Les Colours In The Street deviennent grands

En 2013, les très jeunes Niortais remportaient un tremplin français grâce à un jury de professionnels face à des centaines d’autres groupes. Aujourd’hui, ils nous ouvrent les portes de leur Royaume pour nous donner un aperçu de leur évolution en deux ans.

Colours In The Street - Royaume

Qu’est-ce que notre boys band a grandi depuis 2013 ! Date où il candidate et remporte les tremplins musicaux Ricard S.A Live Music ainsi que SFR, que les bretons Fuzeta viennent de remporter cette année.

Encore adolescents il y a deux ans, ils en ressortent aujourd’hui majeurs et vaccinés, beaux et à bloc d’inspiration. Ils sortaient ce lundi leur premier vrai album, Royaume, long de 10 titres avec des anciens singles intégrés tels que Paper Child et on sent l’évolution et la maîtrise dans cet album attendu encore depuis la fin de l’année dernière.

Colours in The Street c’est l’histoire de quatre mecs passablement inspirés de pop anglaise, digne des Foals. Sans pour autant (encore) les égaler, – mais ça viendra -, nos Niortais favoris visent à nouveau le bon tableau en tirant dans la case musicale la plus appréciée du moment et sur toutes les stations radio: le pop-rock. Après avoir sorti leur dernier EP mi-2013, les Inrocks s’empressent de les classer dans « les groupes à suivre » sans pour autant se risquer à leur pronostiquer un avenir « tout tracé ». Eh bien nous on le fait, exceptionnellement. Pour avoir fait la première partie de la tournée des Naive New Beaters, la tournée des grandes scènes francophones en 2013 et 2014, le festival de Bourges, les Francofolies de la Rochelle, les « Colours » ont le droit de formuler leur petit espoir.

Déjà, le premier titre qui ouvre l’album, Kid & King ouvre le pont-levis du château dans lequel se cachent les quatre garçons, Alexandre Poussard, Alexis Rimbault (un poète dans la musique is alright), Noé Russeil et Lucien Saurin. Un beau quatuor équilibré qui offre à ce premier album les vagues pop nécessaires pour lancer le navire, les calmes de mer bienvenus pour ne pas choper le mal de mer, et la cadence parfaite pour nous prévoir un voyage sans encombres maritimes. Vous l’aurez deviné, c’est sur la Manche que nous venons de naviguer. Il suffit aux Colours in The Street de traverser la mer sous leurs yeux pour y retrouver leurs influences nourries de pop anglo-saxonne mêlée élégamment et énergiquement à des touches électro-rock françaises. La recette qui marche à tous les coups.

Et voilà maintenant tout l’enjeu de leur nouvel album : les dates s’accumulent dans plusieurs régions françaises, dont une dans leur ville d’origine qui s’est marquée complète. Les garçons, avides de tourner, sont pressés à passer la cinquième vitesse. Mais prenez donc le temps de savourer leur plaisir inconditionnel à faire de la musique.

Les enfants seront en concert le 19 mars au Confort Moderne à Poitiers , le 4 avril au Ferrailleur à Nantes et le 10 avril au Poste à Galène à Marseille.

____

Facebook

Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *