F U Z E T A : « Notre projet tourne autour de l’enfance et la nostalgie qui l’accompagne »

Pendant le festival des IndisciplinéEs #9 à Lorient nous avons eu l’occasion de (re)découvrir en live F U Z E T A, un jeune groupe Vannetais qui proposait son tout premier concert. Après celui ci, ils ont répondu à nos questions inquisitrices.

Les Fuz’ se dépucellent sur la scène des Indisiciplinées

 

Efflorescence Culturelle : Vous êtes un groupe relativement récent, on a entendu parler de vous quand vous avez été programmés pour les IndisciplinéEs il y a un mois à peu près ; ça fait longtemps que vous faites de la musique ensemble ? Quand est-ce que vous avez lancé le projet F U Z E T A ?

Charles: Il y a un an à peu près.

Vous avez peu être commencé à jouer ensemble quand vous étiez ados ?

Dorian: Eh ben on est frangins en fait, il y a trois frères dans le groupe : moi (chant), le bassiste (Charles) et le guitariste (Pierre). Le batteur (Jérémy) est un copain.

Et vous avez tous commencé à faire de la musique vers le même âge ?

Charles: Ouais, ouais on a pas tous le même âge mais, en gros… Tu peux préciser la question ? (rires)

Peut-être qu’un de vous s’est mis à la batterie quand un autre s’est mis à la guitare par exemple.

Dorian: Ah oui les rôles tu veux dire ; on a toujours fait les instruments qu’on fait là. La seul qui sait faire de la batterie c’est le batteur quoi (rires). On fait de la musique depuis une dizaine d’années, on a déjà fait de la musique ensemble avant et ce groupe là on l’a monté il y a à peu près un an oui.

Vous précisez souvent que le nom F U Z E T A vient d’un village portugais ; vous y êtes allés, vous y êtes nés ? Il y a une histoire particulière avec celui ci ?

Dorian: Oui oui, c’est un village qui est minuscule, un village de pêcheurs au Sud du Portugal, j’y allais quand j’étais adolescent avec mon père, et mes frères y sont allés plus tard. En fait le projet parle de notre enfance, de cette fratrie et de quand on a grandit ensemble. On grandissait plutôt du côté de la Vilaine, c’est d’ailleurs là qu’a été tourné le clip de Dive, et le fond du projet c’était justement d’exprimer cette nostalgique vis à vis de cette enfance là, d’une journée d’été passée au bord de la Vilaine, et comme moi pendant mon adolescence j’ai passé pas mal de vacances à Fuzeta, le nom sonnait bien et je me suis dis : « C’est ça », c’est la traduction de ce qu’on vivait.

Charles: Il y a un côté solaire aussi dans ce fond là, un peu « été ». Et c’est vrai qu’on est tellement pas connus que quand on tape « Fuzeta » sur internet, on tombe directement sur le village portugais (rires).

Pourquoi avez vous décidé de séparer votre EP en deux parties ? Il raconte deux histoires différentes ?

Charles: Bonne question ! (rires)

Dorian: Non c’est la même histoire.

Charles: On ne voulait pas tout balancer d’un coup, parce que ça n’avait pas grand intérêt. Je pense que ces trois titres sont déjà assez évocateurs de ce qu’on fait ; et la suite sera je pense pour le Printemps de l’année prochaine.

Dorian: C’est vrai qu’on les a déjà enregistrés, mais on les a pas sortis tout de suite. Je ne peux pas te donner de date mais je pense au Printemps 2015.

Vous allez bientôt jouer aux Trans Musicales, et récemment à l’Echonova aussi, vous restez donc en Bretagne. Vous avez hâte d’aller jouer ailleurs et même jusque dans d’autres pays ?

Charles: Ah ben oui, on demande que ça ! (rires) Pour l’instant c’est le début alors…

Dorian: On a hâte de jouer tout court, après c’est aussi un rêve de jouer le plus loin possible. Mais là les dates qui arrivent sont déjà super chouettes.

Charles: Ouais ce sont de belles dates.

Dorian: Il y a pire pour commencer que Cosmao Dumanoir ! Donc on est déjà super contents, et excités aussi.

Quels sont les groupes que vous écoutez, qui vous inspirent pour produire votre musique ?

Charles: Parce qu’en fait c’est un peu paradoxal puisque l’histoire c’est qu’on a fait de la musique ensemble dans le temps, dans des groupes, et la musique qu’on écoute n’a pas vraiment de lien avec celle qu’on produit. J’écoute du Rage Against The Machine donc ça va m’influencer dans mon truc, et…

Dorian: Bon c’était pas du copier-coller mais grosso modo…

Charles: On dirait pas nos influences, et en fait avec ce projet là, on a gagné en maturité et on essaie d’exprimer quelque chose comme je te disais qui nous ressemble, qui parle de notre enfance, et du coup c’est sortit comme ça et à contre pied des groupes qu’on écoute. Si on te cite ces groupes, tu verra que ça n’a rien à voir. C’est un peu étrange mais il y a du Queens Of The Stone Age, des trucs comme ça quoi.

Dorian: Après c’est vrai que ce sont des groupes au son musclé qui n’ont pas forcément grand chose à voir avec ce qu’on fait et pourtant c’est cette musique là qu’on écoute. Fuz’ [abréviation de F U Z E T A, ndlr] ça a un côté un peu plus pop, plus mélodieux, choral aussi avec les trois chants… Et ça rend quelque chose d’intéressant. C’est comme ça qu’on a envie de le faire. Il y a cette posture dans le passé, peut être en lévitation, et un peu caché derrière notre son. Mais ce qui marche c’est quand on est tous les quatre comme ça, c’est vraiment quelque chose de touchant, une performance sonore. Pourtant ça reste assez « percussif » comme tu dis avec la batterie.

C’était votre premier concert ce soir, il y eu beaucoup d’appréhension où c’est plutôt rassurant de se sentir encore chez soi, en Bretagne ?

Charles: Les deux, on était comme un peu excités plus que stressés parce que ça fait quand même un an qu’on l’attend ce concert. On savait pas qu’il arriverait il y a un an mais on a fait en sorte qu’il arrive on a travaillé dur pour arriver là. Beaucoup d’excitation et en plus si on a été programmés aux IndisciplinéEs c’est pas parce qu’on est un groupe du coin, c’est vraiment parce qu’artistiquement le programmateur a trouvé le groupe intéressant et qu’en plus il se trouve qu’on est un groupe du coin (rires).

Dorian: Ça a double saveur pour nous. Il y a une reconnaissance mais aussi une saveur de jouer chez nous. Ce qui est super plaisant pour être honnêtes, c’était chouette.

Juste une dernière question ; vous avez quelques projets en tête à part la sortie des trois prochains titres ?

Dorian: Faire des concerts, on a envie de faire ça, et de rencontrer des gens.

Charles: Et puis par la suite, voir où ça va nous mener. Savoir si on fait une tournée, on commence à peine à rentrer dans le tunnel là.

Dorian: C’est le tout début quoi.

F U Z E T A______

Je remercie Charles et Dorian pour m’avoir accordé du temps, n’hésitez pas à soutenir ce jeune groupe qu’il est bon de suivre, ici même par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *