« Panoramas c’est paranormal »

  Les 3,4 et 5 avril, ils étaient plus de 27 000 à s’être déplacés à Morlaix à l’occasion de la 18e édition du festival Panoramas. Il parait que tout le monde (artistes, production et public) était content. On vérifie ça ?

Des festivaliers visiblement joyeux.

  Bizarre, rarement sobre et voire même sous substance, l’amateur de musiques électro et techno souffre d’une réputation peu charmeuse. Loin de nous arrêter aux préjugés, en ce weekend de Pâques nous avons délaissé les chocolats pour partir à la rencontre du public de Panoramas.  

Yann, festivalier de Panoramas, provenant tout droit de Paris.
Yann, festivalier de Panoramas, provenant tout droit de Paris.

Première mise au point : ne pas se fier aux qu’en dira t-on. Les quelques 27 000 festivaliers s’étant déplacés en masse pour cette profession de foie musicale sont loin de correspondre à tous les clichés auxquels ils peuvent être affiliés. Brodinski, Laurent Garnier, Boris Brejcha, Kaytranada, Super Discount 3, Tale Of Us (pour ne citer qu’eux) étaient programmés pour ce Pano #18, c’est donc plutôt une joyeuse bande pressée de gigoter sous un son de qualité qu’on a eu la chance de croiser.

Des festivaliers contents.
Des festivaliers contents.
Qu’ont-ils pensé du festoch ? Des prestations des artistes ? Des aspects plus « logistiques » ? Ils nous ont transmis leurs ressentis, on partage ça avec vous.

« Ce festival était très agréable malgré beaucoup de boue et de la pluie à foison. Le territoire du camping s’est transformé en gigantesque marécage, tout le monde se roulait dans la boue, les tentes flottaient dans un océan de merde et surtout il ne fallait pas aller aux toilettes, c’était vraiment l’hécatombe. Mais sinon, pur week-end ». Panoramas ? Victor, 21 ans, en fait une prose. Quand on lui demande quel a été son meilleur souvenir, il répond du tac au tac que ça a été lorsqu’il a mis une paire de chaussettes propres. Clément approuve : « C’était boueux ».

Romain et Eddy
Romain et son partenaire Eddy qui lui colle à la peau.

Malgré quelques désagréments climatiques, le camping a séduit. Et heureusement quand on sait que certains, à l’image de Yann, 24 ans, sont venus de loin, principalement pour ça. « La programmation n’était pas ouf ouf ouf » précise-t-il. 

Romain, 22 ans, est loin de partager le même avis. S’il revient pour la septième année déjà, c’est bien parce qu’il trouve chaque fois de quoi satisfaire ses tympans. Il était accompagné d’Eddy, son fidèle acolyte, qui le suivra tout l’été pour la tournée des festivals. 

Fanny aussi est venue démarrer sa saison des festivals au Parc de Langolvas. Loin de se lasser, c’est la cinquième fois qu’elle revient : « Tous les ans, c’est un super souvenir ». Mordue d’électro, elle fait le duo Pano/Astro. Cette année elle est venue pour Tale Of Us et Laurent Garnier. Elle n’a pas été déçue.


Fanny et Marine ont profité du festival comme il se doit.
Fanny et Marine ont profité du festival comme il se doit.

Tale Of Us a fait se déplacer les foules. Marine aussi a acheté ses places pour les voir. Avec Infected Mushroom et Boris Brejcha, ils forment son top 3. Inépuisable, elle reste toujours jusqu’à la fermeture : « Il y a que ceux qui kiffent la musique, il y règne une ambiance particulière que je ne saurais décrire ».

 En parlant concerts, Virginie ne connaissait pas Stwo mais elle est repartie conquise par cette découverte.

Des gens contents qui aiment les photos.
Des gens contents qui aiment les photos.

Pas fan du premier album de Brodinski, Gauthier a redécouvert son opus Brava en live et « c’était chouette ! ». Il met un point d’honneur à souligner la scénographie de la grande scène, qui a, selon lui, largement participé à la bonne ambiance globale. 

Côté logistique, si Virginie qualifie l’organisation de « superbe », Fanny, quant à elle, apprécierait plus de possibilités d’hébergement : en fauteuil, le camping est difficilement envisageable. 


Yannick, 50 ans, est venu accompagner ses filles. Les problèmes d’hébergement, loin de son esprit, il a pleinement profité des concerts. S’il a été quelque peu déçu par la prestation de Salut C’est Cool (qu’il préfère en album), il a adoré Midside.

 Elise a tellement aimé qu’elle en redemande ! Elle suggère à l’organisation du festival de pousser les concerts un peu plus tard « jusqu’à 6h du matin ça serait cool ». 

Cette année encore, Panoramas a frappé fort. Un public vivant et soudé, composé d’habitués comme de novices. Une chose est sûre, ils reviendront !

Sculpteur capillaire présent au festival.
Sculpteur capillaire présent au festival.
Adèle Urvoy
Anaïs Seznec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *