Quand les studios de production de notre enfance changent de cap

Nous connaissons bien cette grande entreprise, ou plutôt cette famille, à laquelle nous avons tous voué un culte étant plus jeune. Les studios Disney commencent à prendre de l’âge, mais ne vieillissent pas pour autant. Ils semblent même s’offrir une nouvelle jeunesse…

Walt Disney Pictures est un studio de production cinématographique créé en 1983,  mais la société Disney, elle, date de 1923. La compagnie produit depuis 1937 des films d’animation (longs-métrages). Fin 2009, Walt Disney Company rachète Marvel Entertainment ; Les Nouveaux héros est alors une production, adaptée du comics Marvel : Big 6 Hero.

Depuis quelques années déjà, les productions Disney avaient amorcé une réelle évolution, notamment avec leurs bandes originales, leurs synopsis, mais aussi leurs graphismes. Cette fois-ci nous avons découvert leur dernier petit bijou, qui marque un tournant dans la longue histoire de Disney, la production émanant de Marvel.

Hiro Hamada, génie prématuré de la robotique, croise un jour le chemin de Baymax, un robot infirmier avec lequel il va se lier d’amitié. Alors que Yokai a pour but de détruire la ville de San Fransokyo, Hiro, Baymax et ses amis vont tenter de la sauver, sous leurs armures technologiquement avancées…

Un Disney pas comme les autres. Pas de princesse, une intrigue qui ne repose pas exclusivement sur une histoire d’amour, pas de prince charmant, ni de voitures qui parlent. Le synopsis constitue un premier grand changement et une évolution indéniable des studios d’animation. La production devient tout public, même si elle l’était déjà depuis quelques années, mais elle évolue surtout dans la réalisation de l’intrigue. Une façon sans doute de satisfaire les attentes nouvelles de nos jeunes et grands cinématographes. Emotions à la Titanic, meurtre prémédité, projet convoité… Le synopsis évoque le long-métrage cinématographique. Rassurez-vous, et rassurons-nous aussi, l’imaginaire reste prépondérant, et la touche de comique persiste également.

En 1937, alors que notre génération était encore bien loin de voir le jour, Walt Disney Picture sortait : Blanche neige et les sept nains,  le plus ancien long-métrage de la maison. Ces classiques se voient aujourd’hui confrontés à de nouvelles réalisations, davantage maîtrisées, puisque notre époque le permet.

Le schéma classique des intrigues est respecté : un héros, un méchant, et des alliés. Toutefois incomparable avec les années antérieures, le graphisme est l’élément le plus subjuguant. L’histoire se déroule à San Francisco ou San Fransokyo, mot-valise pour désigner San Francisco et Tokyo, toutes deux villes des gratte-ciel, et villes-monde. Les prises de vue depuis le ciel en contre-plongée sur le centre de la ville sont impressionnantes, les détails d’une finesse incroyable, et les vues à la limite du réalisme. La ville futuriste trouve son inspiration à San Francisco, mais aussi à Tokyo, de par l’esthétique des bâtiments. Juste pour le plaisir et pour insister sur l’évolution des studios de production Disney, il est mentionné dans les anecdotes de tournage, qu’étant donné l’époque futuriste dans laquelle est plongée l’histoire, un graphiste a travaillé sur une centaine de panneaux de signalisation pendant deux ans ! De quoi créer beaucoup de panneaux…

Le 11 janvier dernier Les Nouveaux héros était nommé aux Golden Globes 2015 dans la catégorie « meilleur film d’animation », mais n’a malheureusement pas succédé à son prédécesseur, La Reine des neiges.

Libérés, délivrés, des conventions schématiques du conte, les studios Disney prennent leur envol grâce à Marvel. Une bonne bouffée d’air frais à prendre en famille ou entre amis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *