Une découverte venue de Norvège : Elsa, Emilie et leur pop mélodique

Il y a quelques semaines, le duo norvégien formé par Elsa et Emilie a sorti son premier album Endless Optimism. Découvrez le son pop de ces deux voix mélodiques, tout droit venues du grand Nord.

Elsa Søllesvik et Emilie Haaland Austrheim ont commencé à composer ensemble à l’âge de 13 ans, dans la petite ville norvégienne de Haugesund. Dans les premières heures de leur duo, leur musique avait déjà ces accents pop que l’on y retrouve aujourd’hui mais se composait seulement de leurs deux voix et d’une guitare acoustique. Leur univers a quelque chose d’à la fois sombre et mystérieux, aux harmonies vocales douces et mélancoliques. Leurs paroles parlent des choses qui semblent appartenir à leur propre expérience, la vie dans une petite ville venteuse de la côte norvégienne mais aussi des thèmes plus universels comme l’amour désespéré et inévitable ou encore les tumultes de la jeunesse. Leurs premières compositions sont empruntes de cet atmosphère et résonne en nous comme un échos du passé pas si lointain que ça, dans une miriade d’émotions qu’il est propre à chacun(e) d’identifier.

Après avoir tourner quelques temps en Norvège dans des performances acoustiques intimistes, le duo a signé récemment avec le label Sony Music Norway, entrant en studio dans la ville de bergen. Dès lors, l’instrumentalisation de leurs chansons prend un nouveau tournant : la guitare acoustique n’est plus le seul soutien à leurs deux voix mais se trouve complétée d’un piano, de percussion, d’une basse… Le résultat de ces semaines passées en studio est exposé aux oreilles du monde tout début Septembre, sous la forme d’un premier album intitulé Endless Optimism.

Il s'(ouvre sur la chanson éponyme. C’est un premier morceau très représentatif de l’atmosphère générale de l’album, avec une rythmique soutenu de batterie et de basse, présente mais pas explosive pour autant, permettant aux accents pop et légèrement électrique amenés par la guitare d’éclore. Sur le refrain, les deux voix d’Elsa et Emilie se mêlent, pour ne former qu’une seule entité qui deviendra très vite l’identité vocale que l’on retrouvera tout au long de l’album.

On enchaîne avec Run qu’on avait jusque là entendu qu’en live. Cette version studio est plus propre, plus instrumentalisée et plus arrangée mais n’en perd pas moins son atmosphère quelque peu obscur. Là où la version acoustique était plus posé, le refrain du morceau sur l’album résonne davantage d’échos et cette phrase répétée comme inlassablement would you carry me from the darkness ?

Des morceaux comme Another Day – premier single extrait de l’album en Norvège – diffère dans leur mélodie qui est davantage marquée par le piano. Les paroles sont également une bonne illustration de l’univers musical du groupe. Elles parlent de l’ironie qu’est d’attendre une chose qui n’arrivera jamais, comme l’expliquent Elsa et Emilie elles-même. Ce thème est reflété par la vidéo , où l’on voit une fille et un garçon qui semblent avoir des sentiments l’un pour l’autre sans pour autant qu’ils existent puisqu’elle est la seule à les ressentir (Source).

We Want It All a un côté plus électro, peut-être un peu rétro avec sa basse et son synthé plus marqué. All Our money et Fire Maker restent dans la continuité générale alors que Young and Beautiful offre une petite pause mélancolique, comme un instant suspendu dans le temps bercé par un piano doux et une basse discrète. Elle fait échos aux première chansons du groupe, telles que Lullaby For The Weak.

Dans l’ensemble, le premier album de Elsa et Emilie est une belle découverte pop mélodique dont le fil conducteur est l’harmonie que forment les voix du duo, offrant cet atmosphère si particulier à leurs morceaux. Si les chansons se suivent dans une cohérence fluide, chacune a sa différence, dans un instrument ou une mélodie, déclinant la couleur de Endless Optimism dans une variété de nuances. Pour un début, c’est propre, bien arrangé sans pour autant l’être trop. Elles sont l’un des noms montants de la nouvelle génération venue du Nord, de ces pays qu’on sous-estime bien souvent dans leur capacité à produire des artistes plus que prometteurs.

Retrouvez Elsa et Emilie sur Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *