[EN IMAGES] Lyon. Une fête haute en couleurs et en lumières

Ce weekend, se tenait à Lyon la 25e édition de la fête des Lumières. Entre le 5 et le 8 décembre, la ville de Lyon a accueilli près de 4 millions de touristes, émerveillés par les illuminations et les animations.

Ambiance marrons poêlés et vin chaud ce weekend dans la capitale des Gaules à l’occasion de la 25e édition de la fête des Lumières. Depuis 1989, la ville de Lyon accueille chaque 8 décembre, et pendant 3 jours autour, de nombreuses animations lumineuses dans ses rues. Cette fête trouve son origine dans une tradition datant de 1852 selon laquelle les Lyonnais plaçaient de petits lumignons (des bougies) sur le rebord de leurs fenêtres afin de remercier la Vierge Marie d’avoir sauvé la ville d’une épidémie de peste. Efflorescence Culturelle s’est rendu, pour vous (et un peu pour profiter, c’est vrai), à Lyon. Voici ce que nous avons préféré.

Vendredi 5 décembre : Début de soirée en arrivant à Perrache, l’une des deux principales gares de la ville, et également un important central des transports en commun. Nous parcourons le marché de Noël, installé, comme chaque année, Place Carnot. Nous ne savons déjà plus où donner de la tête, entre chants de Noël, odeurs des spécialités cuisinées dans les petits chalets et éclairages délicats et magiques.

Ambiance magique et natale sur la place Carnot. Crédit photo: Cyrille Ardaud.

Nous rejoignons la place Bellecour, principale place Lyonnaise, en empruntant la rue Victor Hugo, où la foule se fait déjà sentir. Sur la plus grande place piétonne d’Europe la grande roue, installée comme chaque année sur le côté est accueille l’animation « Rêve de nuits » – un spectacle de 17 minutes en hommage à St Exupéry. C’est joli, mais on aime moins que l’année précédente, où une animation similaire avait été installée, avec une histoire plus travaillée.

Sur la grande roue de la place Bellecour était projeté un hommage à St-Exupéry. Photo: CA.

Nous poursuivons en empruntant la rue de la République (rue de la Ré’, pour les intimes) illuminée par des grandes arches lumineuses, passons sur la place des Cordeliers où des tubes néons sont dressés. Puis nous bifurquons vers la place des Jacobins où la fontaine a été transformée en une lampe veilleuse géante. Nous passons vers le théâtre des Célestins, mais sommes déçus par l’animation trop basique. Nous retournons sur la rue de la République, les arbres de l’arcade accueillent des lanternes chinoises.

Rue de la République. Photo: CA.
Forêt de Bamboo, l’œuvre installée sur la place Cordelier. CA
Forêt de Bamboo, l’œuvre installée sur la place Cordelier. CA
Place des Jacobins. CA

La foule nous empêche d’avancer vite mais nous parvenons finalement à l’opéra. Sur la façade Nord (place Louis Pradel) sont projetées les déambulations des Anookis, des petits esquimaux adorables plongeant, dansant, glissant, sautant sur les murs du bâtiment.

Les Anookis place Louis Pradel. Photo: CA

Nous poursuivons vers les Terreaux, que nous rejoignons en quelques minutes à peine (fait rare pour une soirée des Lumières !). Coup de cœur pour cette illumination mettant en scène les œuvres du musée des Beaux-Arts et les artistes de l’Opéra. Clameur et applaudissements d’une foule conquise.

La place Terreaux. CA

La soirée se poursuit en rejoignant la place St-Nizier à deux pas des berges de Saône. Devant l’église est installée l’œuvre « Before the Words », un amoncellement de lettres lumineuses.

Exposition de l’œuvre « Before The Words » en pleine nuit. CA

Direction le vieux Lyon, où l’on admire l’éclaire multicolore du palais de Justice puis la cathédrale St-Jean où est projetée l’œuvre « Color or Not ».

La cathédrale St Jean à Lyon. CA
Le palais de justice. CA

Enfin, nous traçons tout droit en direction de Confluence, le tout nouveau quartier de la ville où nous voulons profiter des installations et tester le Burger King (puisque maintenant, ils sont à Lyon !). Les sphères lumineuses flottantes, sur le bassin de Confluence concluent la soirée en douceur.

Confluence. CA

Samedi 6 décembre : C’est avec quelques regrets que nous commençons la soirée. C’est notre deuxième et dernier soir dans la ville et nous sommes loin d’avoir tout vu. Nous faisons des choix et décidons de nous orienter au parc de la tête d’Or, dans le 6e arrondissement, gigantesque parc, où l’on trouve, serres, lac, zoo, forêt, jardins et où « Jardin d’Hiver » est installé. Nous y resterons finalement toute la soirée. Ambiance féérique et paisible au rendez-vous avec d’immenses bulles refermant des végétaux scintillants. Plus haut, des libellules et des carpes géantes flottent. Magnifique et poétique.

​La Tête d’Or. Crédit photo : Véronique Barathon​.

Comme chaque année, la ville de Lyon a réussi cet  événement. Pendant quatre jours, les touristes ont pu profiter d’un véritable festival lumineux, haut et en couleur. Mais évidemment, comme chaque année, la frustration de ne pas pouvoir tout voir, surtout si l’on ne passe pas toutes les soirées en ville.

Par Cyrille ARDAUD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *