electrik campus

Electrik Campus #4. Une fête à la hauteur !

Au Mans, le début d’année s’est placé sous le signe de la musique. Le festival Electrik Campus se déroulait du 21 au 23 janvier et s’est montré à la hauteur des espérances des organisateurs et festivaliers.

Après une soirée de lancement réussie le 17 janvier dernier où l’on pouvait croiser les Manceaux Dead Mantra ou encore Blue Mountain Expansion, tout laissait penser que le festival se déroulerait comme sur des roulettes. Voilà un petit retour sur la soirée du 22 janvier de mon point de vue. J’étais bénévole.
 l
19h. Ouverture des portes. Le hall de l’EVE, où à lieu le festival, situé sur le campus de l’université, se remplit petit à petit. On peut alors écumer le stand du disquaire 180 grammes en profitant d’une bonne bière (offerte) et d’un mix proposé par deux DJ. La soirée s’annonce bien.
yuna
Yuna ouvre la soirée avec leur set. Photo : Cédric La Touffe.

20h. Yuna, groupe Antibois de hip-hop démarre les hostilités face à une salle timide. Les gagnants du tremplin Le Transfo, arrivent toutefois à mettre l’ambiance et à imposer des rythmiques puissantes et un flow acéré. On peut ressentir dès les premières mesures qu’on n’a pas affaire à des amateurs. Dommage que Yuna n’ait pu commencer un poil plus tard pour permettre aux retardataires de profiter de cet instant.

quadrupède
Quadrupède déboite en version allégée. Photo : Cédric La Touffe.

21h. Les Manceaux un peu fous de Quadrupède prennent la relève avec leur math-rock electronica digne de Three Trapped Tigers, la foule acquiesce et se rend compte du potentiel du duo. Ils ne sont clairement pas là pour rien ! Primo : le batteur a sûrement du être un robot dans une autre vie. Deuzio : le guitariste enchaîne des riffs dont il est le seul à connaître la recette.

Rendez-Vous, gros coup de cœur de la soirée. Photo: Cédric La Touffe
Rendez-Vous, gros coup de cœur de la soirée. Photo: Cédric La Touffe

22 h. Retour vers les 80’s dans la salle avec l’arrivée de Rendez-Vous. La new-wave est alors à l’honneur teintée cependant par une pincée de shoegaze et un zeste de coldwave. Le groupe surprend par l’aspect décalé et nostalgique que susurrent ses mélodies à nos oreilles. Même si ce n’est pas forcément ma tasse de thé, mention spéciale à The Others, titre coup de cœur de la soirée.

Mondkopf, la tête d'affiche de la soirée clôt les concerts le jeudi. Photo: Cédric La Touffe
Mondkopf, la tête d’affiche de la soirée clôt les concerts le jeudi. Photo: Cédric La Touffe

23h. Mondkopf prend les rênes de la soirée pour un DJ set endiablé. Des basses qui claquent, des titres aux émotions fortes, le public se mue dans une véritable transe. Le set est si prenant qu’on en redemande. Il est temps de se rafraîchir à force de se secouer pendant heure et demie (qui est passée à une vitesse folle ).

Après une soirée de concerts intenses, le public part mais ce n’est alors que le début d’une nuit qui s’avère pleine de promesse. Il va sans dire que la programmation éclectique de cette année offre au Festival une nouvelle crédibilité: celle de savoir choisir des groupes émergents, destinés à un public pointilleux et mature.

Florian Duperray

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *