the end

Découverte. Le début de The End

Avez-vous une fois regardé un film sans vous soucier de sa musique ? Nous vous faisons découvrir un nouveau groupe, non pas sans expérience pourtant: The End qui s’exprime pour la première fois à travers une BO fantasmatique.

En 2011, Sox, ou Julien Sens pour les intimes, signe son premier album Birth Etcetera avec le label Suisse Mental Groove. Son électro pop aux notes nostalgiques, mélancoliques, voire oniriques, s’inspire de la french touch des Daft Punk ou encore de Gonzales. Cette mélodie des souvenirs qui s’engage dans une véritable histoire, partant de la naissance, etc, a déjà un penchant affirmé pour la musique de films. Sox partisan de l’électro expérimentale (IDM) parfait ses mélodies électroniques à la croisée de Air et Sébastien Tellier en s’engageant avec De Andria dans une aventure filmique onirique. On note aussi pour votre culture, un premier EP How to pic nic en 2009, petit recueil à travers lequel Sox s’exprime sur des morceaux fraîchement travaillés.

Quant à De Andria, avec son EP Unlovable sous le label Folistar, en 2012, aux airs disco-funk, et son EP Triolet sous le label Stillmuzik, en 2011, il s’inscrit davantage dans un univers nu-disco. L’ex-Emmanuelle avec le titre Bucks se propulse alors dans l’univers de la BO, au côté de Sox. Ce titre duquel tout part, se définit comme la structure de l’album.

The End sonne alors comme la fin d’un film, la fin d’une histoire, ou plutôt son début, puisque The End, c’est la fusion de deux artistes, Sox et De Andria, qui avec leur label Cosmonostro, chercheur de talents sur la scène électronique, se lancent dans une aventure plutôt ambitieuse. Le groupe signe en effet son premier album encore tout frais Music For An Imaginary Movie une B.O. imaginaire comme son nom l’indique au son électro, marque de fabrique des deux protagonistes. Influencés par Vladimir Cosma, Supertramp, Stevie Wonder, Daft Punk ou encore Air, The End semble pourtant s’affirmer dans son style propre.

Parlons bien parlons musique, j’ai choisis de vous présenter le remix du titre Feels Like Home du groupe Total Warr. Oui juste pour le plaisir, parce qu’élu dans le top 3 des meilleurs remix 2013 par Nico Prat (s’il vous plaît !), avec  beaucoup de vues sur soundcloud (la modestie n’a pas sa place ici), et parce qu’on aime bien nous aussi, le titre remixé inspire le respect et mérite le succès! Sentiment partagé :

« L’excellent remix de THE END nous projète lui dans une electro funky en puissance avec une intro qui joue sur des effets breakbeat d’hyperCUT pour se transformer progressivement en hymne hip pop french touch , non sans rappeler la bass attitude du remix de Metronomy par Breakbot ». source : allinelectro.com, Décembre 2013. Tout est dit.

Notre indéniable coup de cœur, un titre extrait cette fois-ci de la B.O. imaginaire : The Key ft. Echo : un des rares titres incluant le chant, qui lui apporte une ampleur et une légèreté suffisante à transporter davantage l’auditeur. Merci pour la fraîcheur et le retour aux eighties !
N’en dévoilons pas plus pour l’album ; Music For An Imaginary Movie mérite d’être écouté dans son intégralité, et puis cela pourrait vous inspirer pour vos prochains films !

Déjà apparus dans quelques lives et DJ sets, ou encore dans certains documentaires ou annonces publicitaires, The End ne compte pas s’arrêter là, son projet est cette fois-ci la composition d’une bande originale, une vraie de vraie, pour une vraie réal n’ayant pas encore de B.O. ; plutôt ambitieux, bien que les deux DJs semblent parfaitement aptes à la relève du défi. Plus concrètement, dans les mois qui viennent, le groupe prévoit la sortie d’une B.O officieuse pour le film Kids de Larry Clark. Un groupe qui a de l’avenir et de l’ambition (puisqu’il en faut) donc.

J’appelle Wes, il arrive.

Site officiel
Soundcloud
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *