GANZ : « Ma vision de la musique est au-delà d’un son, c’est un voyage »

  On peut considérer que la musique électronique est constituée de trois facettes. La première est la facette « texture », j’entends par là le timbre du son, sa nature, les instruments utilisés. La seconde est la facette « notes » qui, personnellement, signifie la partie mélodie, accords de la musique. La dernière facette est le rythme, le timing de celle ci. Une musique électronique réussie est en fait la prouesse de créer une osmose, un équilibre entre ces trois aspects.

S’il y a un artiste qui a particulièrement retenu mon attention en réussissant cette prouesse à plusieurs reprises durant ces derniers mois, c’est bien Ganz. Ce producteur néerlandais s’était déjà fait remarquer grâce à son remix du titre Hyperparadise de Flume :

Mais également grâce à son remix de Tell Me de What So Not (Emoh Instead + Flume) et RL Grime :

Ce qui fait la patte de Ganz, c’est ce fameux synthé. En effet, il manie à la perfection les mélodies composées de gros accords ainsi que les percussions exotiques et tribales.
En fouillant dans ses tracks moins récents, un a particulièrement retenu mon attention : Folies À Deux. J’apprécie vraiment dans cette musique le travail des voix ; celles ci ressemblent vraiment à des chants d’une civilisation oubliée.

On a aucun mal à cerner son univers, notamment grâce à la mixtape qu’il a réalisée pour Daily Paper, une marque de vêtement qui fait de nombreuses collaborations avec des artistes.

A travers cette mixtape, Ganz nous donne la vision qu’il a de sa musique :

« My thought behind this mix is to approach the audience as travelers and take them with me on a little trip of 20min through my world. A world with productions that inspired me, mixed with some of my own productions. My vision on music is beyond just a sound, it’s about the journey, as I’m always on a journey looking for new sound experiences. »

XO @IamGANZ

Vous pouvez suivre Ganz sur Facebook, Twitter et Soundcloud pour rester au courant de son actualité.

Laisser un commentaire