Les #Trans2014 vues par les festivaliers

Les Trans Musicales Rennaises sont bien souvent ovationnées par la critique tant la programmation, pourtant si pointilleuse, détonne. Qu’en est-il des spectateurs ?

Festivalière fosse

    Vendredi 6 et samedi 7 décembre, la rédaction a pris la température auprès de quelques festivaliers du parc expo. Un flashback s’impose sur ce festival qui a, cette année encore, battu son record d’affluence.

    Une chose est certaine : qui se rend aux Trans Musicales de Rennes est passionné de musique et désireux de faire des découvertes. Là-bas plus qu’ailleurs, les conversations sont très largement ponctuées de noms d’artistes, des genres musicaux… Critiques des prestations, découvertes de la soirée ou encore prochain concert à ne pas louper : tout y passe.

C’est d’ailleurs comme ça et grâce à Lilian que nous sommes allées voir The Hacker (samedi, Hall 9). C’est la 6e fois que ce lyonnais de 47 ans se rend aux Trans. Cette année, il ne connaissait que la moitié de la programmation, il a fait le déplacement « pour découvrir des gens qui ne font pas juste de la musique mais des artisans du son ». Le seul petit bémol (mais pas des moindres) qu’il note concerne « la mauvaise qualité du son ».

Lilian
Lilian, lyonnais habitué des Trans.

Entre le vendredi et le samedi, notre chemin a croisé ceux de Nicolas, Jérémy, ou encore Baptiste qui viennent eux aussi par amour de la musique et des découvertes.

C’était sa 5e Trans Musicales de suite pour Nicolas, 27 ans, qui est d’ores et déjà certain de revenir l’année prochaine puisqu’il dit faire désormais « absolument confiance à Jean-Louis Brossard ». Jérémy, 20 ans, est bénévole depuis 2 ans et se rend aux Trans chaque année depuis 2009. Selon lui, « l’esprit de découverte, indissociable de ce festival, le différencie des autres et fait sa force ». Son meilleur souvenir remonte à 3 ans avec « Birth of Joy, une super révélation. Je les suis depuis cette date et ils évoluent très très bien, c’est fort agréable ». Baptiste, rennais de 24 ans vivait cette année ses premières Trans Musicales. Il avoue être un peu déçu « d’avoir loupé The Avener » mais a « adoré la prestation de Rone ».

Salut coucou
Un festivalier passé faire un coucou à notre caméra.

Dans un tout autre esprit, Abel, 23 ans en plein jetlag était lui surtout là pour danser et revoir ses amis. Lorsqu’on l’a croisé (vers 1h30) il n’avait « pas de coup de cœur pour le moment » mais aimait bien la musique.

Audrey, 20 ans, venait elle pour la seconde fois (sa première datant de 2012), « c’est plus techno mais ça me plait bien ». Gros pouce en l’air pour « l’ambiance qui est vraiment bonne et l’organisation nickel, avec pleins de navettes ». Point négatif selon elle : « c’est tellement grand que tu t’y perds ».

Yves, 18 ans, y allait pour la 1ère fois et n’a pas vraiment été convaincu « on a vu mieux pour l’ambiance ». Il n’exclut cependant pas d’y retourner à condition de « d’abord bien étudier la programmation. » Il a cependant trouvé les lumières et le site « vraiment super top ». Yuna et Ikkio, 18 ans toutes les deux et originaires de Quimper n’ont pas non plus été emballées. Préférant habituellement les teufs aux festivals, elles vivaient elles aussi leurs premières Trans Musicales. Elles étaient là « pour profiter de la musique mais ça ne bouge pas assez… On aurait du aller aux teckos ».

Babos
Yuna et Ikkio, quimperoises de 18 ans déçues par l’ambiance.

Autre duo de copines, Léa et Steph, 22 ans sont venues pour voir Ten Walls et Rone. Elles ne trouvent « rien de négatif : c’est à la bonne franquette ».

22 ans
Léa Steph sont venues pour voir Ten Walls et Rone.

Finalement, qu’on soit habitué ou pas, les Trans restent avant tout une découverte. Évidemment, certains accrochent plus que d’autres, à l’image de Nicolas, notre rennais de 27 ans qui nous a très clairement affirmé que « Les Trans sont en train de devenir ma vie ».

C'est toute ma vie
Les Trans, « toute la vie » de Nicolas et celle de nombreux festivaliers passionnés par la scène de musiques actuelles.
Anaïs Seznec
Adèle Urvoy

Laisser un commentaire