Cucumber, Banana et Tofu : les séries LGBT qui cartonnent en Angleterre

L’illustre réalisateur anglais Russel T. Davies est le créateur, en ce début d’année, d’un phénomène en série : Cucumber, Banana et Tofu. Drôle et touchant.

Il évoque le problème de la « panne », le triptyque télévisé tourne autour du sujet de l’homosexualité, de la maladie et du malaise de la routine avec finesse et légèreté. A tel point qu’on ne sait plus si on regarde une comédie ou une série dramatique extrêmement bien cousue.

Souvenez-vous, Russel T. Davies se faisait alors remarquer avec ses talents de réalisateur avec Doctor Who. Ouvertement gay, il se lance en 1999 sur la série Queer As Folk, motrice d’une nouvelle contre-culture gay mais qui ne marchera pas et s’arrêtera lors de la deuxième saison. Vivement critiquée en Grande-Bretagne, elle aura le mérite d’avoir été la première série à mettre en scène des personnages principaux exclusivement homosexuels. Seize ans plus tard, c’est sur le fragile sujet lié à l’orientation sexuelle, que le réalisateur se remet en piste avec Cucumber, Banana et Tofu. L’humour britannique on l’aime ou pas, mais déjà depuis son lancement en janvier, des milliers de téléspectateurs outre-Manche ont adopté le concept. On a regardé les séries notre tour et on vous dit à quoi s’attendre.

Une étude suisse a classifié les différents types d’érections. Il y a la plus molle, le « tofu ». Ensuite, plus ferme mais encore tendre, la « banane pelée ». Solide, la « banane » précède l’érection numéro un : le « concombre ».

Cucumber

(pour les ménagères)

banana série LGBT
‘Cucumber’, la série qui ressort du threesome. (Crédit photo : @Channel4)

Le moins que l’on puisse dire c’est que Cucumber est barré. La série est principalement vouée aux amourettes du personnage principal, Henry Best, – environ la cinquantaine – en couple avec Lance Sullivan. Mais le concombre ne fait plus salade. Sur un format de 45 minutes, on suit le quotidien d’Henry lassé d’être en concubinage avec Lance depuis neuf ans. Pourtant il a une vie bien rangée et se repose (trop) sur ses acquis. Il ne fait plus d’efforts pour plaire à son compagnon qui lui demande sans cesse du sexe. Henry mettra en danger son couple en côtoyant de jeunes gays : Dean, Freddy et Daniel ; accessoirement les personnages principaux de Banana.

Les personnages sont frais et attractifs (malgré leur morosité) et la façon dont ils sont présentés frise la vulgarité. Mais c’est à cet endroit que la série puise cette originalité car elle éclaire le quotidien banal des personnages. La série s’accroche à la réalité et fuit le conformisme et les règles aussi théâtrales et pompeuses que peuvent être les autres séries où seul le détail compte. Avec Cucumber, c’est tout ou rien. « La série la plus aboutie des trois » selon Solène.

Banana

(pour les jeunes révolutionnaires)

Banana Dean
Dans ‘Banana’, Fisayo Akinade donne un coup de souffle à la représentation de la sexualité des jeunes à la télévision. (Crédit photo : @Channel4)

Pour l’autre Solenn, Banana reste quant à elle « la meilleure concernant la musique » avec un enchainement Foals/Hot Chip/Eyedress digne d’une série à l’écoute de ce qui se fait dans les sons du moment. Imbriquées l’une dans l’autre, vous l’aurez compris, Cucumber et Banana forment à elles deux un spin-off avec des va-et-vient d’acteurs.

Dans Banana, un format de 25 minutes, on suit Dean Moore, 19 ans, qui aime se faire passer pour plus vieux lors de ses rendez-vous. Il distribue le courrier dans la boite d’assurance d’Henry. Il vient de quitter le domicile de ses parents et loue un immense loft à Manchester avec un ami, Freddy. Plus dure dans les sujets qu’elle aborde, Banana met l’accent sur les relations entre jeunes adultes qui se revendiquent LGBT, montrant là leurs failles, leurs émotions – pas souvent faciles à contrôler -, et démontre d’une façon triviale « une société contemporaine et de ses amours en CDD : on consomme et on jette ». « Dans la série, j’adore le personnage de Cléo, c’est la seule qui a la tête sur les épaules » analysait Fisayo Akinade (alias Dean), l’excellent acteur principal de Banana. Vous remarquerez d’ailleurs, il ressemble comme deux gouttes d’eau au chanteur britannique Benjamin Clementine repéré dans le métro parisien.

Tofu

(pour le sexe cru)

tofu tv show
Fictionnel et documentaire, ‘Tofu’ est la série où les personnages de ‘Cucumber’ et ‘Banana’ s’expriment en interview. (Crédit photo: @Channel4)

Crossover, Tofu est la passerelle entre les deux séries complémentaires Cucumber et Banana. On y retrouve le journaliste et YouTuber anglais Benjamin Cooker. Ayant déjà travaillé avec Russel T. Davies, il renouvelle son contrat en faisant de son métier un théâtre. Dans Tofu, il incarne le reporter qui interviewe les invités, le public de la série et les acteurs du triptyque. Cooker fait parler ses invités du rôle qu’ils incarnent dans la série et aborde crûment le thème de la sexualité dans le monde moderne. Des documentaires de vingt minutes sur les coulisses d’une série exceptionnelle portée sur l’homosexualité.

De toute évidence, il s’agit là d’une série so gay. Mais elle universelle quand elle parle routine, problème sexuel, relation parents/enfants, névrose, désir, sentiment. Et puis, oui surtout et puis, regardez la fraicheur que nous apporte le concombre et la banane à notre menu quotidien. En tout cas avec ça, vous ne pourrez pas dire que vous ne mangez pas cinq fruits et légumes par jour… Bref, il y a à coup sûr de quoi manger dans ces séries.

Laisser un commentaire