Etes-vous suivi par un lapin ?

Au commencement, il y a cette catégorie de projets qui ne se voyaient pas si grands. Ferryman, une nouvelle web série rennaise portée par des étudiants est l’un d’entre eux.

Sur le tournage de la série Ferryman, à découvrir en cette fin d'année.
Sur le tournage de la série, à découvrir en cette fin d’année.

En 2013, il y a un étudiant, Thibaud Cahen qui a pour ambition de faire un court-métrage avec deux de ses amis.

Thibaud Cahen n’en est pas à ses balbutiements dans le monde du cinéma. Étudiant de 23 ans dans cette même discipline et ancien des Beaux-Arts à Nantes, il est récompensé en 2013 lors du festival Court Métrange. En plein été 2013, entre amis ils préparent un scénario, et collent quelques annonces aux murs de l’université pour trouver les membres du casting. Les auditions font grossir l’équipe, des étudiants se greffent au projet et le bouche à oreille fonctionne. Ferryman passe de court-métrage à web série.

En l’espace de quelques mois, de novembre à juin, nombre de personnes s’ajoutent au projet: étudiants en art du spectacle, en cinéma…. Se greffent alors au projet des cameramen, une directrice de production, un costumier, une scripte, un éclairagiste, un compositeur officiel pour la musique originale de la série, un ingénieur du son, un régisseur général, un graphiste, une photographe officielle de plateau…. ainsi qu’une belle brochette d’acteurs amateurs. Tout ce beau monde va porter pendant un an la série Ferryman qui est filmée entre deux cours chez un membre de l’équipe.

Thibaud Cahen et son équipe en action (Ferryman)
Thibaud Cahen et son équipe en action.
The Ferryman, le lapin passeur d’un monde à un autre

On ne sait pas si c’est fait exprès ou non, mais si la série  se distingue des autres par l’originalité de son speech, The Ferryman en anglais est le pendant du passeur en français. Mais le passeur de quoi ?

Max, un jeune homme banal est victime d’un accident de la route. A son réveil, il se découvre un ami qui est un lapin de deux mètres. S’ensuivent des aventures hors du commun entre Alice au Pays des Merveilles et Donnie Darko, en passant par le film Bronson, dans un univers à la fois sombre et éclairé en lumière naturelle. Les bandes annonces laissent présager un thriller et même si la série dans son aube faisait de l’humour bon enfant, le changement de scénariste a laissé place à un univers plus sérieux, désireux de mettre le spectateur en compassion avec Max, le héros de la série.

Mais enfin, c’est bien beau d’intégrer un gros staff technique autour de la série mais comment faire sans argent ? Pour arriver à joindre les deux bouts, Thibaud Cahen et son équipe font appel aux dons sur une plateforme de financement participatif en début d’année. Sur 1 100 euros ils arrivent à obtenir une marge supplémentaire de 1 575 euros. Ça y est, la web série est financée, on peut encore entendre le bruit du clap et la voix criante : « action ! »

Pour le moment, la série devrait comporter moins de dix épisodes. Le réalisateur promet que le tout premier sera dévoilé d’ici la fin de l’année. D’ici là, rendez-vous demain sur la page Facebook de la mini-série pour connaître la date et visionner le tout dernier trailer de Ferryman. Les internautes mécènes du projet auront alors l’occasion de se délecter du premier épisode en avant-première une semaine avant les autres dans une salle de cinéma. La série sera également disponible en téléchargement.

Si vous voulez vous en faire une idée, on vous laisse avec la bande-annonce de la série :

Caroline Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *