Superpoze à la Maroquinerie

Pour la sortie de son nouvel album Opening, le caennais Superpoze nous a donné rendez-vous mardi soir dans le XXème arrondissement parisien à la Maroquinerie. Précédé par le danois Sekuoia, le show a eu un mot d’ordre : spatial !

SEKUOIA

Les premières parties c’est vachement chouette. Surtout quand on fait de bonnes découvertes comme c’est le cas de mardi. Le concert de Superpoze à la Maroquinerie s’est ouvert sur la performance planante de Sekuoia : un brin de sons psychédéliques et pas mal d’électro-pop pour ce producteur qui nous vient tout droit de Copenhague. Dès les premières notes entraînantes, le petit public parisien est sous le charme de cet « experimental electronica », comme il se définit lui-même. Petit à petit, alors que la salle se remplit, sa musique s’accélère et les mélodies de ses tracks Evening ou Something We Lost nous envahissent. La salle est conquise par le travail du danois accompagné de son guitariste et de son batteur.

Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©

SUPERPOZE

Superpoze

La salle continue de se remplir petit à petit mais c’est dans une Maroquinerie pleine à craquer que Gabriel alias Superpoze allume ses pads et son clavier. Sur une scène parsemée d’étoiles tel le (magnifique) ciel parisien, le jeune caennais s’élance pour présenter son dernier album Opening avec des titres comme Opening ou Unlive. L’ambiance cosy n’est que de courte durée puisque après quelques morceaux très maîtrisés, le public se délie et lève les verres. Le DJ enchaine les titres, nouveaux comme anciens, avec une étonnante facilité dans ce voyage cosmique aux sonorités électro tantôt pour des morceaux « calmes », tantôt pour des morceaux beaucoup plus techno. Certes, celui qui se fait appeler Superpoze n’est guère à l’aise lorsqu’il s’agit de prendre la parole au micro mais ses quelques mots sont touchants. Beaucoup de « merci ! » et de générosité entre des titres réarrangés sur scène comme ses très connus Jaguar ou The Iceland Sound. Le tout fonctionne parfaitement bien notamment grâce à de remarquables jeux de lumières et de néons, réussissant à transporter le spectateur au-delà de la petite salle arty.

Le concert fini, les spectateurs s’expriment sur le spectacle. Pour Anne et Nour, toutes deux étudiantes en architecture, le travail autour de la scénographie est remarquable. Elles saluent également la générosité de Superpoze envers son public. Seul regret, le concert de courte durée : « quelques morceaux supplémentaires n’auraient pas été de refus », disent-elles. Olivier, quant à lui, découvre son dernier album sur scène et en est « ravi ». Il ajoute : « Superpoze a eu un bon public ce soir, il était plutôt réceptif aux mélodies entrainantes. »

Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©
Crédits photo : Mathieu Foucher ©

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *