Birdman : lien étroit entre fiction et réalité

Récompensé quatre fois aux Oscars dont celui du meilleur film, Birdman a tiré son épingle du jeu durant cette 87ème édition.

Alejandro González Iñárritu, le réalisateur de ce chef d’œuvre a choisi de mettre en scène Riggan Thomson. Célèbre dans le temps pour avoir incarné le héros Birdman à l’écran, il tombe dans l’oubli. Une trentaine d’années plus tard, il décide d’adapter une nouvelle de Raymond Carver à Broadway. Renouer avec la gloire et se dénouer de son image de super-héros des années 1990, voilà ce que cherche le sexagénaire.

Ce personnage est interprété par l’acteur américain, Michael Keaton. Son rôle de Batman dans les années 80, lui a valu une gloire de courte durée. On retrouve là, une histoire similaire à celle de son personnage. Le film est un combat incessant entre Riggan Thomson et Birdman : l’art du théâtre ou la célébrité hollywoodienne. L’acteur est possédé par son égo, son côté noir et son personnage. Il sombre souvent dans la folie.

riggan thomson
Michael Keaton dans le rôle de Riggan Thomson. Photo : marielcalloway.com

Un vrai labyrinthe 

Birdman est un long plan séquence. On a l’impression qu’il n’y a aucune coupure. Le spectateur suit les personnages, il est derrière eux, avec eux. Constamment en mouvement, la caméra filme des pièces encombrées, des rues, des toits, des personnages qui se déchirent. Les scènes sont pleines de tension, le rythme hystérique. On entend un morceau de batterie redondant et stressant. On retient son souffle. On est totalement imprégné par l’univers théâtrale mêlé à l’histoire des personnages. Cependant, les effets de style et l’agilité de l’image, nous font parfois perdre le fil de l’histoire. La réalisation elle-même prend parfois le dessus. On remarque plus la présence du travail d’Alejandro González Iñárritu, que celui des acteurs.

birdman_lights
Riggan Tomson, en constant combat avec son personnage Birdman. Photo : variety.com

Le reflet de la misère humaine

Cette 5ème œuvre du réalisateur mexicain fait réfléchir sur notre temps. En particulier, les réseaux sociaux qui peuvent faire de n’importe qui une célébrité et peut donner à tous les fameuses «fifteen minutes of fame» warholiennes. Finalement, ce film souligne le côté éphémère et superficielle de la célébrité. Riggan Thomson passe à côté de sa vie, de sa femme et de sa fille. Il s’en rend compte alors qu’il est déjà trop tard. L’ex super-héros traverse tout au long du film une éternelle crise identitaire couronnée d’une fin surprenante.

birdman-naked-run
Le personnage nu, photographié par les passants dans les rues de Time Square. Photo : shifter.pt
Camille Maleysson

2 réflexions au sujet de « Birdman : lien étroit entre fiction et réalité »

  1. Hey !

    J’adore le style d’écriture ! J’adhère à ton point de vue. En tout cas, ce film est une perle.

    Je parle moi-même de ce film, vous pouvez trouver ma critique à cette adresse :

    See ya ! xD

Laisser un commentaire