« Aquoibonism » : le premier EP langoureux de LENPARROT

   Il est rescapé en solitaire de son projet en extra Rhum For Pauline localisé à Nantes. Romain Lallement, chanteur et claviériste, se jette à corps perdu dans la sortie de son premier EP sous le pseudonyme LenParrot.
LenParrot Aquoibonism
Romain Lallement, le musicien dans l’ombre, tente de laisser passer un peu de lumière.

  Fruit d’une bonne communication, le premier mini-album du Nantais se fait attendre alors même qu’il n’avait rien à promouvoir encore. C’est donc sur trois épisodes que s’est déroulée la sortie de son EP, avec deux extraits dévoilés à intervalle régulière. Et ce sont les Inrocks qui s’y sont attelés : en octobre 2014, « Les Yeux en Cavale » est dévoilé. En mars dernier, ce sera le tour du titre « A Fake Prophet » de trouver la voie des oreilles des lecteurs du magazine en ligne.

Paysages nocturnes

Romain n’est pas un vieux de la veille avec ses projets collatéraux Rhum For Pauline et Pegase – il travaille aux côtés de Raphaël D’Hervez. Le compositeur et musicien nous ramène dans la sphère très privée de l’underground français, fruit d’un travail rudement mené en huis-clos dans un étroit studio.

« Aquoibonism » est la maturation d’un projet solo, mené par un leader entouré de ses appuis et conseillers : Maethelvin et Olivier Deniaud, des amis musiciens présents dans d’autres projets musicaux. Un travail de recherche sur la composition, les rythmiques et le chant sacralisé par la participation notable du collectif A deux Doigts, fins limiers dans l’artwork de l’EP.

« Comme je suis un impatient chronique, je réfléchis déjà à un deuxième EP »

Deux morceaux révélés mais encore trois surprises. Et Romain le révèle dans le magazine GHB music : c’est « quelque chose de plus doux que les deux premiers singles ». « Inner Place » se veut plus saccadé et délicat là où la voix du chanteur se fait plus crue et lisse. « Mondegreens » est le prologue de « A Fake Prophet », tandis que « Gena » rafraichit et clôt l’EP sur des somptueuses sonorités de synthés aux allures cérébrales et majestueuses d’un orgue avec ses tubes rutilants. Bref, digne d’une véritable messe pastorale.

L’EP sortira le 5 mai prochain, en version digitale et cassette sur le label Atelier Ciseaux. Et Romain de déclarer à propos : « ce sera chouette qu’il nous offre une belle exposition, de donner pas mal de concerts avec ». Alea jacta est… puisse l’avenir lui  être favorable. En tout cas, la maison de disques qui manage déjà François Virot, Holy Strays, Johnny Hawaii, Mount Eerie et Francis Lung, apportera sûrement à LenParrot de quoi grandir à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *