Flying Lotus : la mort lui va si bien

Deux ans après Until The Quiet Comes, le DJ, rappeur et producteur Flying Lotus nous offre son nouvel album intitulé You’re Dead!, opus dont la thématique très tournée vers la mort et qui referme le cycle qu’il a commencé en 2006 avec 1983.

Entre trip-hop, funk, électro et impro jazz, le petit-neveu d’Alice Coltrane nous entraîne cette fois-ci dans un univers beaucoup plus acoustique.

Avec une grosse dimension spirituelle, presque mystique, l’entrée en matière se fait d’un coup sec : FlyLo nous aspire instantanément dans le nouvel univers qu’il a créé de toutes pièces grâce aux plus grands qui l’ont influencé, tels que Miles Davis ou John Coltrane. Mais il ne se contente pas de s’inspirer de ceux qui ont animé le passé de la musique, il collabore également avec ceux qui établissent le présent et construisent le futur de celle-ci : pour « Dead Man’s Tetris », il offre le micro à son alter ego Captain Murphy pour accompagner Snoop Dogg.

Ouais bon, malgré sa récente quête identitaire un peu foireuse, Snoop Dogg ou Lion ou que sais-je encore, mérite largement le titre d’un des meilleurs artistes de ces deux dernières décennies.

Flying Lotus s’offre également la participation du rappeur désormais incontournable Kendrick Lamar sur « Never Catch Me » : mélangez un bon beat de rap classique, un piano aux sonorités R’n’b des 90’s, une basse funky et quelques arrangements aux bons moments, et vous obtiendrez un morceau hybride parfaitement équilibré, un ovni auditif.

L’album se finit en beauté sur « The Protest », toujours avec la même recette que les morceaux précédents mais avec des éléments plus aériens. On tombe alors sur un son court, mais intense, paroxysme de son œuvre. On peut reprendre une activité normale avec un étrange sentiment de satisfaction : « voilà, c’est fini, c’était bien ». En clair, c’est une totale réussite.