Inrocks une

Quand les Inrocks créent un débat culturel qui tourne à la polémique (malgré eux)

Il y a quelques jours, les Inrocks, le magazine dirigé par Frédéric Bonnaud, a suscité de vives réactions. Et pour cause. Un de leurs articles partagé sur les réseaux sociaux mettait à l’honneur le Life Festival qui s’est déroulé ce mois-ci à Oswiecim en Pologne… autrement appelée Auschwitz.

Inrocks post« Bonne ou mauvaise idée ? »

C’est en réalité le commentaire qui accompagnait l’article sur Facebook (photo). Était-ce une bonne idée de recréer un festival, un espace de fête, de vie, et surtout un endroit d’insouciance dans un lieu historique et porteur d’horreur que l’Europe a connu lors de la Seconde Guerre mondiale ?

Mettre de l’huile sur le feu, sur une plaie pas encore guérie et cicatrisée, c’est vers cette brèche que le commentaire des Inrocks est passé. Alors que certains se trouvent choqués de pouvoir faire la fête près des anciens camps, d’autres s’amusent avec leur répartie à dédramatiser la situation… à leur façon.

On vous en a fait une petite sélection pour vous faire une idée :

inrocks commentaireinrocks commentaireinrocks commentaireInrocks commentaireinrocks commentaireInrocks commentaireinrocks commentaire

Nonobstant, l’article des Inrocks présentait certes, pas de la manière la plus habile possible, un festival qui lui-même plus que le reste, porte polémique. Le Life Festival qui célèbre la musique électro pour sa 5e édition est largement discuté.

Faire la paix avec l’histoire, la laisser derrière pour progresser ou éloigner cette ville au plus loin de la vue de tous pour l’ignorer et ne plus en tenir compte dans les années à venir ? Chacun à sa version. Chacun fera ce que leur conscience et leur conviction les intimera de faire. Mais surtout, ne pas oublier.

Une réflexion au sujet de « Quand les Inrocks créent un débat culturel qui tourne à la polémique (malgré eux) »

  1. Ce qui est passé est passé, on ne peut pas réécrire l’histoire et remonter le temps pour pas que ces horreurs se produisent, on ne peut que d’aller de l’avant et vivre au présent. Les gens qui habitent cette ville ont eux aussi le droit de vivre, de s’amuser, de faire la fête donc je ne trouve rien de choquant de faire un festival là-bas, tant qu’ils respectent les lieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *